Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 JEAN FERRAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 25 Avr - 12:28

Citation :


1981. Coffret 3 disques (3 x 30 cm Barclay Impact 6993 122)

(30 cm Barclay Impact 6886 471)

Nuit et brouillard – Rien à voir – Les saisons – Excusez-moi – Berceuse – La jeunesse – Les lilas – Les filles longues – La petite fille qui tombe – Les demoiselles de magasin – Dix-sept ans – Y aurait-il ?

(30 cm Barclay Impact 6886 472)

La Montagne - Cuba si - Un Jour, un jour – Prisunic – Indien – Ariane - Le Bureau – Intox - La Cavale - Paris an 2000 - Et pour l'exemple - État d'âme.

(30 cm Barclay Impact 6886 475)

Potemkine - Mes amours - J'imagine - Hourrah ! - Napoléon IV – À Brassens – Maria - Ce qu'on est bien mon amour – Loin - Les touristes partis - Pauvre Boris - L'idole à papa.





1981. Ferrat chante Aragon (30 cm Temey 598 015)

Un jour, un jour – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – J’entends, j’entends – Que serais-je sans toi ? – Robert, le diable – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





1982. Le Polonais (30 cm Festival FLD 747)

Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Le Polonais – La cervelle – Notre concerto – Les petits bistrots – L’éloge du célibat – Napoléon IV – Les yeux d’Elsa – Regarde-toi, Paname.





1982. Eh! L’amour (30 cm Festival FLD 751)

Eh ! L’amour – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Le Polonais – La cervelle – Regarde-toi, Paname – Ma môme – L’éloge du célibat – Napoléon IV – Les petits bistrots – Les nomades – Federico Garcia Lorca.





1982. Ferrat aujourd’hui 5 (3 x 30 cm Temey 598 513)

Disque 1 : (30 cm Temey 598 013)

Disque 2 : (30 cm Temey 598 014)

Disque 3 : (30 cm Temey 598 015)





1984. Disque d’or (30 cm Temey 240 065-1)

Nuit et brouillard – Berceuse – La voix lactée – Ta chanson – À Brassens – C’est beau la vie – Potemkine – Les nomades – Napoléon IV – Les beaux jours – Le sabre et le goupillon – Hourrah.





1984. Au printemps de quoi rêvais-tu ? (30 cm Temey 240 091-1)

Au printemps de quoi rêvais-tu ? – La matinée (avec Christine Sèvres) – L’idole à papa – Les poètes – Ma France – Le bureau – Rien à voir – Les filles longues – Un jour futur.





1985. Je ne suis qu’un cri (30 cm Temey 240 374-1 ou CD 240 374-2)

Je ne suis qu’un cri – Hospitalité – L’âne – Viens mon grelot – Concessions – Comptine pour Clémentine – La porte à droite – Le cœur fragile – Le châtaignier – Petit – Vipères lubriques – Pardonnez-moi mademoiselle – Le Kilimandjaro – Les cerisiers.





1985. Ferrat 1961-1967 (CD Temey 746 172-2)

Deux enfants au soleil – Federico Garcia Lorca – Ma môme – Les nomades – Eh ! L’amour – Ta chanson – Nuit et brouillard – Sainte-Canaille – Quatre cents enfants noirs – C’est beau la vie – Berceuse – Hourrah – La montagne – Je ne chante pas pour passer le temps – Les belles étrangères – Potemkine - On ne voit pas le temps passer – Maria – La liberté est en voyage – En groupe, en ligue, en procession – C’est qu’on est bien mon amour – À Santiago – Au point du jour.





1985. Ferrat 1968-1980 (CD Temey 746 173-2)

Ma France – La matinée (avec Christine Sèvres) – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – Sacré Félicien – Camarade – Je vous aime – Les touristes partis – La commune – J’imagine – Une femme honnête – Les saisons – La femme est l’avenir de l’homme – Le fantôme – Un air de liberté – Le chef de gare est amoureux – Le bilan – Oural ouralou – Pour être encore en haut de l’affiche – Tu verras, tu seras bien – L’amour est cerise.





1985. Top 16 (30 cm Temey 156 270-1)

La montagne – Aimer à perdre la raison – Nuit et brouillard – Les nomades – Deux enfants au soleil – L’amour est cerise – La femme est l’avenir de l’homme – Ma France – Potemkine – Heureux celui qui meurt d’aimer – C’est beau la vie – La matinée (avec Christine Sèvres) – La commune – C’est toujours la première fois – Oural ouralou – Le bilan.





1985. Versions originales : coffret 3 disques (3 x 30 cm Polygram 827 308-1)

(30 cm Polygram 827 307-1)

La commune – À Santiago – Que serais-je sans toi – La cavale – Ma France – Mourir au soleil – Camarade – À moi l’Afrique – Les belles étrangères – Aimer à perdre la raison – Les guérilleros – Alléluia.

(30 cm Polygram 825 080-1)

Nuit et brouillard – Les saisons – Les demoiselles de magasin – 17 ans – Prisunic – Paris an 2000 – La montagne – Cuba si – État d’âme – Les nomades – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris.

(30 cm Polygram 825 081-1)

Potemkine – Mes amours – Hourrah – À Brassens – Maria – Une femme honnête – Deux enfants au soleil – La fête aux copains – Ma môme – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Ce qu’on est bien mon amour.





1986. Ferrat chante Aragon (CD Temey 240 050-2)

Un jour, un jour – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – J’entends, j’entends – Que serais-je sans toi ? – Robert, le diable – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





1986. Succès 2 disques (2 x 30 cm Polygram 831 023-1)

Nuit et brouillard – Rien à voir – Les saisons - Excusez-moi – Berceuse – La jeunesse – Les lilas – Les filles longues – La petite fleur qui tombe – Les demoiselles de magasin – Dix-sept ans – Y aurait-il.

La montagne – Cuba si – Un jour, un jour – Prisunic – Indien – Ariane – Le bureau – Intox – La cavale – Paris en 2000 – Et pour l’exemple – État d’âme.





1987. Master série (CD Polygram 825 790-2)

Nuit et brouillard – À Brassens – Ce qu’on est bien mon amour – Sacré Félicien – Federico Garcia Lorca – Mourir au soleil – La commune – Nous dormirons ensemble – En groupe, en ligue, en procession – Berceuse – La montagne – Ma France – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – J’entends, j’entends – Camarade – Maria – Pauvre Boris – Une femme honnête – On ne voit pas le temps passer – Je vous aime – Je ne chante pas pour passer le temps.





1988. Deux enfants au soleil – Ma môme (CD Temey 174 135-2)

Deux enfants au soleil – Ma môme – J’entends, j’entends – La fête aux copains – Federico Garcia Lorca – Les nomades – Napoléon IV – Mes amours – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Eh ! L’amour – Ta chanson – Ma fille – D’où que vienne l’accordéon – Regarde-toi, Paname – Le p’tit jardin – L’éloge du célibat – Restera-t-il un chant d’oiseau – Les petits bistrots – Je ne puis vivre que de toi.





1988. Nuit et brouillard – La montagne (CD Temey 174 136-2)

Nuit et brouillard – À Brassens – Les enfants terribles – Toujours la même g… - Sainte canaille – C’est beau la vie – Quatre cent enfants noirs – De Nogent jusqu’à la mer – Horizontalement – Nous dormirons ensemble – La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi – La jeunesse – Berceuse – Hourrah – Au bout de mon âge.





1988. Potemkine – Maria (CD Temey 174 137-2)

Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – La voix lactée – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – À l’été de la Saint-Martin – On ne voit pas le temps passer – Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Si je mourrais là-bas – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris – Un jour, un jour – Alléluia – Chanson pour toi – Pauvre Boris.





1988. Ma France – À Santiago (CD Temey 174 1382-2)

Cuba si – Mourir au soleil – Excusez-moi – Prisunic – À Santiago – Ce qu’on est bien mon amour – Les guérilleros – Au point du jour – Pauvres petits c… - Indien – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – La matinée (avec Christine Sèvres) – L’idole à papa – Les poètes – La petite fleur qui tombe – Ma France – Rien à voir – Les filles longues – Hop-là, nous vivons – Le bureau – Un jour futur.





1988. Aimer à perdre la raison – Camarade (CD Temey 174 139-2)

Camarade – Tout ce que j’aime – Les demoiselles de magasin – Mon bel amour – Dix sept ans – Sacré Félicien – La cavale – Y aurait-il – Intox – Les lilas – La commune – Les derniers tziganes – Je vous aime – Mis à part – Comprendre – Les touristes partis – État d’âme – J’imagine – L’adresse du bonheur – Aimer à perdre la raison – Et pour l’exemple.





1988. À moi l’Afrique – La femme est l’avenir de l’homme (CD Temey 174 140-2)

À moi l’Afrique – Picasso colombe – Une femme honnête – À l’ombre bleue du figuier – Si j’étais peintre ou maçon – Les saisons – La leçon buissonnière – Paris an 2000 – Hou hou méfions-nous – Ils volent, volent, volent – La femme est l’avenir de l’homme – Les bruits de bottes – Berceuse pour un petit loupiot – Un jeune – Dans le silence de la ville – Le singe – Je meurs – Le fantôme – Un air de liberté – Mon chant est un ruisseau.





1988. Les instants volés – L’amour est cerise (CD Temey 174 141-2)

Mon palais – Le tiers chant – Le chef de gare est amoureux – Le petit trou pas cher – Les instants volés – Un cheval fou dans un grand magasin – Caserne – La boldochévique – Le diable au cœur – Si nous mourrons – Le bilan – Oural ouralou – L’amour est cerise – J’ai froid – Pour être encore en haut d’l’affiche – Mon pays était beau – Tu verras, tu seras bien – Quand on n’interdira plus mes chansons – J’aurais seulement voulu – La bourrée des trois célibataires.





1988. Ferrat 1961-1988 : 160 chansons avec leurs textes (9 x CD Temey 174 280-2)

Disque 1 : (CD Temey 174 135-2)

Disque 2 : (CD Temey 174 136-2)

Disque 3 : (CD Temey 174 137-2)

Disque 4 : (CD Temey 174 138-2)

Disque 5 : (CD Temey 174 139-2)

Disque 6 : (CD Temey 174 140-2)

Disque 7 : (CD Temey 174 141-2)

Disque 8 : (CD Temey 240 050-2)

Disque 9 : (CD Temey 240 374-2)





1988. Grands succès du disque (2 x 30 cm Temey 251 806-1)

Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – La voix lactée – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – À l’été de la Saint-Martin – On ne voit pas le temps passer.

Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Si je mourrais là-bas – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris – Un jour, un jour – Alléluia – Chanson pour toi – Pauvre Boris.





1988. 2 cd collection (2 x CD Polygram 837 308-2)

La commune – À Santiago – Que serais-je sans toi – La cavale – Ma France – Mourir au soleil – Camarade – À moi l’Afrique – Les belles étrangères – Aimer à perdre la raison – Les guérilleros – Alléluia – Nuit et brouillard – Les saisons – Les demoiselles de magasin – Dix-sept ans – Prisunic – Paris an 2000.

La montagne – Cuba si – État d’âme – Les nomades – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris – Potemkine – Mes amours – Hourrah – À Brassens – Maria – Une femme honnête – Deux enfants au soleil – La fête aux copains – Ma môme – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Ce qu’on est bien mon amour.

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 25 Avr - 12:31

Citation :


1990. Sacré soirée (CD Temey 252 585-2)

Le bilan – Oural ouralou – L’amour est cerise – J’ai froid – Pour être encore en haut de l’affiche – Mon pays était beau – Tu verras, tu seras bien – Quand on n’interdira plus mes chansons – J’aurais seulement voulu – La bourrée des trois célibataires – Chanter – L’embellie.





1990. (CD Club Dial 900 081)

Deux enfants au soleil – Ma môme – Nuit et brouillard – C’est beau la vie – Nous dormirons ensemble – La montagne – Que serais-je sans toi – La jeunesse – Potemkine – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – C’est toujours la première fois – On ne voit pas le temps passer – Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – Ma France – Rien à voir – La commune – Aimer à perdre la raison – Les derniers tziganes – Le malheur d’aimer – Une femme honnête.





1990. Master série volume 2 (CD Polygram 843 656-2)

Potemkine – C’est beau la vie – Les belles étrangères – Ma môme – Heureux celui qui meurt d’aimer – À moi l’Afrique – La jeunesse – À Santiago – Aimer à perdre la raison – Alléluia – Que serais-je sans toi – Deux enfants au soleil – C’est toujours la première fois – C’est si peu dire que je t’aime – Cuba si – À l’été de la Saint-Martin.





1990. 2 cd collection volume 2 (2 x CD Polygram 843 653-2)

(CD Barclay 843 654-2)

Federico Garcia Lorca – Les enfants terribles – Sainte canaille – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – Nous dormirons ensemble – Autant d’amour autant de fleurs – La jeunesse – Berceuse – Au bout de mon âge – C’est si peu dire que je t’aime – Je ne chante pas pour passer le temps – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – À l’été de la Saint-Martin – On ne voit pas le temps passer.

(CD Barclay 843 655-2)

Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Pauvre Boris – Excusez-moi – Au point du jour – Indien – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – Ariane – Rien à voir – Les filles longues – Sacré Félicien – Les lilas – Les derniers tziganes – Je vous aime – Si j’étais peintre ou maçon – La leçon buissonnière – Le malheur d’aimer – J’entends, j’entends.





1991. Ferrat 91 (CD Temey 174 424-2)

Dans la jungle ou dans le zoo – Les petites filles modèles – Parle-moi de nous – Dingue – Les tournesols – Chante l’amour – À la une – Le grillon – Bicentenaire – Les jeunes imbéciles – Tu aurais pu vivre – Mon amour sauvage – Nul ne guérit de son enfance – La paix sur terre.





1991. Préférences (À Santiago) (CD Temey 252 690-2)

Mon palais – Le chef de gare est amoureux – Le petit trou pas cher – Un cheval fou dans un grand magasin – La Boldochévique – Si nous mourrons – Les guérilleros – Indien – Excusez-moi – Prisunic – À Santiago – Ce qu’on est bien mon amour – Au point du jour – Pauvres petits c… - Mourir au soleil.





1991. Ferrat 1961-1991 (10 x CD Temey 174 429-2)

Disque 1 : (CD Temey 174 135-2)

Disque 2 : (CD Temey 174 136-2)

Disque 3 : (CD Temey 174 137-2)

Disque 4 : (CD Temey 174 138-2)

Disque 5 : (CD Temey 174 139-2)

Disque 6 : (CD Temey 174 140-2)

Disque 7 : (CD Temey 174 141-2)

Disque 8 : (CD Temey 174 424-2)

Disque 9 : (CD Temey 240 374-2)

Disque 10 : (CD Temey 240 050-2)





1992. Les années Barclay (5 x CD 511 996-4)

Volume 1 : 1962-1963 (CD Barclay 511 992-2)

Deux enfants au soleil – Ma môme – J’entends, j’entends – La fête aux copains – Federico Garcia Lorca – Les nomades – Napoléon IV – Mes amours – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Nuit et brouillard – À Brassens – Les enfants terribles – Toujours la même g… - Sainte canaille – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – De Nogent jusqu’à la mer – Horizontalement – Nous dormirons ensemble.

Volume 2 : 1964-1965 (CD Barclay 511 993-2)

La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi – La jeunesse – Berceuse – Loin – Hourrah – Au bout de mon âge – Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – La voix lactée – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – À l’été de la Saint-Martin – On ne voit pas le temps passer.

Volume 3 : 1966-1967 (CD Barclay 511 994-2)

Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Si je mourrais là-bas – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris – Un jour, un jour – Alléluia – Chanson pour toi – Pauvre Boris – Cuba si – Mourir au soleil – Excusez-moi – Prisunic – À Santiago – Ce qu’on est bien mon amour – Les guérilleros – Au point du jour – Pauvres petits c… - Indien.

Volume 4 : 1969-1970 (CD Barclay 511 995-2)

Au printemps de quoi rêvais-tu ? – La matinée (avec Christine Sèvres) – L’idole à papa – Les poètes – Ariane – La petite fleur qui tombe – Ma France – Rien à voir – Les filles longues – Hop-là nous vivons – Le bureau – Un jour futur – Camarade – Tout ce que j’aime – Les demoiselles de magasin – Mon bel amour – 17 ans – Sacré Félicien – La cavale – Y aurait-il… - Intox – Les lilas – Le malheur d’aimer – Robert, le diable.

Volume 5 : 1970-1972 (CD Barclay 511 996-2)

La commune – Les derniers tziganes – Je vous aime – Mis à part – Comprendre – Les touristes partis – État d’âme – J’imagine – L’adresse du bonheur – Aimer à perdre la raison – Et pour l’exemple – Mon palais – Caserne – La Boldochévique – Le petit trou pas cher – À moi l’Afrique – Picasso Colombe – Une femme honnête – À l’ombre bleue du figuier – Si j’étais peintre ou maçon – Les saisons – La leçon buissonnière – Paris an 2000 – Hou hou méfions-nous – Ils volent, volent, volent.





1992. Les années Barclay (2 x CD 513 217-2)

La fête aux copains – Les nomades – L’homme à l’oreille coupée – Les noctambules – Ma môme – J’entends, j’entends – Deux enfants au soleil – Quatre cents enfants noirs – Nuit et brouillard – Nous dormirons ensemble – La montagne – C’est beau la vie – Les belles étrangères – Au bout de mon âge – Potemkine – Je ne chante pas pour passer le temps – Le sabre et le goupillon – Que serais-je sans toi – On ne voit pas le temps passer – En groupe, en ligue, en procession – C’est toujours la première fois – Maria – C’est si peu dire que je t’aime – Cuba si – Un jour, un jour.

Les guérilleros – Pauvres petits c… - Heureux celui qui meurt d’aimer – À Santiago – Les poètes – La matinée (avec Christine Sèvres) – Un jour futur – Ma France – L’idole à papa – Sacré Félicien – Les lilas – Camarade – Et pour l’exemple – La commune – Picasso colombe – Une femme honnête – Les saisons – Les touristes partis – Aimer à perdre la raison – Paris an 2000 – Hou hou méfions-nous – Si j’étais peintre ou maçon – Pauvre Boris.





1992. Ferrat chante Aragon (CD Barclay 513 220-2)

Un jour, un jour – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – J’entends, j’entends – Que serais-je sans toi – Robert, le diable – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer – Les lilas – Aimer à perdre la raison.





1992. Ferrat chante Aragon (CD Temey 74 427-2)

Un jour, un jour – Le tiers chant – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – Aimer à perdre la raison – J’entends, j’entends – Dans le silence de la ville – Que serais-je sans toi – Robert, le diable – Les lilas – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





1993. Collection Joker (CD Polygram 519 022-2)

La montagne – Les enfants terribles – Sainte canaille – Au bout de mon âge – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – Les belles étrangères – À l’été de la Saint-Martin – Excusez-moi – Au point du jour – Les filles longues – Si j’étais peintre ou maçon – La leçon buissonnière – Le malheur d’aimer.





1994. Ferrat 95 : 16 nouveaux poèmes d’Aragon (CD Meys TEM 74 454-2)

Complainte de Pablo Neruda – Elle – J’arrive où je suis étranger – Devine – Chagall – Les feux de Paris – Chambres d’un moment – Lorsque s’en vient le soir – Qui vivra verra – Odeur des myrtilles – Carco – Musique de ma vie – Pablo mon ami – Pourtant la vie – Les oiseaux déguisés – Épilogue.





1994. Deux enfants au soleil (CD Musidisc 331 102)

Deux enfants au soleil – Federico Garcia Lorca – Les nomades – Paris Gavroche – Ta chanson – Ma môme – Mes amours – Ma fille – La fête aux copains – J’entends, j’entends – Le p’tit jardin – Eh ! L’amour.





1995. Ses 24 premières chansons (CD Magic Records 520 932)

Les mercenaires – Ma vie, mais qu’est-ce que c’est – Fredo, la nature – L’homme sandwich – Ma môme – Regarde-toi, Paname – Federico Garcia Lorca – L’éloge du célibat – Paris gavroche – Ta chanson – Ma fille – J’entends, j’entends – Eh! L’amour – La cervelle – Deux enfants au soleil – Napoléon IV – La fête aux copains – Le p’tit jardin – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Les nomades – Les petits bistrots – Mes amours – Le Polonais.





1995. La montagne (CD Temey TEM 74 458-2)

La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi ? – La jeunesse – Berceuse – Hourrah ! – Au bout de mon âge.





1995. Ferrat Aragon volume 1 (CD Temey 74 462-2)

Un jour, un jour – Le tiers chant – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – Aimer à perdre la raison – J’entends, j’entends – Dans le silence de la ville – Que serais-je sans toi – Robert, le diable – Les lilas – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





1996. Ferrat Aragon : l’intégrale (2 x CD Temey 74 463-2)

Disque 1 : (CD Temey 74 462-2)

Disque 2 : (CD Temey 74 454-2)





1997. Nuit et brouillard (CD Temey TEM 74 468-2)

Nuit et brouillard – À Brassens – Les enfants terribles – Toujours la même g… - Sainte Canaille – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – De Nogent jusqu’à la mer – Horizontalement – Nous dormirons ensemble.





1997. Ma France (CD Temey TEM 74 469-2)

Au printemps de quoi rêvais-tu ? – La matinée – L’idole à papa – Les poètes – La petite fleur qui tombe – Ma France – Rien à voir – Les filles longues – Hop-là ! Nous vivons – Le bureau – Un jour futur.





1997. À Santiago (CD Temey TEM 74 470-2)

Cuba si – Mourir au soleil – Excusez-moi – Prisunic – À Santiago – Ce qu’on est bien mon amour – Les guérilleros – Au point du jour – Pauvres petits c… - Indien.





1997. Jean Ferrat 1961-1971 (5 x CD Sélection du Reader’s Digest 301112345)

Jean Ferrat 61/62

Deux enfants au soleil – Ma môme – J’entends, j’entends – La fête aux copains – Federico Garcia Lorca – Les nomades – Napoléon IV – Mes amours – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Eh ! L’amour – Ta chanson – Ma fille – D’où que vienne l’accordéon – Regarde-toi, Paname – Le p’tit jardin – L’éloge du célibat – Restera-t-il un chant d’oiseau – Les petits bistrots – Je ne puis vivre que de toi.

Jean Ferrat 63/64

Nuit et brouillard – À Brassens – Les enfants terribles – Toujours la même g… - Sainte-canaille – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – De Nogent jusqu’à la mer – Horizontalement – Nous dormirons ensemble – La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi ? – La jeunesse – Berceuse – Hourrah – Au bout de mon âge.

Jean Ferrat 65/66

Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – La voix lactée – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – À l’été de la Saint-Martin – On ne voit pas le temps passer – Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Si je mourrais là-bas – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris – Un jour, un jour – Alléluia – Chanson pour toi – Pauvre Boris.

Jean Ferrat 67/69

Cuba si – Mourir au soleil – Excusez-moi – Prisunic – À Santiago – Ce qu’on est bien mon amour – Les guérilleros – Au point du jour – Pauvres petits c… - Indien – Au printemps de quoi rêvais-tu – La matinée (avec Christine Sèvres) – L’idole à papa – Les poètes – La petite fleur qui tombe – Ma France – Rien à voir – Les filles longues – Hop-là nous vivons – Le bureau – Un jour futur.

Jean Ferrat 70/71

Camarade – Tout ce que j’aime – Les demoiselles de magasin – Mon bel amour – Dix-sept ans – Sacré Félicien – La cavale – Y aurait-il – Intox – Les lilas – La commune – Les derniers tziganes – Je vous aime – Mis à part – Comprendre – Les touristes partis – État d’âme – J’imagine – L’adresse du bonheur – Aimer à perdre la raison – Et pour l’exemple.





1997. La montagne (CD Barclay 537 375-2)

La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi ? – La jeunesse – Berceuse – Loin – Au bout de mon âge.





1998. Deux enfants au soleil (CD Magic Records 174 632)

Les mercenaires – Ma vie, mais qu’est-ce que c’est – Fredo, la nature – L’homme sandwich – Ma môme – Regarde-toi, Paname – Federico Garcia Lorca – L’éloge du célibat – Paris gavroche – Ta chanson – Ma fille – J’entends, j’entends – Eh! L’amour – La cervelle – Deux enfants au soleil – Napoléon IV – La fête aux copains – Le p’tit jardin – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Les nomades – Les petits bistrots – Mes amours – Le Polonais.





1998. Le disque d’or (CD Barclay 557 216-2)

C’est beau la vie – Ce qu’on est bien mon amour – En groupe, en ligue, en procession – Heureux celui qui meurt d’aimer – Pauvres petits c… - C’est toujours la première fois – Je ne chante pas pour passer le temps – Les belles étrangères – Je vous aime – Camarade – Sacré Félicien – À moi l’Afrique.





1998. Ferrat chante Aragon (CD Barclay 543 643-2)

Un jour, un jour – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – J’entends, j’entends – Que serais-je sans toi – Robert, le diable – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





1999. Ferrat 2000 : 190 chansons de 1961 à 1994 (11 x CD Temey TEM 74 483-2)

Disque 1 : (CD Temey 74 135-2)

Disque 2 : (CD Temey 74 136-2)

Disque 3 : (CD Temey 74 137-2)

Disque 4 : (CD Temey 74 138-2)

Disque 5 : (CD Temey 74 139-2)

Disque 6 : (CD Temey 74 140-2)

Disque 7 : (CD Temey 74 141-2)

Disque 8 : (CD Temey 240 374-2)

Disque 9 : (CD Temey 174 424-2)

Disque 10 : (CD Temey 74 462-2)

Disque 11 : (CD Temey 74 454-2)

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 25 Avr - 12:33

Citation :


2000. Ballades et mots d’amour (CD Barclay 543 173-2)

Deux enfants au soleil – Ma môme – Les nomades – C’est beau la vie – Nous dormirons ensemble – La montagne – Que serais-je sans toi ? – C’est si peu dire que je t’aime – C’est toujours la première fois – Heureux celui qui meurt d’aimer – La matinée (avec Christine Sèvres) – Ma France – Y aurait-il – Les lilas – Aimer à perdre la raison – Les saisons.



2000. C’est toujours la première fois (Long-box) (3 x CD Barclay 557 918-2)

Deux enfants au soleil – Ma môme – J’entends, j’entends – La fête aux copains – Federico Garcia Lorca – Les nomades – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Nuit et brouillard – À Brassens – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – Nous dormirons ensemble – La montagne – Que serais-je sans toi ? – Berceuse – Au bout de mon âge.

Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Un jour, un jour – Pauvre Boris – Cuba si – À Santiago – Les guérilleros – Pauvres petits c… - La matinée (avec Christine Sèvres) – L’idole à papa – Les poètes – Ma France – Un jour futur.

Camarade – Sacré Félicien – Y aurait-il ? – Les lilas – La commune – Les derniers tziganes – Les touristes partis – Aimer à perdre la raison – Et pour l’exemple – À moi l’Afrique – Picasso colombe – Une femme honnête – Si j’étais peintre ou maçon – Les saisons – Paris an 2000 – Hou hou méfions-nous.



2000. CD story (CD Barlcay 543 624-2)

Les nomades – Ma môme – Deux enfants au soleil – Que serais-je sans toi ? – Nuit et brouillard – Nous dormirons ensemble – La montagne – C’est beau la vie – Un jour, un jour – Potemkine – Maria – Cuba si - Heureux celui qui meurt d’aimer – À Santiago – Sacré Félicien – Ma France – Camarade – Aimer à perdre la raison – La commune – Les saisons.





2000. (CD Musidisc 549 073-2)

Ma môme – Federico Garcia Lorca – Paris Gavroche – Ta chanson – Deux enfants au soleil – Mes amours – Ma fille – La fête aux copains – J’entends, j’entends – Le p’tit jardin – Eh ! L’amour.





2001. Ma France (CD Barclay 549 710-2)

Ma môme – Les nomades – Deux enfants au soleil – J’entends, j’entends – Nuit et brouillard – Nous dormirons ensemble – La montagne – C’est beau la vie – Les belles étrangères – Potemkine – Que serais-je sans toi ? – C’est toujours la première fois – Maria – C’est si peu dire que je t’aime – Cuba si – Heureux celui qui meurt d’aimer – À Santiago – Un jour futur – Ma France – Camarade – Les lilas – La commune – Picasso colombe – Aimer à perdre la raison.





2002. Ferrat en scène (CD Temey TEM 74 488-2)

Dingue – Chante l’amour – Les petites filles modèles – Bicentenaire – Le grillon – À la une – Parles-moi de nous – Dans la jungle ou dans le zoo – Tu aurais pu vivre – Mon amour sauvage – Nul ne guérit de son enfance – Les jeunes imbéciles – Les tournesols – La paix sur terre.





2003. Ferrat Aragon volume 1 (CD Temey TEM 74 462-9)

Les yeux d’Elsa – Un jour, un jour – Le tiers-chant – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – Aimer à perdre la raison – J’entends, j’entends – Dans le silence de la ville – Que serais-je sans toi ? – Robert, le diable – Les lilas – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





2005. L’intégrale Decca-Barclay (6 x CD Barclay 981 905-1)

Volume 1 (CD Barclay 981 905-8)

Ma môme – Federico Garcia Lorca – Regarde-toi, Paname – L’éloge du célibat – Paris Gavroche – Ta chanson – Ma fille – J’entends, j’entends – Deux enfants au soleil – Napoléon IV – Eh ! L’amour – La cervelle – Les noctambules – Le p’tit jardin – L’homme à l’oreille coupée – Mes amours – Les petits bistrots – Le Polonais – Les nomades – La fête aux copains.

Volume 2 (CD Barclay 511 992-2)

Deux enfants au soleil – Ma môme – J’entends, j’entends – La fête aux copains – Federico Garcia Lorca – Les nomades – Napoléon IV – Mes amours – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Nuit et brouillard – À Brassens – Les enfants terribles – Toujours la même g… - Sainte canaille – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – De Nogent jusqu’à la mer – Horizontalement – Nous dormirons ensemble.

Volume 3 (CD Barclay 511 993-2)

La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi – La jeunesse – Berceuse – Loin – Hourrah – Au bout de mon âge – Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – La voix lactée – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – À l’été de la Saint-Martin – On ne voit pas le temps passer.

Volume 4 (CD Barclay 511 994-2)

Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Si je mourrais là-bas – La liberté est en voyage – Un enfant quitte Paris – Un jour, un jour – Alléluia – Chanson pour toi – Pauvre Boris – Cuba si – Mourir au soleil – Excusez-moi – Prisunic – À Santiago – Ce qu’on est bien mon amour – Les guérilleros – Au point du jour – Pauvres petits c… - Indien.

Volume 5 (CD Barclay 511 995-2)

Au printemps de quoi rêvais-tu ? – La matinée (avec Christine Sèvres) – L’idole à papa – Les poètes – Ariane – La petite fleur qui tombe – Ma France – Rien à voir – Les filles longues – Hop-là nous vivons – Le bureau – Un jour futur – Camarade – Tout ce que j’aime – Les demoiselles de magasin – Mon bel amour – 17 ans – Sacré Félicien – La cavale – Y aurait-il… - Intox – Les lilas – Le malheur d’aimer – Robert, le diable.

Volume 6 (CD Barclay 511 996-2)

La commune – Les derniers tziganes – Je vous aime – Mis à part – Comprendre – Les touristes partis – État d’âme – J’imagine – L’adresse du bonheur – Aimer à perdre la raison – Et pour l’exemple – Mon palais – Caserne – La Boldochévique – Le petit trou pas cher – À moi l’Afrique – Picasso Colombe – Une femme honnête – À l’ombre bleue du figuier – Si j’étais peintre ou maçon – Les saisons – La leçon buissonnière – Paris an 2000 – Hou hou méfions-nous – Ils volent, volent, volent.





2006. Talents volume 1 (CD Barclay 589 020-2)

Nuit et brouillard – À Brassens – Ce qu’on est bien mon amour – Sacré Félicien – Federico Garcia Lorca – Mourir au soleil – La commune – Nous dormirons ensemble – En groupe, en ligue, en procession – Berceuse – La montagne – Ma France – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – J’entends, j’entends – Camarade – Maria – Pauvre Boris – Une femme honnête – On ne voit pas le temps passer – Je vous aime – Je ne chante pas pour passer le temps.





2006. Talents volume 2 (CD Barclay 589 021-2)

Potemkine – C’est beau la vie – Les belles étrangères – Ma môme – Heureux celui qui meurt d’aimer – À moi l’Afrique – La jeunesse – À Santiago – Aimer à perdre la raison – Alléluia – Que serais-je sans toi – Deux enfants au soleil – C’est toujours la première fois – C’est si peu dire que je t’aime – Cuba si – À l’été de la Saint-Martin.





2007. Collection Prestige (CD Barclay 530 446-7)

Nuit et brouillard – À Brassens – Ce qu’on est bien mon amour – Sacré Félicien – Federico Garcia Lorca – Mourir au soleil – La commune – Nous dormirons ensemble – En groupe, en ligue, en procession – Berceuse – La montagne – Ma France – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – J’entends, j’entends – Camarade – Maria – Pauvre Boris – Une femme honnête – On ne voit pas le temps passer – Je vous aime – Je ne chante pas pour passer le temps.





2007. Les 50 plus belles chansons (3 x CD Barclay 530 024-5)

(CD Barclay 530 024-6)

Deux enfants au soleil – Ma môme – J’entends, j’entends – La fête aux copains – Les nomades – Les noctambules – L’homme à l’oreille coupée – Nuit et brouillard – À Brassens – C’est beau la vie – Quatre cents enfants noirs – Nous dormirons ensemble – La montagne – Que serais-je sans toi – Berceuse – Au bout de mon âge.

(CD Barclay 530 024-7)

Potemkine – C’est si peu dire que je t’aime – Les belles étrangères – Je ne chante pas pour passer le temps – C’est toujours la première fois – Le sabre et le goupillon – Raconte-moi la mer – Maria – Heureux celui qui meurt d’aimer – En groupe, en ligue, en procession – Un jour, un jour – Pauvre Boris – Cuba si – À Santiago – Les guérilleros – Au point du jour – Pauvres petits c…

(CD Barclay 530 024-8)

L’idole à papa – Les poètes – Ma France – Un jour futur – Camarade – Sacré Félicien – Y aurait-il ? – Les lilas – La commune – Les touristes partis – Aimer à perdre la raison – Et pour l’exemple – Picasso colombe – Une femme honnête – Si j’étais peintre ou maçon – Les saisons – Hou hou méfions-nous.





2007. La montagne (CD Barclay 530 076-8)

La montagne – Autant d’amours autant de fleurs – Tu ne m’as jamais quitté – Les beaux jours – Le jour où je deviendrai gros – Que serais-je sans toi ? – La jeunesse – Berceuse – Loin – Au bout de mon âge.





2007. Ferrat chante Aragon (CD Barclay 530 077-0)

Un jour, un jour – Le malheur d’aimer – Les poètes – Nous dormirons ensemble – C’est si peu dire que je t’aime – J’entends, j’entends – Que serais-je sans toi – Robert le diable – Au bout de mon âge – Heureux celui qui meurt d’aimer.





2009. Master série (CD Barclay 531 838-3)

Nuit et brouillard – À Brassens – Ce qu’on est bien mon amour – Sacré Félicien – Federico Garcia Lorca – Mourir au soleil – La commune – Nous dormirons ensemble – En groupe, en ligue, en procession – Berceuse – La montagne – Ma France – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – J’entends, j’entends – Camarade – Maria – Pauvre Boris – Une femme honnête – On ne voit pas le temps passer – Je vous aime – Je ne chante pas pour passer le temps.





2009. Master série volume 2 (CD Barclay 531 838-4)

Potemkine – C’est beau la vie – Les belles étrangères – Ma môme – Heureux celui qui meurt d’aimer – À moi l’Afrique – La jeunesse – À Santiago – Aimer à perdre la raison – Alléluia – Que serais-je sans toi – Deux enfants au soleil – C’est toujours la première fois – C’est si peu dire que je t’aime – Cuba si – À l’été de la Saint-Martin.





2009. Best of 3 cd (3 x CD Sony / Temey 886975709823)

La montagne – Ma môme – Aimer à perdre la raison – Les petites filles – Que serais-je sans toi ? – C’est beau la vie – Le chef de gare est amoureux – J’imagine – Les tournesols – Maria – Nous dormirons ensemble – Mon palais – Chanter – La matinée (avec Christine Sèvres) – Les cerisiers – Les instants volés – Deux enfants au soleil – Je vous aime – Nul ne guérit de son enfance.

Nuit et brouillard – Potemkine – Federico Garcia Lorca – À Santiago – Ma France – Camarade – La commune – Un air de liberté – Les saisons – Je ne chante pas pour passer le temps – Mourir au soleil – Au printemps de quoi rêvais-tu ? – On ne voit pas le temps passer – Cuba si – La porte à droite – J’ai froid – Si nous mourrons.

La femme est l’avenir de l’homme – Je ne suis qu’un cri – Les yeux d’Elsa – Les touristes partis – Dans la jungle ou dans le zoo – Pauvre Boris – L’amour est cerise – Une femme honnête – Chante l’amour – La leçon buissonnière – À la lune – Dix-sept ans – Oural Ouralou – Berceuse – Sacré Félicien – Heureux celui qui meurt d’aimer – Restera-t-il un chant d’amour – À Brassens – Complainte de Pablo Neruda – Un jour, un jour.

Mise à jour le Lundi, 19 Avril 2010 15:04
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 24 Juil - 10:43

L'Intégrale des enregistrements originaux Decca-Barclay (Coffret 13 CD) [Coffret]
Jean Ferrat (Artiste)


Citation :
Cet article paraîtra le 16 août 2010.
Commandez-le dès aujourd'hui!
Expédié et vendu par Amazon.fr. Emballage cadeau disponible.


Citation :
Description du produit

Cette intégrale est présentée dans un tout nouveau format exploité l'an dernier pour l'Intégrale ABBA : un petit coffret carton carré (131 x 131mm) d'une épaisseur de 35mm. L'intégrale Decca/Barclay de 1961 à 1972, l'occasion de retrouver les tout premiers enregistrements de Jean Ferrat arrangés et orchestrés par Alain Goraguer. Un parcours dans l'univers de cet artiste engagé dont il est difficile d'imaginer à l'heure actuelle qu'il fut, comme le dit l'auteur du livret, « dans la ligne de mire de la censure gaullienne ». Toute la qualité de ses compositions (textes et mélodies) est là. Sa signature vocale aussi ! Effet vintage garanti !

Ce coffret contient en CD (pochettes singles cartonnées) les visuels et montages des 25cm et 30cm originaux de Jean Ferrat parus sur les labels Decca et Barclay entre 1961 et 1972 et s’accompagne d’un texte biographique, signé Raoul Bellaïche, proposé en livret 36 pages.

12 CD offrent les reproductions exactes de :

Deux enfants au soleil (25cm Decca) - La fête aux copains (25cm Decca) - Nuit et brouillard (25cm Barclay) - La montagne (25cm Barclay, intitulé Berceuse) - Potemkine (30cm Barclay) - Maria (30cm Barclay) - Cuba si (30cm Barclay - Ma France (30cm Barclay) - Camarade (30cm Barclay) - La Commune (30cm Barclay) - Chante Aragon (30cm Barclay) - À moi l’Afrique (30cm Barclay)

En complément :

1 CD bonus regroupe 11 titres qui durant cette décennie virent le jour en 45 tours (et furent compilés sur divers 30cm d’ l’époque ou repris depuis sur des CD) :

Eh ! l’amour - La cervelle - Sainte canaille - De Nogent jusqu’à la mer - Tu ne m’as jamais quitté - Les beaux jours - Loin - Mon palais - Caserne - La boldochévique - Le petit trou pas cher.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 25 Juil - 8:37

http://www.zebrockaubahut.net/cdi/travaux/groupe.asp?id=6381

Citation :

Chronique Jean Ferrat

ChroniqueAnalyse d'une chansonNous avons choisi la chanson « Nuit et Brouillard », Jean Ferrat en est l'auteur, le compositeur et l'interprète. Nous avons choisi cette chanson parce qu'elle rend hommage aux déportés des nazis de la Seconde Guerre mondiale pour ne pas les oublier. C'est un terrible évènement de notre histoire que l'on ne doit pas oublier pour ne pas qu'il se répète un jour, c'est aussi pour cette raison que nous l'avons choisi.Il s'agit d'une chanson. Les instruments sont les timbales, la voix, la guitare et l'accordéon qui s'entend peu. La place de la mélodie est assez importante: les timbales entretiennent un rythme régulier comme les roues d'un train sur les rails et ne rend pas la chanson joyeuse, la voix de Jean Ferrat avec les paroles traduit une sorte de tristesse et la guitare suit les couplets et la voix du chanteur: quand le chanteur s'arrête, la guitare change de mélodie et introduit le couplet suivant. Il y a une introduction avec des timbales qui peuvent représenter le rythme régulier et continu du train, une marche militaire, vers la mort. Quand il commence à chanter, il y a des timbales, une basse et la voix, puis la guitare fait son apparition et plus tard c'est au tour de l'accordéon. Au 4ème couplet, l'ochestre s'enflamme, le rythme devient rapide et, alors que Jean Ferrat racontait le passé, il parle au présent pour raconter l'oppinion et l'attitude à son temps cependant, la mélodie de voix est la même et traduit toujours la tristesse, tout cela s'arrête au 5ème couplet où il répète le 1er paragraphe. Finalement, la mélodie traduit ce sentiment qui n'est pas joyeux mais met en valeur cette hommage aux déportés. Le tempo est modéré et le rythme n'est pas très marqué. La voix traduit la tristesse, l'injustice et c'est elle qu'on entend le plus et qui impose la mélodie. Cette chanson traduit la tristesse, la souffrance et l'injustice mais aussi l'hommage. Elle parle de la déportation des Juifs et des autres victimes (il cite plusieurs noms et plusieurs religions). La chanson montre que ces personnes étaient brutalisées, battues et maltraitées. Elle démontre le mauvais passé humain qui n'est pas glorieux. Jean Ferrat ne l'a pas écrit pour nous rendre triste ou blesser les familles des victimes mais pour leur rendre hommage. A son avis, il ne faut pas chanter que des chansons d'amour mais rappeler ce triste et mauvais souvenir, événement (pour qu'on s'en souvienne et que l'on ne comette plus le mêmes erreurs. Le contexte historique et social est très important car cette chanson est liée à l'histoire, notamment à la Seconde Guerre mondiale et les déportations nazis. Le ton est triste et sincère.Quand on entend cette chanson, on ressent un sentiment de tristesse, de pitié, d'injustice et de révolte,de rebellion. Les images qui nous viennent sont des hommes nus et maigres, qui ont froid, presques mortes, affamées et épuisées. On les imagine en train de se faire frapper, humilier, souffrantes et traiter comme des déchets. « Nuit et Brouillard » fait penser à la violence, à la mort par les mots. Elle nous montre pourquoi il ne faut pas refaire ce qui s'est fait durant la guerre. On peut ressentir un sentiment de honte envers ce passé et on a le sentiment de le détester.Cette chanson me déplaît sur le plan historique, c'est à dire que je n'aime pas ce qui s'est passé durant la seconde guerre mondiale ( surtout les déportations ) mais ce qui me plait c'est que Jean Ferrat leur rende, en quelque sorte, hommage pour ne pas les oublier et qu'il nous rappelle cette terrible période pour ne pas que les choses se répètent. Jean Ferrat: Je pense que cela a été dur pour lui d'ecrire, de chanter cette chanson parce que son père était juif et est mort dans le camp d'Auschwitz pendant cette terrible guerre meurtrière.C'est une chanson parce que elle a marqué ses années, sa génération où les chansons parlaient peu de cette guerre mondiale et des déportations. On peut la rapprocher de la chanson « Lily » de Pierre Perret car elle des discriminations par rapport aux origines, à la religion. Goncalvès Victor, Kaddour Sofiane Texte inspiré de Nuit et brouillard
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 31 Juil - 14:40

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:15

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:17

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:20

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:22


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:24




_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:25


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 15:28


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 17:42

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 17:47



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 7 Aoû - 17:55

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 8 Aoû - 20:48

Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 29 Aoû - 8:40

http://www.lejdd.fr/Culture/Musique/Actualite/L-interprete-de-l-amour-et-de-la-revolte-179144/

Citation :

Musique | 14 Mars 2010 | Mise à jour le 16 Mars 2010

L'interprète de l'amour et de la révolte

Chanteur et poète, Jean Ferrat, qui s'est éteint samedi à l'hôpital d'Aubenas en Ardèche, laisse derrière lui l'image d'un ermite, écologiste avant l'heure, engagé contre l'asservissement et la censure.



"Il n'y a pas de sujet tabou, on peut tout dire dans une chanson." Lui ne s’en est jamais privé. Ses colères, ses convictions, il les a dites haut et fort. Ses ravissements aussi. Pour les beaux Yeux d’Elsa et des femmes en général, décrétées "avenir de l’homme" dans un de ses refrains les plus populaires des années 1970. Ou bien encore pour cette Montagne, si "belle" et dans le berceau de laquelle il a choisi de s’éteindre hier: Jean Ferrat, avait 79 ans et laisse derrière lui, entre autres, l’image d’un chanteur ermite, écolo avant l’heure. L’empreinte également d’un artiste invariablement engagé, vent debout contre toute forme d’asservissement. Contre toute forme de censure aussi, dont il fut longtemps victime (à la télévision, à la radio dans la France amidonnée du général de Gaulle). Et contre toute forme l’embrigadement. Car tout sympathisant communiste qu’il fût, jamais Ferrat n’eut sa carte du Parti.

Son inclinaison pour le parti de Thorez et Duclos remontait à peu près à la guerre. "Durant l’Occupation, j’avais été protégé et hébergé par des communistes, des hommes admirables", ne manquait-il jamais de rappeler. Et a fortiori, parce que son père, un joaillier de Versailles, n’eut pas cette chance-là: en 1941, Mnasha Tenenbaum, d’origine russe, avait été raflé puis déporté, laissant le petit Jean à sa douleur, à sa solitude et à la découverte brutale d’origines familiales qu’on lui avait cachées jusque- là. Il nourrit dès lors un puissant sentiment de révolte qui ne le lâchera plus jamais. Sa mère, fleuriste, se charge alors seule de l’éducation du gamin.
Des nuits sans sommeil



En 1946, il a 16 ans et il lui faut quitter l’école pour aider les siens et "parce qu’il fallait manger, quoi", disait-il. Il entre comme apprenti dans un laboratoire de chimie du bâtiment, où il se souvenait avoir appris à "mesurer la résistance du béton", rappelait-il volontiers amusé. La sienne de résistance est déjà colossale, puisqu’en parallèle il rogne sur ses nuits et son sommeil pour entrer dans une troupe de théâtre, tout en apprenant la guitare afin de rejoindre des copains dans un jazzband New Orleans.

Il se met à écrire des chansons. Ses premières auditions? Foireuses. A L’Echelle de Jacob, au College Inn, Au Port-Salut… A La Rose Rouge, rue de Rennes, il s’essaye en chantant du Montand, du Mouloudji. Il change de nom, manque de s’appeler "Franck Noël" puis opte pour Jean Ferrat, clin d’oeil à la ville de Saint-Jean-Cap- Ferrat, où il n’a pourtant jamais mis les pieds. C’est à cette époque qu’il découvre la poésie de Louis Aragon. En 1956, il met en musique Les Yeux d’Elsa, mais c’est André Claveau, chanteur de charme de l’époque et énorme vedette, qui en fait un petit succès.

Jean Ferrat acquiert un peu de notoriété encore, lorsque Philippe Clay créé Ne te regarde pas tant Paname. Son premier disque en nom propre n’est pas loin. Il portera le logo du label Vogue et proposera une chanson poético-réaliste intitulée L’Homme-Sandwich, qui met en scène le blues d’un travailleur précaire qui au lieu de trimballer ses écriteaux sur le ventre "voudrait bien aller flâner/Avec les gens qui se promènent/Sous le soleil des beaux quartiers." Un four. Mais son style est déjà là, lyrique et solennel et fruit d’une observation précise des petites gens. Entre-temps, il s’est recréé une famille. L’arrangeur Alain Goraguer (proche alors de Vian et Gainsbourg), l’éditeur et imprésario Gérard Meys. Et puis une jeune chanteuse brune, piquante, avec ses faux airs de Gréco: Christine Sèvres. Elle aussi interprète ses chansons. Il l’épouse, ça vaut bien ça. Ils couleront des jours heureux vingt ans durant, avant qu’une méchante maladie ne s’en mêle.
Au nom du père déporté



1960, deuxième 45-tours et premier succès. Ma Môme: "Elle joue pas les starlettes/ Elle porte pas de lunettes/De soleil/Elle pose pas pour les magazines/Elle travaille en usine/A Créteil". Aujourd’hui, on dirait du Renaud avant l’heure, un condensé de poésie canaille immédiatement populaire. Le disque lui vaut le grand prix de l’Académie Charles-Cros, le Goncourt de la chanson en somme, le tout en pleine vague yé-yé. Jean Ferrat ne pensait pas qu’une chanson pouvait "changer le monde" ("il faudrait être prétentieux pour le croire", ajoutait-il), mais il en aimait cependant l’idée. En 1963, quand Johnny Hallyday chante Tes tendres années, Ferrat déboule avec Nuit et Brouillard: il a vu le documentaire d’Alain Resnais sur les camps de la mort et compose immédiatement cette chanson. Terrible, poignante et à contrecourant de ce que réclament les radios alors. Ferrat choque. On lui reproche de mettre en musique des faits que beaucoup préfèrent oublier. Pas lui, qui estime que la jeunesse doit être informée; pas lui, dont le père est mort à Auschwitz: "On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours/Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour/Mais je twisterais les mots s’il fallait les twister/Pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez." Ça ne passe pas à la radio, mais le disque fait un carton: près de 300.000 singles vendus.

La censure sera une plaie récurrente dans sa carrière. En 1965, Potemkine en fait les frais. Ferrat, qui n’a jamais chanté dans les pays de l’Est ni en ex-URSS, a écrit cette chanson à la gloire des marins du cuirassé, dont la mutinerie fut le prélude de la Révolution russe de 1905. Elle est interdite lors d’une émission en direct. "Chantez autre chose", le somme-t-on à l’ORTF. Mais il reste en coulisses, refusant de paraître sans sa chanson… L’année d’après, il est interdit de plateau en raison de sa candidature sur la liste PCF aux élections municipales d’Antraigues-sur-Volane, village d’Ardèche dont il est tombé amoureux.

En 1968 c’est Ma France qui donnera des boutons au pouvoir. Ferrat s’y attaque aux gouvernants ("Cet air de liberté dont vous usurpez aujourd’hui le prestige") et la chanson est interdite. Il patientera deux ans avant d’être à nouvel invite sur un plateau. En 1971, c’est Yves Mourousi qui rompt la censure en en diffusant un extrait…

En 1973, après avoir réuni 100.000 spectateurs au Palais des Sports, il fait ses adieux à la scène. "Ça réclame une énergie terrible et puis je ne suis pas assez exhibitionniste." Débutent des années paisibles ou en ne quittant plus son Ardèche de coeur, il se contentera d’apparitions sporadiques, ultramédiatiques, chez son ami Michel Drucker, ce, en dépit de sa haine de la télévision commerciale, "boîte à vendre obscène." L’animateur, avait eu l’occasion de lui parler il y a huit jours. "La voix s’était fait encore un peu plus faible, il n’avait plus chez Jean l’envie de se battre. Lorsque Colette, sa compagne m’a appelé cet aprèsmidi, j’ai compris."
Carlos Gomez - Le Journal du Dimanche

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 13 Nov - 17:35


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Jeu 25 Nov - 17:12

http://www.sudouest.fr/2010/11/24/ferrat-s-invite-a-la-salamandre-247703-882.php



Ferrat : une « gueule » ayant inspiré Ernest-Pignon-Ernest à l'occasion du centenaire d'« un journal que l'on vend le matin d'un dimanche ». Reproduction « SO »

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 25 Déc - 23:31

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Metropole_Lilloise/actualite/Secteur_Metropole_Lilloise/2010/12/25/article_la-tendresse-de-daniel-guichard-attendue.shtml



Citation :

La tendresse de Daniel Guichard, attendue à Lille en mars 2011

samedi 25.12.2010, 05:12 - La Voix du Nord Daniel Guichard dans les studios de la radio armentiéroise Mona FM, dont il était récemment l'invite.

Daniel Guichard chante peut-être la beauté des « pardessus râpés », mais l'élégance, ça le connaît. ...

Du haut de ses 62 ans, le chanteur à la classe intacte reprend la route des concerts. « On the road again », avec son camping-car. Et une halte à Lille, le 20 mars au théâtre Sébastopol, où il viendra, c'est à parier, nous parler d'amour.

2010, c'est l'année de votre grand retour sur scène. On ne vous avait plus vu en concert depuis 2006 : où étiez-vous passé ?
« Je travaillais ! Comme je produis, distribue mes disques et organise mes tournées, cela me prend beaucoup de temps. J'ai également eu d'autres priorités dans ma vie, ces dernières années : j'ai sept enfants, et même si je suis un papa heureux, cela donne du souci, parfois ! »
Un disque est annoncé pour l'automne... Quelle en sera la couleur musicale ?
« On verra quand il sortira : pour l'instant, l'album est toujours en préparation et quelques titres seulement sont enregistrés. Je ne me suis pas donné de lignes directrices et j'y parle de tout. De la vie, de la mort. Et d'amour, tout le temps ! » L'amour, votre éternelle muse ?
« Oui, ainsi que le ciel bleu de mon pays (Daniel Guichard vit aujour-d'hui à Béziers, dans le sud de la France). Parfois, aussi, les collaborations m'inspirent...

» Vous avez effectivement travaillé, par le passé, avec Jean Ferrat, décédé cette année et à qui vous devez la chanson « Mon vieux »... « Cette chanson, elle a changé tellement de choses. Dans mon existence, mais pas seulement : elle fait désormais partie de la mémoire collective. C'est très flatteur et cela m'impressionne toujours qu'au-tant de personnes se retrouvent dans les textes que je chante. » •
PROPOS RECUEILLIS PAR CLAIRE ROBIN

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 25 Déc - 23:39

http://www.humanite.fr/23_12_2010-jean-ferrat-de-tout-c%C5%93ur-460770


Citation :

Culture - le 24 Décembre 2010

Hors-série

Jean Ferrat de tout cœur


L’Humanité rend hommage au chanteur de la Montagne, décédé au printemps dernier. Témoignages, entretiens, reportage à Antraigues... l’émotion court au fil des pages de ce numéro exceptionnel et du DVD exclusif qui l’accompagne.

Son beau visage orne la couverture de ce hors-série exceptionnel aux nombreuses photos et textes inédits. Au moment où s’achève l’année 2010, nous ne pouvions tourner la page sans évoquer la mémoire de Jean Ferrat.
Une fichue année en vérité, marquée par le décès de notre fidèle ami qui nous a quittés le 13 mars dernier à l’âge de soixante-dix-neuf ans.
Il était « l’homme qui ne trichait pas », écrit le directeur de la rédaction, Patrick Apel-Muller, donnant le « la » de ce numéro sobrement baptisé Jean Ferrat à cœurs battants.
Des mots chargés de tendresse et de force de conviction, à l’image d’un homme qui à travers ses chansons rêvait d’inventer un autre monde.
Un artiste à hauteur d’homme, dont la poésie, mêlée à celle de Louis Aragon portée au plus haut point, aura su toucher des milliers de gens.
Au fil des pages, Guy Silva retrace les grands moments du chanteur.
Longtemps journaliste à l’Humanité, mémoire vivante de la chanson, il est allé fouiller dans ses archives qui témoignent de ses souvenirs avec Jean Ferrat, qu’il rencontra à de nombreuses reprises à l’aube des années 1970.
Autant d’entretiens où la parole de Ferrat semble encore présente.
Comment se situait-il dans le monde de la chanson ? « Je suis une petite pièce d’un ensemble de créateurs, disait-il, qui essaient de démythifier les idées reçues, d’une part, et de contribuer à la prise de conscience des gens afin qu’ils participent au mouvement pour un changement de société, d’autre part. »

Ferrat était un artiste aussi exigeant dans la vie que dans son œuvre. Cela ne manquait pas de faire l’admiration de tous.

On lira avec plaisir l’écrivain Patrick Grainville, qui lui avait consacré un article sensible dans VSD en 1985, évoquant sa participation à l’émission de Bernard Pivot. Grainville voyait en Ferrat « un marxiste à malices », titrant avec humour son papier « Le dernier coco sexy ? ». Roland Leroy offre un regard plus politique sur le chanteur, qu’il considérait comme « un vrai frère » : « Jean voulait réinventer un autre avenir sans idole ou modèle », souligne ainsi l’ancien directeur de l’Humanité.

Il faudrait citer également l’entretien avec Daniel Pantchenko, spécialiste de la chanson, lequel vient de publier une biographie de référence sur Jean Ferrat. Dire aussi la justesse des mots de l’écrivain journaliste Henry-Jean Servat, pour qui « Jean Ferrat nous apprit à aimer et à vivre debout ».

Jean, dont on retrouve la pensée profonde au cours d’un long entretien accordé à Michel Boué à l’occasion de la parution de l’album Dans la jungle ou dans le zoo.
Il y a aussi l’évocation et un DVD exclusif du concert hommage au chanteur donné à plusieurs voix, de Francesca Solleville à Allain Leprest, lors de la dernière Fête de l’Humanité.
Maurice Ulrich, pour sa part, laisse courir sa plume dans les ruelles d’Antraigues, le village que Jean Ferrat aimait tant, où des milliers d’anonymes avaient tenu à se rendre pour un dernier hommage lors de ses obsèques.
Claude Baudry, lui, revient sur l’amitié qui unissait Ferrat et Michel Drucker. Dans le livre que ce dernier vient d’écrire sur son frère Jean, il signe quelques belles lignes à la mémoire de Ferrat : « Il chantait comme il pensait et il vivait comme il chantait. Incroyablement subversif. » Une vie résumée par ces mots de Jack Ralite : « Jean Ferrat était une conscience. »
Victor Hache


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 12 Fév - 1:25

http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/050410/enfer-v-daragon-par-ferrat-ou-la-culture-des-camarades-suite

Citation :

"Enfer V" d'Aragon par Ferrat (ou la culture des camarades, suite).



Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre pour le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger


Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon


Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux


Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus


Peu à peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps


C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie


C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux


O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées
Louis Aragon

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
claudia

avatar

Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 12 Fév - 8:57

Joli!!! coeur

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gilou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 12 Fév - 9:57

Un grand M pour dire MAGNIFIQUE
Merci Jaco

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 19 Mar - 11:21


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 19 Mar - 11:29


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 19 Mar - 11:33


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 19 Aoû - 19:52

Petite balade en Pays Ardéchois :


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Ven 19 Aoû - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 19 Aoû - 19:58


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 19 Aoû - 20:01


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 19 Aoû - 20:04


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 19 Aoû - 20:08


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 19 Aoû - 20:11

Une pointe d'humour du photographe !


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   

Revenir en haut Aller en bas
 
JEAN FERRAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» la montagne (jean ferrat)
» chansons de Jean Ferrat
» Petit extrait du passé
» Que serais je sans toi (Jean Ferrat) version torito
» quand on n'interdira plus mes chansons (Jean ferrat) version torito... en hommage à ceux qui m'ont viré de leur forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS SUR NOS ARTISTES PREFERES. :: LES ARTISTES FRANCOPHONES :: La Chanson Française à Texte, Poètique, Engagée...-
Sauter vers: