Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 JEAN FERRAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 20 Avr - 22:01

JEAN FERRAT

Ma France

Citation :
Ce texte ne peut pas laisser insensible. Il s'agit d'une véritable déclaration d'amour politique. Exaltation d'un pays adoré, mais surtout d'un peuple exceptionnel, ce peuple de France qui a exporté les libertés politiques à travers l'Europe grâce à sa révolution nationale, cette foule de travailleurs qui ont bâti la France industrielle…

Cette chanson dessine le substrat culturel sur lequel s'appuie la politique du Parti Communiste Français. Chaque courant politique a ses propres références, sa propre interprétation de l'histoire, sa propre mythologie nationale même. Ce texte pourrait être la profession de foi de tous les communistes des années 70 : des hommes qui défendent l'héritage de la Révolution française (y compris la terreur et Robespierre), des travailleurs fiers de leur filiation ouvrière, des penseurs qui puisent chez Hugo comme chez les surréalistes, des révolutionnaires enfin qui attendent des lendemains enchantés…

Malgré les dramatiques dérives staliniennes, le communisme s'accompagna d'un idéal positif, d'un appel à plus de justice, de générosité, de fraternité. Des générations d'ouvriers supportèrent leurs conditions de vie difficiles grâce à cet idéalisme, grâce à leur conviction qu'un jour, enfin, tout changerait.


Je partage la 1ere partie de cette analyse, beaucoup moins la suite......

Ma France est certes une chanson d'espoir, mais aussi une chanson qui évoque l'évolution à travers l'histoire, du peuple de France jusqu'à la période du front populaire et celle des années 1968...

Ma France

De plaines en forêts, de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
Je n'en finirai pas d'écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
Quelque chose dans l'air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnait le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tenant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont Monsieur Thiers a dit : qu'on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes-prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
Celle qui paie toujours vos crimes, vos erreurs
En remplissant l'histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstiné de ce temps quotidien
Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu'elle monte des mines, descende des collines
Celle qui chante en moi, la belle, la rebelle
Elle tient l'avenir inséré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Mar 22 Avr - 21:30

Jean Ferrat un tres tres grand de la chanson francaise pour moi, c'est vrai que j'ai un peu ete berce par es chansons :D mon pere (d'ailleurs loors de son enteremment hormis une chanson toutes etaient de Ferrat) je crois que c'est un des rares chanteurs avec mireille mathieu qu'i aimait

j'ai eu la hance de le rencontrer lors d'une fete de l'huma

j'adore beaucoup de chanson de lui la liste est trop longue pour les citée ,'aimerais le devouvir un jour sure scene pour de vrai

ma france j'adore cette chanson elle represente tellement de choses pour moi, en plus je l'ai appris quand je faisais partie d'uen chorale
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:00

Camarade


C'est un joli nom Camarade
C'est un joli nom tu sais
Qui marie cerise et grenade
Aux cent fleurs du mois de mai
Pendant des années Camarade
Pendant des années tu sais
Avec ton seul nom comme aubade
Les lèvres s'épanouissaient
Camarade Camarade

C'est un nom terrible Camarade
C'est un nom terrible à dire
Quand, le temps d'une mascarade
Il ne fait plus que frémir
Que venez-vous faire Camarade
Que venez-vous faire ici
Ce fut à cinq heures dans Prague
Que le mois d'août s'obscurcit
Camarade Camarade

C'est un joli nom Camarade
C'est un joli nom tu sais
Dans mon cœur battant la chamade
Pour qu'il revive à jamais
Se marient cerise et grenade
Aux cent fleurs du mois de mai
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:00

En groupe, en ligue, en procession

En groupe en ligue en procession
En bannière en slip en veston
Il est temps que je le confesse
A pied à cheval et en voiture
Avec des gros des p'tits des durs
Je suis de ceux qui manifestent
Avec leurs gueules de travers
Leurs fins de mois qui sonnent clair
Les uns me trouvent tous les vices
Avec leur teint calamiteux
Leurs fins de mois qui sonnent creux
D'autres trouvent que c'est justice

Je suis de ceux que l'on fait taire
Au nom des libertés dans l'air
Une sorte d'amoraliste
Le fossoyeur de nos affaires
Le Déroulède de l'arrière
Le plus complet des défaitistes
L'empêcheur de tuer en rond
Perdant avec satisfaction
Vingt ans de guerres colonialistes
La petite voix qui dit non
Dès qu'on lui pose une question
Quand elle vient d'un parachutiste

En groupe en ligue en procession
Depuis deux cents générations
Si j'ai souvent commis des fautes
Qu'on me donne tort ou raison
De grèves en révolutions
Je n'ai fait que penser aux autres
Pareil à tous ces compagnons
Qui de Charonne à la Nation
En ont vu défiler parole
Des pèlerines et des bâtons
Sans jamais rater l'occasion
De se faire casser la gueule

En groupe en ligue en procession
Et puis tout seul à l'occasion
J'en ferai la preuve par quatre
S'il m'arrive Marie-Jésus
D'en avoir vraiment plein le cul
Je continuerai de me battre
On peut me dire sans rémission
Qu'en groupe en ligue en procession
On a l'intelligence bête
Je n'ai qu'une consolation
C'est qu'on peut être seul et con
Et que dans ce cas on le reste
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:02

Je ne suis qu'un cri

je ne suis pas littérature
Je ne suis pas photographie
Ni décoration ni peinture
Ni traité de philosophie

Je ne suis pas ce qu'on murmure
Aux enfants de la bourgeoisie
Je ne suis pas saine lecture
Ni sirupeuse poésie

Je ne suis qu'un cri

Non je n'ai rien de littéraire
Je ne suis pas morceaux choisis
Je serais plutôt le contraire
De ce qu'on trouve en librairie

Je ne suis pas livre ou bréviaire
Ni baratin ni théorie
Qu'on range entre deux dictionnaires
Ou sur une table de nuit

Je ne suis qu'un cri

Je n'ai pas de fil à la patte
Je ne viens pas d'une écurie
Non je ne suis pas diplomate
Je n'ai ni drapeau ni patrie

Je ne suis pas rouge écarlate
Ni bleu ni blanc ni cramoisi
Je suis d'abord un cri pirate
De ces cris-là qu'on interdit

Je ne suis qu'un cri

Je ne suis pas cri de plaisance
Ni gueulante de comédie
Le cri qu'on pousse en apparence
Pour épater la compagnie

Moi si j'ai rompu le silence
C'est pour éviter l'asphyxie
Oui je suis un cri de défense
Un cri qu'on pousse à la folie

Je ne suis qu'un cri

Pardonnez si je vous dérange
Je voudrais être un autre bruit
Etre le cri de la mésange
N'être qu'un simple gazouillis

Tomber comme un flocon de neige
Etre le doux bruit de la pluie
Moi je suis un cri qu'on abrège
Je suis la détresse infinie

Je ne suis qu'un cri
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:03

L'idole à papa

Il y avait deux clans dans la famille
Du temps où j'étais un mouflet
Tino Rossi faisait pâmer les filles
Et tous les garçons rigolaient
Et je me dis qu'aujourd'hui même
C'est peut-être pareil pour moi
Les unes rêvent en murmurant "Je t'aime"
Les autres ricanent tout bas

Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois
Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois

Evidemment, après trente ans passés
A écouter "Marinella"
Même en ayant d'la suite dans les idées
On n'se bat plus comme chien et chat
On dit plutôt dans un sourire
"Il était pas si mal que ça
Depuis le temps que nous entendons pire"
En sera-t-il pareil pour moi ?

Pourtant, que la montagne est belle
Comment peut-on s'imaginer
En voyant un vol d'hirondelles
Que l'automne vient d'arriver?

Oui dans trente ans du train où vont les choses
Dieu sait c'qu'il adviendra de moi
Mais s'il me reste à la bouche une rose
Qui jette encore un peu d'éclat
Quand de jeunes contestataires
Mettront leurs grands pieds dans mon plat
Je leur dirai "Tino, que je suis fier
D'être encore l'idole à Papa"

Faut-il pleurer, faut-il en rire
Fait-il envie ou bien pitié
Je n'ai pas le cœur à le dire
On ne voit pas le temps passer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:04

La Commune

Il y a cent ans commun commune
Comme un espoir mis en chantier
Ils se levèrent pour la Commune
En écoutant chanter Potier
Il y a cent ans commun commune
Comme une étoile au firmament
Ils faisaient vivre la Commune
En écoutant chanter Clément

C'étaient des ferronniers
Aux enseignes fragiles
C'étaient des menuisiers
Aux cent coups de rabots
Pour défendre Paris
Ils se firent mobiles
C'étaient des forgerons
Devenus des moblots

Il y a cent ans commun commune
Comme artisans et ouvriers
Ils se battaient pour la Commune
En écoutant chanter Potier
Il y a cent ans commun commune
Comme ouvriers et artisans
Ils se battaient pour la Commune
En écoutant chanter Clément

Devenus des soldats
Aux consciences civiles
C'étaient des fédérés
Qui plantaient un drapeau
Disputant l'avenir
Aux pavés de la ville
C'étaient des forgerons
Devenus des héros

Il y a cent ans commun commune
Comme un espoir mis au charnier
Ils voyaient mourir la Commune
Ah ! Laissez-moi chanter Potier
Il y a cent ans commun commune
Comme une étoile au firmament
Ils s'éteignaient pour la Commune
Ecoute bien chanter Clément
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:04

La montagne

Regarder la Vidéo
Ils quittent un à un le pays
Pour s'en aller gagner leur vie
Loin de la terre où ils sont nés
Depuis longtemps ils en rêvaient
De la ville et de ses secrets
Du formica et du ciné
Les vieux ça n'était pas original
Quand ils s'essuyaient machinal
D'un revers de manche les lèvres
Mais ils savaient tous à propos
Tuer la caille ou le perdreau
Et manger la tomme de chèvre

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s'imaginer
En voyant un vol d'hirondelles
Que l'automne vient d'arriver ?

Avec leurs mains dessus leurs têtes
Ils avaient monté des murettes
Jusqu'au sommet de la colline
Qu'importent les jours les années
Ils avaient tous l'âme bien née
Noueuse comme un pied de vigne
Les vignes elles courent dans la forêt
Le vin ne sera plus tiré
C'était une horrible piquette
Mais il faisait des centenaires
A ne plus que savoir en faire
S'il ne vous tournait pas la tête

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s'imaginer
En voyant un vol d'hirondelles
Que l'automne vient d'arriver ?

Deux chèvres et puis quelques moutons
Une année bonne et l'autre non
Et sans vacances et sans sorties
Les filles veulent aller au bal
Il n'y a rien de plus normal
Que de vouloir vivre sa vie
Leur vie ils seront flics ou fonctionnaires
De quoi attendre sans s'en faire
Que l'heure de la retraite sonne
Il faut savoir ce que l'on aime
Et rentrer dans son H.L.M.
Manger du poulet aux hormones

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s'imaginer
En voyant un vol d'hirondelles
Que l'automne vient d'arriver ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:06

Les petits bistrots

Les petits bistrots
Au pinard fleuri
Nappes à carreaux
Et bifteck garni
Les petits bistrots
Où l'on vient goûter
Devant le perco
Le premier café

Les petits bistrots
Qui n'ont pas d'juk'-box
Seul'ment la radio
Pour suivre la boxe
Les petits bistrots
Où j'ai des amis
Robert et Jojo
Et Simone aussi

La patronne est à la cuisine
Le patron derrière son comptoir
On parle du Tour et du Racing
Devant un rouge ou un p'tit noir

Les petits bistrots
Quand j'suis loin d'ici
A Londres à Tokyo
J'en rêve et j'me dis
Que les p'tits bistrots
Qui sont à Paris
J'les r'verrai bientôt
Salut les amis

Les petits bistrots
Au poêle à charbon
Avec l'apéro
La belotte au fond
Les petits bistrots
C'est comme un béguin
Toujours on y r'vient
Dans les p'tits bistrots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:07

Mourir au soleil

Je voudrais mourir debout, dans un champ, au soleil,
Non dans un lit aux draps froissés,
A l'ombre close des volets,
Par où ne vient plus une abeille,
Une abeille ...

Je voudrais mourir debout, dans un bois, au soleil,
Sans entendre tout doucement,
La porte et le chuchotement,
Sans objet des femmes et des vieilles,
Et des vieilles ...

Je voudrais mourir debout, n'importe où, au soleil,
Tu ne serais pas là j'aurais,
Ta main que je pourrais serrer,
La bouche pleine de groseilles,
De groseilles ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:09

Nuit et brouillard

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter ?
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:10

j'aime bien aussi celle la ecrite pour son compaagnon a quatre ^pattes disparu oural

Oural ouralou

C'est dans l'aube chère à Verlaine
Que tu courais notre domaine
Humant l'air des quatre saisons
Odeurs de thym et de bruyère
Sous tes pattes fraîches légères
S'élevaient comme une oraison
Berger des landes familières
Tu vivais digne et solitaire
Animal doué de raison
J'écris ce jour anniversaire
Où tu reposes sous la terre
A deux pas de notre maison

Hourrah oural ouralou
Oural ouralou

Hourrah oural ouralou
Oural ouralou

On voit souvent des souveraines
A la place des rois qui règnent
Rien qu'en posant leurs yeux dessus
Il faut se méfier du paraître
De nous deux qui était le maître
Nous ne l'avons jamais bien su
Tu vécus la vie parisienne
La nuit sur les quais de la Seine
Les music-halls et les tournées
Et cette vie qui fût la mienne
Il me semble que tu l'entraînes
A la semelle de tes souliers

Hourrah oural ouralou
Oural ouralou

Hourrah oural ouralou
Oural ouralou

Jour après jour il faut l'admettre
Voir ceux qu'on aime disparaître
C'est ce qui fait vieillir trop tôt
Au paradis des chiens peut-être
Ton long museau à la fenêtre
Tu nous accueilleras bientôt
Au triple galop caracole
Je vois tes pattes qui s'envolent
Chevauchant l'herbe et les nuées
Le vent siffle dans ton pelage
Vole vole mon loup sauvage
Comme au temps des vertes années

Hourrah oural ouralou
Oural ouralou

Hourrah oural ouralou
Oural ouralou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 27 Avr - 2:11

Pauvre Boris

Tu vois rien n'a vraiment changé
Depuis que tu nous a quitté
Les cons n'arrêtent pas de voler
Les autres de les regarder
Si l'autre jour on a bien ri
Il paraît que " Le déserteur "
Est un des grands succès de l'heure
Quand c'est chanté par Anthony
Pauvre Boris

Voilà quinze ans qu'en Indochine
La France se déshonorait
Et l'on te traitait de vermine
De dire que tu n'irais jamais
Si tu les vois sur leurs guitares
Ajuster tes petits couplets
Avec quinze années de retard
Ce que tu dois en rigoler
Pauvre Boris

Ils vont chercher en Amérique
La mode qui fait des dollars
Un jour ils chantent des cantiques
Et l'autre des refrains à boire
Et quand ça marche avec Dylan
Chacun a son petit Vietnam
Chacun son nègre dont les os
Lui déchirent le cœur et la peau
Pauvre Boris

On va quitter ces pauvres mecs
Pour faire une java d'enfer
Manger la cervelle d'un évêque
Avec le foie d'un militaire
Faire sauter à la dynamite
La bourse avec le Panthéon
Pour voir si ça tuera les mythes
Qui nous dévorent tout du long
Pauvre Boris

Tu vois rien n'a vraiment changé
Depuis que tu nous a quittés
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Jean Ferrat à sur la 2 aujourd'hui   Dim 11 Mai - 12:01

Jean Ferrat aujourd'hui chez Michel Druker.Ne le manquez pas ..

cet homme est genial.




Dernière édition par jeannette 83 le Dim 11 Mai - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Jean Ferrat   Dim 11 Mai - 13:50

Jean Ferrat cet aprés midi enregistrer pour M.Druker.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Ven 16 Mai - 9:37

Jean Ferrat

Le malheur d'aimer


Que sais-tu des plus simples choses
Les jours sont des soleils grimés
De quoi la nuit rêvent les roses
Tous les feux s'en vont en fumée
Que sais-tu du malheur d'aimer

Je t'ai cherchée au bout des chambres
Où la lampe était allumée
Nos pas n'y sonnaient pas ensemble
Ni nos bras sur nous refermés
Que sais-tu du malheur d'aimer

Je t'ai cherchée à la fenêtre
Les parcs en vain sont parfumés
Où peux-tu où peux-tu bien être
A quoi bon vivre au mois de mai
Que sais-tu du malheur d'aimer

Que sais-tu de la longue attente
Et ne vivre qu'à te nommer
Dieu toujours même et différente
Et de toi moi seul à blâmer
Que sais-tu du malheur d'aimer

Que je m'oublie et je demeure
Comme le rameur sans ramer
Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure
A s'écouter se consumer
Connais-tu le malheur d'aimer
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 15 Mar - 15:52

Je vous mets à disposition 2 minis biographies de Jean Ferrat, l'une provient de wikipedia, certes elle est un peu confuse, mais n'en demeure pas moins, malgré tout, trés interessante à découvrir, l'autre provient d'un site musical, plus complète artistiquement, elle reste malgré tout là aussi trés éloignée de tout le côté engagé et politique de l'artiste.

Car il est impossible de dissocier l'oeuvre artistique de l'engagement politique de Jean Ferrat.

Il fut tout au long de sa carrière un homme de conviction qui s'exprima librement qu'elles qu'en soient les conséquences pour sa carrière.


Biographie de Jean Ferrat :

Jean Ferrat (Jean Tenenbaum) (26 décembre 1930 à Vaucresson, Hauts-de-Seine) est un parolier, musicien et chanteur français. Dernier de quatre enfants d'une famille juive modeste qui s'installe à Versailles en 1935, il poursuit ses études au Collège Jules Ferry. Son père est déporté par les nazis et meurt à Auschwitz.

... l doit quitter le lycée pour travailler afin d'aider sa famille. Déjà, il est attiré par la Musique et le théâtre. Au début des années 1950, il entre dans une troupe de théâtre, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions mais, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la Musique.

En 1956, il met en Musique Les yeux d'Elsa, poème de Louis Aragon qu'il admire. C'est André Claveau, alors en vogue, qui interprète la chanson et apporte à Jean Ferrat un peu de notoriété. Il se produit alors au cabaret parisien La Colombe de Michel Valette, en première partie de Guy Béart.

En 1958, il sort son premier 45 tours, mais ne rencontre guère de succès. Une jeune chanteuse, Christine Sèvres, reprend quelques-unes de ses chansons. Il l'épousera en 1961.

C'est la rencontre en 1959 de Gérard Meys, qui deviendra son éditeur et son ami, qui relance sa carrière, il signe chez Decca et, l'année suivante, sort son second 45 tours avec la chanson Ma Môme, qui est son premier succès et passe sur les radios.

Sa rencontre avec Alain Goraguer, qui signera ses premiers arrangements sous le pseudo de Milton Lewis, sera par ailleurs décisive, ce dernier deviendra l'arrangeur attitré des chansons de Jean Ferrat.

Son premier 33 tours sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM. Il entame une longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure.

Il écrira ses textes ou mettra en Musique ceux de ses amis poètes, Henri Gougaud et Georges Coulonges.


Jean Ferrat habite dans la commune d'Antraigues-sur-Volane (près de Vals-les-Bains) en Ardèche, qui lui inspirera d'ailleurs la chanson "La Montagne"

.Jean Ferrat est très ami avec Michel Drucker qui vient souvent lui rendre visite dans sa résidence principale d'Antraigues.

Jean Ferrat, dès ses débuts, orientera son inspiration dans deux directions : l'engagement social (Il est proche du PSU puis du Parti Communiste Français) et la poésie.

Il ne chante pas pour passer le temps, déclare-t-il. Toujours, il cherchera à donner à ses chansons une signification militante derrière le texte populaire.

Ma Môme (1960) (Paroles: Pierre Frachet).

Il évoque, à une époque où cela était encore dérangeant, la déportation.

Sa chanson sera déconseillée de passage sur les radios, mais le public suivra, et l'album Nuit et brouillard (album) obtiendra le prix de l'Académie Charles-Cros.

Nuit et brouillard (1963) et surtout ces vers qui firent en leur temps couler beaucoup d'encre.

Il chante l'Ardèche, région chère à son cœur et fait de cet hommage à la France paysanne un de ses plus grands succès. Il s'installe à Antraigues-sur-Volane, qu'il ne quittera plus, y devenant même plus tard conseiller municipal, La Montagne (1964).

Il a toujours été proche des idées du parti communiste français mais jamais encarté et reste cependant critique envers l'URSS, Camarade (1970).

Comme et avec son ami Georges Coulonges, il y préfère la révolte des humbles, des simples gens, encore une fois, il est interdit de télévision, Potemkine (1965), Ma France (1969).

Après un voyage à Cuba qui le marque profondément et d'où il rapportera ses célèbres moustaches.

C'est Mai 68 et ses événements qu'il vivra intensément Au Printemps.

De quoi rêvais-tu ? (1968), Que serais-je sans toi (1965).

Dans les années 1970, Jean Ferrat se fait plus rare, chaque nouvel album est un véritable événement et ses chansons sont commentées comme de véritables prises de position intellectuelle.

Il fustige les guerres coloniales dans Un air de liberté et suscite encore la polémique.

La femme est l'avenir de l'homme (1975), Polygram rachète son catalogue à la fin des années 1970.

Désireux de ne pas dépendre de la major, il entreprend le réengistrement de tous ses titres et sort une compilation de 11 volumes en 1980. Ce nouvel album fait sensation et reflète le recul de plus en plus grand qu'il prend vis-à-vis du parti communiste de l'URSS.

Néanmoins, il reste toujours fidèle au parti communiste français, qu'il avait rejoint dans sa jeunesse, Le Bilan (1980).

Cet artiste très populaire, bien que largement diffusé par les postes périphériques, est rarement passé sur les écrans de la télévision.

Il accuse le système commercial qui fait passer les considérations financières avant la chance donnée aux artistes créatifs.

Publiant des lettres ouvertes aux différents acteurs de la vie culturelle, présidents de chaînes, ministres, il dénonce une programmation qui selon lui privilégie les chansons "commerciales" aux créatifs.

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence .

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Dim 21 Fév - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 15 Mar - 15:57

« Finalement évoquer la biographie de Jean Ferrat est quelque chose de bien trop restrictif, car l’œuvre de l’artiste est immense, mais les conséquences de ses prises de positions furent encore bien plus importantes.

Si je devais évoquer personnellement Jean Ferrat, je dirai qu’il fut la conscience de la France Républicaine à des périodes de notre histoire ou le pouvoir politique en place démissionna devant certains événements très caractéristiques.

L’exemple du coup d’état de 1973 au Chili fut lui aussi un événement frappant, Ferrat devant la langue de bois des politiques écrivit une très célèbre chanson : « le bruit des bottes » censurée par le pouvoir de l’époque sur tous les médias ou presque, elle évoquait l’assassinat des démocrates au Chili et le renversement par l’armée, avec l’aide des USA, du gouvernement du président Allende élu démocratiquement par le peuple Chilien.

De même avec le « Bilan » Jean ferrat évoqua les horreurs et les assassinats que subirent les opposants dans les pays de l’est durant les périodes de gouvernance « Communiste ».

Certes, les gens de droite accusèrent Jean Ferrat d’être un Communiste, peut-être le fut-il idéologiquement à une certaine époque, mais personnellement je constaterai surtout que cet artiste engagé n’hésita jamais à critiquer en période de guerre froide et même plus tard, les Deux côtés.

Ferrat fut souvent l’homme qui s’éleva contre les injustices et les assassinats dans le monde, il fustigea les grands de ce monde et se révéla être la Conscience de la France, pays des droits de l’homme, conscience qui même dans son propre pays subit la censure !

Ce que j’aime chez Jean Ferrat, c’est la clarté de ses messages, la beauté de ses écrits, mais surtout leurs forces, sans doute la disparition de son papa dans un camp de déportation fut-il l’élément moteur qui lui donna cette force d’écrire et de chanter ceux que beaucoup n’osaient même pas évoquer.

Mais l’œuvre de Ferrat ne fut pas seulement politique, elle fut poétique, philosophique et même quelques fois humoristique et comique.

L’artiste chanta prés de 190 chansons, certaines furent son œuvre, d’autres furent écrites par d’autres, mais son style musical très chansons françaises à texte fut très souvent identique.

Certaines de ses chansons, « reprises » du poète Aragon sont de véritables chefs d’œuvre à la fois musical et poétique.

J’ai redécouvert Ferrat à la fin des années 1990, il m’a permis à une époque ou je n’écoutais plus de Musique de revenir prendre gout aux plaisirs de la chanson et de la poésie. »


Jaco.


Comme avec Claude Nougaro, je me permets de vous conseiller 2 CD de Jean Ferrat, certes si vous avez de l'argent à dépenser n'hésitez surtout pas à acheter ses intégrales, surtout celle des années Barclay, mais si vous avez d'autres priorités ou si vos moyens sont plus petits, alors n'hésitez surtout pas à vous procurer la version originale Barclay de "Ferrat Chante ARAGON" et celle de "Jean Ferrat" "Les Années Barclay 2 CD".

Ces 2 Opus regroupent presque toutes les plus belles chansons de l'artiste !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Dim 21 Fév - 20:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 15 Mar - 16:02

La Deuxième Bio :



Jean FERRAT


Né Jean Tenenbaum le 26 décembre 1930 à Vaucresson, Jean Ferrat, Dernier de quatre enfants d'une famille juive modeste qui s'installe à Versailles en 1935, il poursuit ses études au Collège Jules Ferry. Durant la guerre, son père est déporté par les nazis et meurt à Auschwitz. Il doit donc quitter le lycée pour travailler afin d'aider financièrement sa famille. Déjà, à cette époque, il est attiré par la Musique et le théâtre.

Chanteur totalement engagé, à tous les niveaux, Jean Ferrat n'a jamais dévié de la route qu'il s'est tracé. Basé dans un village loin du monde du show business, refusant la gloire facile, son œuvre est à son image : intransigeante, ce qui n'exclut pas, loin s'en faut, une grande tendresse. Avant d'aborder de font la Musique, sa passion d'enfance, l'adolescent abandonne les études pour travailler afin de participer activement à la vie, modeste, de sa famille. Toutefois, il se tourne définitivement vers la chanson au début des années 50. Il compose, accompagne à la guitare un orchestre de jazz mais, pendant plusieurs années, le succès n'arrive pas. 1956 marque un tournant. André Claveau, chanteur connu de l'époque, interprète "Les yeux d'Elsa", poème d'Aragon (indéfectible passion de Ferrat) pour lequel le jeune homme a écrit une splendide mélodie. Un frémissement se produit autour de Jean Ferrat, qui fait des premières parties et enregistre un premier 45 tours.
Le début des années 60 voit le succès pointer le bout de son nez avec le titre "Ma môme", largement diffusé sur les radios. En 1961, il partage l'affiche de l'Alhambra avec Zizi Jeanmaire pour qui il écrit "Eh, l'amour" et sort son premier album. Si les récompenses pleuvent, le large public n'est pas encore au rendez-vous.

Défenseur des " maux "

C'est avec son second album que le talent de Jean Ferrat éclate : "Nuit et brouillard", chanson qui évoque la déportation et fait écho au film d'Alain Resnais, percute par sa justesse. En 1964, "La montagne", extraite de son troisième 33 tours, connaît elle aussi le succès. Le double visage artistique de l'artiste s'impose. Les textes très engagés politiquement (il soutient - tout en restant très critique - le parti communiste) côtoient des chansons d'amour parmi les plus belles et troublantes du répertoire, ainsi "Que serais-je sans toi".
La révolte de Jean Ferrat contre toute forme d'oppression ne cessera jamais. Il est l'un des rares artistes à conserver une intégrité, une ligne de conduite que rien ne peut faire dévier. La célèbre moustache du chanteur, il la laisse pousser en 1967, après un voyage à Cuba qui l'inspirera pour des chansons comme "A Santiago" et "Guérilleros". Son amour pour Aragon est une fois de plus à l'honneur avec plusieurs albums, le titre "Aimer à perdre la raison" en reste l'un des plus populaires emblèmes. En 1975 l'un de ses plus beaux textes : "la femme est l'avenir de l'homme" devient une expression qui entre dans le langage courant.

Retrouvailles avec Aragon

A 50 ans il sort un album intitulé "Ferrat 80" incluant : "Le bilan" suivi, 5 ans plus tard de "Je ne suis qu'un cri", reflétant le désespoir du chanteur face au décès de son épouse. A 60 ans, la verve de Jean Ferrat est plus intacte que jamais avec l'album "Dans la jungle ou dans le zoo". En effet, la chanson "La jungle" parle avec férocité du capitalisme et de ses dérives et "Le zoo" met en avant les dysfonctionnements du communisme...
Témoignage de son engagement, les 2 albums qu'il consacre à Louis Aragon. Le premier sort en 92 et le second en 95.
Il faut attendre 7 ans, pour son nouveau disque, " Ferrat en scène ", un enregistrement public de 91.

Ayant depuis longtemps abandonné la scène, chacune des apparitions télévisées de l'artiste demeure un événement. L'amour d'un public fidèle qui a su reconnaître le talent de cet homme hors pair tout en respectant la discrétion de l'artiste, prouve bien que les médias n'ont rien à voir avec le succès de Jean Ferrat.

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 16 Mar - 15:57

merci Jacommos pour ce complement de bio
j'aire cet artiste que 'ai eu l'occasion de croiser a la fete de l'huma
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 16 Mar - 17:25

Merci Jaco!J'adore l'artiste et avec mon Mari,on a écouté beaucoup,l'album où il chante les poèmes d'Aragon!Magnifique!Vraiment un Grand de des Grands Artistes! flower :heart:


Dernière édition par Nounouka le Lun 16 Mar - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
claudia



Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 16 Mar - 17:35

Ma France Aime Aime


http://www.youtube.com/watch?v=guYdxt3YLB4



De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
Je n'en finirais pas d'écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
Quelque chose dans l'air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l'histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu'elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Jeu 19 Mar - 14:50

Jean Ferrat

Au printemps de quoi rêvais-tu?
Vieux monde clos comme une orange,
Faites que quelque chose change,
Et l'on croisait des inconnus
Riant aux anges
Au printemps de quoi rêvais-tu?

Au printemps de quoi riais-tu?
Jeune homme bleu de l'innocence,
Tout a couleur de l'espérance,
Que l'on se batte dans la rue
Ou qu'on y danse,
Au printemps de quoi riais-tu?

Au printemps de quoi rêvais-tu?
Poing levé des vieilles batailles,
Et qui sait pour quelles semailles,
Quand la grève épousant la rue
Bat la muraille,
Au printemps de quoi rêvais-tu?

Au printemps de quoi doutais-tu?
Mon amour que rien ne rassure
Il est victoire qui ne dure,
Que le temps d'un Ave, pas plus
Ou d'un parjure,
Au printemps de quoi doutais-tu?

Au printemps de quoi rêves-tu?
D'une autre fin à la romance,
Au bout du temps qui se balance,
Un chant à peine interrompu
D'autres s'élancent,
Au printemps de quoi rêves-tu?

D'un printemps ininterrompu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 9 Nov - 18:18

j'ai recu en cadeau avec ma soeur le best off qui viens de sortir je me regale
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 9 Nov - 18:23

manue5610 a écrit:
j'ai recu en cadeau avec ma soeur le best off qui viens de sortir je me regale

Bonsoir manue , peux-tu nous mettre son nom et les titres qu'il contient ?

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 9 Nov - 18:39

ca s'appelle Jean Ferrat best off 3 cd
laliste des titres seraient un peu longue il y en a 57 mais ses plus grands titres y sont
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 9 Nov - 19:04

Jaco,je te mets le lien sur Amazon,celui de la fnac marche pas!Arrow


http://www.amazon.fr/gp/product/B002K9C0S4/ref=pd_lpo_k2_dp_sr_1?pf_rd_p=471061593&pf_rd_s=lpo-top-stripe&pf_rd_t=201&pf_rd_i=B000059XMK&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_r=0CMX4G4MB87P7SWVX3Q8
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Lun 9 Nov - 19:42

Merci Nounouka !

Ce sont les plus connues !

Toutes de trés belles chansons

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 21 Nov - 14:23

JEAN FERRAT - BEST OF 3 CD - SONY MUSIC

Je l'ai acheté, je le conseille, c'est vraiment magnifique, d'ailleurs je suis en train de l'écouter !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Dim 21 Fév - 20:12

C'est toujours la première fois
Paroles et Musique: Jean Ferrat 1965
Enfin enfin je te retrouve
Toi qui n'avais jamais été
Qu'absente comme jeune louve
Ou l'eau dormante au fond des douves
S'échappant au soleil d'été

Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois

Absente comme souveraine
Qu'on voit entre deux haies passer
O toi si proche et si lointaine
Dès que l'amour file sa laine
Entre nos doigts désaccordés

Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois

La faim de toi qui me dévore
Me fait plier genoux et bras
Je n'aurais pas assez d'amphore
Ni de mots encore et encore
Pour y mettre son terme bas

Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois

La soif de toi par quoi je tremble
Ma lèvre à jamais desséchée
Mon amour qu'est-ce qu'il t'en semble
Est-ce de vivre ou non ensemble
Qui pourra m'en désaltérer

Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois

L'amour de toi par quoi j'existe
N'a pas d'autre réalité
Je ne suis qu'un nom de ta liste
Un pas que le vent sur la piste
Efface avant d'avoir été

Tu peux m'ouvrir cent fois les bras
C'est toujours la première fois

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 13 Mar - 16:30

Paroles: C'est Beau La Vie

Jean Ferrat

Artiste: Jean Ferrat
Chanson: C'est Beau La Vie


Le vent dans tes cheveux blonds
Le soleil à l'horizon
Quelques mots d'une chanson
Que c'est beau, c'est beau la vie

Un oiseau qui fait la roue
Sur un arbre déjà roux
Et son cri par dessus tout
Que c'est beau, c'est beau la vie.

Tout ce qui tremble et palpite
Tout ce qui lutte et se bat
Tout ce que j'ai cru trop vite
A jamais perdu pour moi

Pouvoir encore regarder
Pouvoir encore écouter
Et surtout pouvoir chanter
Que c'est beau, c'est beau la vie.

Le jazz ouvert dans la nuit
Sa trompette qui nous suit
Dans une rue de Paris
Que c'est beau, c'est beau la vie.

La rouge fleur éclatée
D'un néon qui fait trembler
Nos deux ombres étonnées
Que c'est beau, c'est beau la vie.

Tout ce que j'ai failli perdre
Tout ce qui m'est redonné
Aujourd'hui me monte aux lèvres
En cette fin de journée

Pouvoir encore partager
Ma jeunesse, mes idées
Avec l'amour retrouvé
Que c'est beau, c'est beau la vie.

Pouvoir encore te parler
Pouvoir encore t'embrasser
Te le dire et le chanter
Oui c'est beau, c'est beau la vie
Paroles de Chansons


Revenir en haut Aller en bas
claudia



Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 13 Mar - 16:57

une de mes chansons préférées: '" Ma France"



http://www.youtube.com/watch?v=guYdxt3YLB4

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 13 Mar - 19:00

Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   Sam 13 Mar - 21:42

Il m'est difficile aujourd'hui d'écrire sur Ferrat, je ne le cacherais pas, je suis trés touché par sa disparition, de plus il est trés délicat, en ce qui me concerne d'affirmer que je préfère telle chanson à telle autre.

Car Ferrat c'est certes plus de 200 chansons écrites et composées, mais et c'est le grand paradoxe du poète, c'est plus de 50 chansons qui furent, à une certaine époque, à la Une de l'actualité Musicale !

C'est dire la richesse exceptionnelle de son répertoire, généralement d'un artiste, on se souvient d'une dizaine, voire d'une vingtaine de ses chansons qui furent des succès, et bien avec Ferrat, comme avec Brassens ou Brel, presque le tiers de son répertoire est composé de chansons à succès !

Alors qu'il ne faisait plus de scènes nationales depuis plus de 20 ans, ses albums, chaque année, continuèrent de se vendre à profusion, sa dernière compilation de 57 chansons fut disque de platine en 2009 à peine 1 mois aprés sa sortie !

Ferrat c'était cela, un artiste Hors Norme à tous les niveaux !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JEAN FERRAT   

Revenir en haut Aller en bas
 
JEAN FERRAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» HOMMAGE A JEAN FERRAT
» la montagne (jean ferrat)
» chansons de Jean Ferrat
» Petit extrait du passé
» Que serais je sans toi (Jean Ferrat) version torito

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS SUR NOS ARTISTES PREFERES. :: LES ARTISTES FRANCOPHONES :: La Chanson Française à Texte, Poètique, Engagée...-
Sauter vers: