Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français   Dim 1 Aoû - 18:47

http://www.midilibre.com/articles/2010/08/01/FRANCE-MONDE-ML-Ces-bas-de-soie-qui-portent-haut-le-luxe-francais-1330052.php5

Citation :

Édition du dimanche 1 août 2010
Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français



RAPPEL
La reine Sofia d'Espagne, Ia meneuse de revue du Crazy Horse Dita Von Teese, le couturier Jean-Paul Gaultier en sont fans. Inconditionnels des bas et collants de L'Arsoie, une PME cévenole qui a traversé la crise et les générations sans céder aux sirènes de la délocalisation pour se positionner sur le haut de gamme. À Sumène (Gard), L'Arsoie conjugue avec talent passé et futur. Bas de soie, de cachemire, de nylon cristal sortent de machines d'un autre temps. Griffés Cervin, ils portent haut l'image du luxe français, jusqu'au sommet du pavillon français de l'Exposition universelle de Shanghai, pour deux mois encore. Et au-delà, dans le sillage des stars qui les mènent au firmament.

« L'histoire a commencé ici. » À deux pas de cette ancienne filature de soie, où l'on ne se lasse pas de voir confectionner des bas "Fully fashioned", un des fleurons de L'Arsoie, « maison française du bas et collant de luxe ». Ils sont commercialisés sous la marque Cervin, ou Jean-Paul Gaultier, Aubade, Lise Charmel, Hermès, Chanel, Agent provocateur, quelques-uns des clients prestigieux. Exceptionnel, dans le bassin Ganges-Sumène-Le Vigan, où la fabrication traditionnelle du bas et du collant, qui a compté jusqu'à cinquante entreprises dans les années 1950, n'a pas cessé de décliner.

« Ici », donc, Serge Massal, PDG de L'Arsoie, fait une halte devant le monument aux morts de Sumène. Le nom d'un arrière-grand-oncle y est gravé. C'est le frère de ce dernier, rescapé de la Grande Guerre, qui démarrera l'aventure : « Il ne pouvait plus faire de travail de force. Il a créé une société d'emballage de bas de soie. » Les héritiers perpétuent

la tradition. Pour Serge Massal, cette histoire est un atout économique : « On ne rattrape pas trois générations d'existence dans ce métier. » L'entreprise est unique. « On est les seuls dans le monde à fabriquer des bas comme en 1950 », affirme le PDG de L'Arsoie, qui chine aux enchères des machines d'un autre âge, impressionnants paquebots qu'il faudra retaper pendant des mois. Jusqu'à un an pour le métier Keading, jauge 42, cédé par le musée de Troyes, bientôt prêt à fonctionner. « Sur les six à sept outils à tisser "Fully fashioned" de cette époque qui fonctionnent encore, trois sont chez nous », s'enorgueillit Serge Massal, qui n'hésite pas à bousculer la tradition pour dessiner de nouvelles lignes sur les jambes des filles ou faire passer sur le métier du cachemire. Talon cubain ou pyramidal. Du 7 deniers, « le plus fin de la planète », aux 180 deniers, vous ne verrez pas ça ailleurs, assure le PDG. Sur la machine, Édouard Majchrowski réussit l'impossible pari de concrétiser l'idée. Il est le seul à pouvoir déchiffrer des modes d'emploi plus épais que le bottin d'un département ultra peuplé. Le seul à « entrer dans le coeur de la machine ».

Le résultat est étonnant. Les femmes adorent. La reine d'Espagne et Dita Von Teese, meneuse de revue au Crazy Horse, portent des bas Cervin. À l'étranger, qui absorbe 70 % de la production, Cervin propose des collections plus ciblées : pour les Chinoises par exemple, un dragon sur la cheville ou un coeur au-dessus du talon. On peut voir la collection au pavillon de la France de l'exposition universelle de Shanghai.

Au début du mois, Serge Massal en a profité pour rencontrer des clients chinois. La semaine prochaine, ce sera l'Amérique. Fin août, le Pakistan. Avec, chaque fois, le luxe français pour étendard. Un travail d'orfèvre. Zéro défaut et des détails qui feront la différence : logo écrit au poinçon, packaging en six langues, jusqu'à la qualité du papier d'emballage. Tout est contrôlé.

À Sumène, ou L'Arsoie se déploie sur deux sites. Au Vigan, bientôt, où quarante machines seront installées à la rentrée pour ouvrir un atelier de confection de vêtements sans couture, des tops, pulls, robes en cachemire, laine, soie, coton, complémentaire de la ligne de bas couture "Fully fashioned" et des bas et collants de ville. Avec, toujours, le savoir-faire et la rigueur Cervin, sans tomber dans les travers du « mass market ».
Une question de survie, assure Serge Massal : « Quand on fabrique en France, il faut occuper une niche, ou mettre en avant son savoir-faire. » Pour L'Arsoie, c'est évidemment le travail de la soie.

[center]Textes : Sophie GUIRAUD Photos : Olivier DEMOLS

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français   Dim 1 Aoû - 22:58

SERGE GAINSBOURG

Les dessous chics
C'est ne rien dévoiler du tout
se dire que lorsqu'on est à bout
c'est tabou

les dessous chics
c'est une jarretelle qui claque
dans la tête comme une paire de claques

les dessous chics
ce sont des contrats résiliés
qui comme des bas résillés
ont filé

les dessous chics
c'est la pudeur des sentiments
maquillés outrageusement
rouge sang

les dessous chics
c'est se garder au fond de soi
fragile comme un bas de soie

les dessous chics
c'est des dentelles et des rubans
d'amertume sur un paravent
désolant

les dessous chics
ce serait comme un talon aiguille
qui transpercerait le cœur des filles...


Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français   Dim 1 Aoû - 23:05


Claude Nougaro

LES BAS
Paroles: Claude Nougaro, musique: Yvan Cassar

Les bas, les bas, où sont passés les bas
Les bas de femmes, les si beaux bas de soie
Qui glissent, qui glissent sur une cuisse de neige
Où sont passés les bas noirs, les bas beiges

Où sont passés les bas
Les bas, les bas si beaux
Qui glissent de bas en haut
Où sont passés les bas
Les transparentes peaux
Qui glissent de bas en haut

Moi le fin limier
J'ai eu beau les filer
Ils ont disparu
Chez les vers à soie
Où j'ai enquêté
Motus et bouche cousue
Bouche bouche cousue

Les bas, les bas, où sont passés les bas
Les bas de femmes, les deux serpents de soie

Où sont passés les bas
Les sublimes couleuvres
Qu'aiment avaler les hommes
Où sont passés les bas
Les enivrants chefs-d'oeuvres
Les bas bas au rhum

Je les ai cherchés
Dans les prisons dorées
Ils s'étaient faits la paire
Je les ai cherchés
A la maison d'arrêt
Des portes-jaretelles
Ils avaient fait la belle
Où sont sont passés les bas

A bas, à bas tout ce qui n'est pas un bas
On en a marre des hauts, on veut des bas

N'y a-t-il plus une seule femme ici bas
Qui agrafe ses bas a son slip de dentelles
Hélas, tous les collants se sont rués sur elle
Oh non, tout mais pas ça
Les bas, les bas, où sont passés les bas
Les bas de femmes, les si beaux bas de soie

Où sont passés les bas
Les bas, le B. A. BA
Des jambes féminines
Où sont passés les bas
Les bas qui coulent de soi
Sur des chevilles fines

Ces bas dévolus
A la chair de poule
Ou est-ce qu'ils se planquent
Ne servent-ils plus
Qu'à faire des cagoules
Aux braqueurs de banque
Braqueurs de banque
Oh non, tout mais pas ça
Branle-bas de combat
Je réclame un débat
Où sont passés les bas

Branle-bas de combat
Où sont passés les bas.


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français   Lun 2 Aoû - 0:35





Julien Clerc

La Fille Aux Bas Nylon lyrics

Quand elle passe dans ma rue,
La fille aux bas nylon
Balançant ses épaules nues
Sous ses longs cheveux blonds, blonds, blonds

Où va-t-elle?
La fille aux bas nylon
Qui est-elle?
La fille aux bas nylon

Elle a l'air tout droit sortie
D'un roman de Chandler
L'autre jour je l'ai suivie
Mais ça n'a pas eu l'air d'lui plaire

D'où vient-elle?
La fille aux bas nylon
Que fait-elle?
La fille aux bas nylon

Je n'sais pas comment elle s'appelle
Je n'sais pas qui elle me rappelle
Je n'sais pas c'qui m'appelle en elle
La fille aux bas nylon

Elle a quelque chose d'irréel
À faire tourner les manivelles
Avec sa p'tite robe à bretelles
La fille aux bas nylon

Comment faire pour l'accoster?
J'vais pas lui d'mander l'heure
J'ai pensé à me jeter
Sous sa Bentley avec chauffeur Chœurs

Où va-t-elle?
La fille aux bas nylon
Qui est-elle?
La fille aux bas nylon

Quand elle passe devant ma fenêtre
Je la filme en seize millimètres
Et le soir, je me la projette
La fille aux bas nylon

Les murs blancs d'mon appartement
Se transforment en écran géant
Où elle passe inlassablement
La fille aux bas nylon

Elle est belle à tomber par terre
Mais comment percer le mystère
De sa trajectoire solitaire
La fille aux bas nylon

Et toujours cet air qu'elle fredonne
Chaque fois que je la talonne
Est-ce une espiègle ou une espionne
La fille aux bas nylon

Indolente et indifférente
Obsédante au point qu'elle me hante
Elle m'entraîne sur la mauvaise pente
La fille aux bas nylon.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français   Lun 2 Aoû - 12:05

HISTORIQUE DE LA FABRICATION DE LA SOIE ET DES BAS
EN CEVENNES DE L'AN 1200 à L'AN 2000



Dés l'an 1234, MARSEILLE, recevait des ouvrages de SOIE en provenance des CEVENNES.

Au XVème siècle, en l'an 1544 sont promulguées les premières ordonnances qui encouragent la plantation des mûriers.

Plus tard, COLBERT instaure les primes à la sériciculture. L'essor de la sériciculture entraîne celui des opérations relatives aux différents stades de la fabrication de la soie : filature,moulinage,tissage et bonneterie.




A la veille de la Révolution, notre région compte plus de 5000 Métiers. Sous la restauration, la politique économique a pour effet de dynamiser l'industrie soyeuse.



La fièvre séricicole s'empare des paysans, et aux environs de 1810, nous sommes en plein dans l'âge d'or des Cévennes.

Entre les deux guerres mondiales du XXéme siècle, ce sont les dernières productions de bas de soie.

Le changement de mode, avec l'apparition du Nylon, détrône la fabrication du bas de soie.

Cependant, en l'an 2000, CERVIN remet au point avec un moulinier des Cévennes, un nouveau fil de soie naturelle, et exporte en plusieurs milliers de paires de bas en soie sans couture vers les Etats Unis après 50 ans d'arrêt de production.

COMMENT FABRIQUE-T-ON LES BAS DEPUIS LE DEBUT DU SIECLE ?





LES BAS AVEC COUTURE :

Du début du siècle jusqu'en 1930 : la filière textile en Cévennes étant complètement intégrée depuis longtemps avec élevage du vers à Soie, filature et moulinage. La bonneterie intégra totalement la fabrication du bas avec tissage, teinture et mise en galbe de la jambe. C'est la partie tissage du bas qui est le stade le plus important de la fabrication, et pour laquelle nos aïeux s'illustrèrent par un travail artisanal, mais toujours de grande qualité.

Jusqu'en 1930, les métiers à bas perfectionnés inventés par l'anglais Henry COTTON en 1880, étaient les métiers produisant seulement un bas par jour. Le métier COTTON utilisait la technique d'un bas diminué et proportionné (Technique Fully Fashioned en terme de mode).

Jusqu'en 1930, les meilleurs ouvriers de France sont souvent issus des Cévennes. La richesse d'exécution des dessins fait que les plus beaux produits sont vendus pour les cours royales ou impériales.

Les Bas peuvent être également travaillés en unis, puis brodés à la main par des doigts agiles, avec l'exigence d'une grande précision.


Lors de son mariage, la Comtesse de PARIS portait un bas qui avait été fabriqué par un faiseur de bas Suménois. La Cour d'Angleterre et la Reine Victoria portaient également des Bas fabriqués à SUMENE. Les cours impériales autrichiennes et russes firent également partie de la clientèle de nos faiseurs de bas des Cévennes.

A partir de 1930, les capacités des métiers augmentent, et nous voyons apparaître les métiers 6 à 8 Têtes, puis 24 Têtes avec revers manuel juste avant la seconde guerre mondiale.

Après la 2éme guerre mondiale, le plan MARSHALL nous envoie ses fameux métiers américains, les marques READING et KALIO, qui aux environs de 1955 sont des métiers dits de grande production : 30 et 32 têtes, 100 rangées minute, entièrement automatique, 17 mètres d'encombrement pour un poids de 20 Tonnes.

Entre 1945 et 1965, les fabrications les plus connues et les plus médiatisées sont celles en 30 et Dn Nylon plat qui utilisent le fil de la RHODIA. Ces qualités de fil transparentes connaissent un énorme succès.

Entre 1955 et 1965, les efforts remarquables des constructeurs de métiers à bas Fully Fashioned restent vains, car voilà qu'apparaît une nouvelle mode proposée par de nouveaux constructeurs de machines.

La mode du bas sans couture bat son plein et c'est la descente aux enfers du bas avec couture qui a régné sans partage pendant plus de 400 ans.


LES BAS SANS COUTURE



1955-1960 : Apparition des premiers métiers circulaires permettant la fabrication du bas sans couture.

Bon nombre des fabricants Français et Cévennois n'y croient pas ou se trouvent ruinés pour avoir acheté des métiers Fully Fashioned au prix de 40 Millions de Francs dans les années 1960.
A cette époque les bas sans couture sont fabriqués avec des petites machines 1 chute, puis 2 chutes jusque dans les années 80.

Les Bas sans couture sont fabriqués en Nylon 15 et 30 Dn, ainsi qu'en mousse polyamide 15 et 20Dn pour les articles fins. En milieu rural, ou dans les contrées froides, les bas sont plus épais et sont en mousse polyamide 2/40 et 2/70 (80 et 140Dn), voire laine.

1965-1970 : Exit les bas avec porte jarretelle. Arrive la libération de la femme et l'apparition d'une nouvelle mode qui permet la fabrication du collant.


1970-1980 : Grande révolution dans le fil avec l'arrivée du Lycra de DUPONT DE NEMOURS, qui va révolutionner à son tour le marché, et des métiers 4 chutes à cadence rapide qui vont servir à alimenter la grande distribution, en produisant des articles moins chers.

1980-2000 : La grande distribution a 85% des parts de marché, mais on assiste entre 1995 et 2000 à une chute de 50% de la consommation et à une crise chez les fabricants au moindre coût.

D'une situation de 120 fabricants après guerre, on va se retrouver en l'an 2000 avec moins de 10 Fabricants de bas et collants. La loi du marché et la mondialisation sont passés par là.

Pour résister CERVIN, la plus petite entreprise Française de bas et collants prend le taureau par les cornes, se jette dans la gueule de la mondialisation, et se met à exporter sur les 5 continents. Trois ans après s'être lancé à l'export, les produits exportés représentent 40% du chiffre d'affaires vendus dans des qualités haut de gamme, voire de luxe.

Le collant est devenu pour la grande distribution un produit jetable qui a perdu beaucoup de charme et d'authenticité dans la garde robe féminine.

MISE EN AVANT DU SAVOIR FAIRE TRADITIONNEL ET ANCESTRAL.

CERVIN en partenariat avec LADYBAS ont remis au goût du jour 2 produits qui étaient l'apanage des productions de qualité d'antan et étaient exportés dans les cours royales ou impériales, contribuant à faire connaître les CEVENNES de par le vaste monde, le bas Nylon 15Dn et le Bas de Soie.


Ce sont les fameux bas que portaient à l'écran Marlène DIETRICH, Marylin MONROE, ou Sophia LOREN, Catherine DENEUVE, et qui font encore rêver tant d'aficionados (hommes ou femmes).

Ainsi seront mis en avant les détails de fabrication artisanaux que seuls les métiers Fully Fashioned peuvent reproduire.

Lorsque vous porterez Madame un bas couture à couture,vous serez d'une élégance absolue et les hommes se tourneront dans la rue pour observer votre sens de la féminité et de la séduction.

Il vous faudra certes, porter talons hauts et porte jarretelle, mais c'est dans les détails de fabrication de bas que vous donnerez envie à vos amies d'en porter.

En d'autres temps, en d'autres lieux, Monsieur De Voltaire, qui avait eu une autorisation royale pour la fabrication des bas aurait pu écrire en ces termes à la duchesse de Choiseul, l'art du bel ouvrage.

"Madame, votre bas à couture entièrement diminué et proportionné est un véritable produit de luxe et qualité. Vous montrerez d'abord à vos amis(ies) le petit trou garant de l'authenticité du bas. Positionné en haut du revers, il lui confère de l'extensibilité et de la souplesse. Dans le sous revers, vous remarquerez deux rangées de picots ajourés qui dégagent une sensualité torride. Puis, vous descendrez le long de la jambe, et vous verrez des diminutions en cuisse et au mollet, placées de chaque côté de la couture. Les diminutions de mollet galberont vos jambes et la couture vous procureront une allure élancée. Vous continuerez à dérouler votre bas, et vous découvrirez l'anglésage, les augmentations d'anglésage et terminerez par la semelle agrémentée d'une fine pointe chapiteau sous le pied, entièrement diminué et remaillé par la machine. Les augmentations d'anglésage (picots ajourés en talon), conférant encore plus de chic à votre démarche.
Je vous invite dorénavant à ne porter que d'authentiques bas à couture.
Montrez ensuite vos jambes à qui veut bien les voir, et si l'on avoue pas que mon bas est plus beau que celui d'Italie, je renonce au métier".

Source : www.Ladybas.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français   Aujourd'hui à 2:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Sumène - Ces bas de soie qui portent haut le luxe français
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A verrouiller - Topic plus récent plus haut]
» Mojo au Black Pig (68 Haut Rhin)
» Son House - 18 ans qu'il joue le blues là haut
» Haut-Parleur JBL GTO 526e GRAND TOURING SERIES.
» L'homme qui saute le + haut du monde !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: LE JOURNAL DES PEOPLES - L'ACTUALITE... :: Les Actualités Générales et Politiques-
Sauter vers: