Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".
Partagez | 
 

 Claude Nougaro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 6 Juin - 18:57

Cette chanson n'est peut-être pas la plus belle de Claude Nougaro (enfin c'est tout de même un monument de la chanson française...), mais l'artiste y a mis une partie de son âme à travers certaines paroles trés symboliques.

Il ne faut pas se tromper, Nougaro chante Toulouse sa ville natale, son Païs, ses racines, ses cailloux, son parfum, ses souvenirs, sa tendresse, mais plus que Toulouse en lui même, il touche toute une région qui se reconnait dans un certaine façon de vivre.

Je rajouterais presque que cette région, que cette ville, que cette mentalité, que cette liberté de ton, font partie intégrante de Toulouse, du moins déjà du Toulouse historique, cette ville universitaire ouverte du moyen age, en avance sur son temps, de cette ville dans laquelle j'ai eu le plaisir de vivre pendant 7 ans et qui m'a énormément touché, de ce Toulouse ou je me sens chez moi...

Mais bien sur, ces racines, celles de Nougaro émergent délicieusement, quand à la mélodie, ce mélange de cordes, de piano, de sonorités si flamboyantes représente une sorte d'hymne dédié à cette magnifique ville, à ses habitants et à leur façon de vivre si entière, si expressive, si proche de la terre, si ouverte à l'art et aux nouveautés, une mentalité ouverte au monde, un art de vivre si Toulousain...

Cette chanson me touche au plus profond de mon âme, pour de nombreuses raisons évoquées ci-dessus, mais surtout parce qu'à Travers cette chanson, Nougaro nous rappelle à nous les gens du sud, à tous ceux des villages, à tous ceux qui possèdent la chance d'avoir des racines, que l'appel du PAÎS est quelque chose de très important, que nous l'avons en nous, et surtout que nous le ressentons très fortement, lorsque nous revenons d'un voyage lointain.

Cet appel de la terre, nous rappelle bien souvent notre enfance, nos parents, nos amis, nos mémées et nos pépés, les traditions, les réunions de famille, une autre façon de vivre, nos joies......

O Toulouse !

Toulouse

Claude Nougaro

Qu'il est loin mon pays, qu'il est loin
Parfois au fond de moi se raniment
L'eau verte du canal du Midi
Et la brique rouge des Minimes

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse

Je reprends l'avenue vers l'école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, si tu cognes, tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne

O mon païs, ô Toulouse

Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillone jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu'on se traite
Il y a de l'orage dans l'air et pourtant

L'église St-Sernin illumine le soir
D'une fleur de corail que le soleil arrose
Une fleur de corail que le soleil arrose
C'est peut-être pour ça malgré ton rouge et noir
C'est peut-être pour ça qu'on te dit Ville Rose

Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne
Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
Est-ce l'Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?

Voici le Capitole, j'y arrête mes pas
Les tenors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses
J'entends encore l'écho de la voix de papa
C'était en ce temps-là mon seul chanteur de blues

Aujourd'hui, tes buildings grimpent haut
A Blagnac, tes avions sont plus beaux
Si l'un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse


Dernière édition par jacommos le Dim 27 Juil - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 27 Juil - 22:50

http://www.youtube.com/watch?v=jU8Tg1cRZhY Arrow TOULOUSE flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 27 Juil - 23:02

Souvenir! :D

Claude Nougaro

Bras dessus bras dessous

Paroles: Claude Nougaro. Musique: J.M. Ecay 1997
© Edition du Chiffre Neuf


Viens on sort bras dessus bras dessous
Tu m'aimes encore et moi par dessus tout
On sort, le temps est doux, pas besoin de pardessus
On s'habille bras dessous bras dessus

Viens on va flâner le long des rues
Au gré des pas en savoir un peu plus
Savoir encore une fois ce qu'on a toujours su
Qu'on est bien bras dessous dessus

On dirait que les passants se font moins d'mauvais sang
Y en a même qui s'enlacent tout comme nous
C'est délassant d'aller d'enlaçant
Bras dessus bras dessous

Les vitrines ont beau nous faire de l'œil
On passe à l'as, on se balade à l'œil
Avec ta compagnie on décolle pour pas un sou
C'est plein ciel, bras dessus dessous

Tiens, une goutte, il va pleuvoir
Tant pis pour nos liquettes
Tu aimes la pluie sur les boulevards
Quand elle fait des claquettes

Les claquettes ça me rappelle ce mec
Un Gene Kelly qui buvait plutôt sec
Eh bien moi qui ne bois que du Vichy Célestin
J'ai trouvé une musique en chemin

Ah ! c'est pas mal, ce sera une ballade qui raconte une balade

On dirait que les passants se font moins d'mauvais sang
Y en a même qui s'enlacent tout comme nous
C'est délassant d'aller s'enlaçant
Bras dessus bras dessous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 26 Oct - 0:03

Beaucoup de vent
Claude Nougaro


Ici, tu vois tout est tranquille
Ici, ça va, ça vole, ça coule
Et s'il n'y a pas les lumières de la ville
La lune, c'est pas mal comme ampoule

C'est pas mal, les étoiles, à l'aise
C'est pas rien, la terre le matin
Voir le soleil qui s'couche au creux d'une falaise
Et se lève là-bas sur un bouquet de thym

Et puis, puis surtout, bien souvent, très souvent
Y a des coups, des beaux coups, beaucoup d'vent
Dorénavant, toi qui vends, soi-disant, vends du vent
Tu feras moins le malin, l'important
Devant autant de vent

Ici, tu vois tout est sauvage
Ici, la garrigue, le rocher
Avec la vigne pour faire bon ménage
La vigne a l'esprit de clocher

Les clochers, ils ont la dégaine
De clochers d'églises mexicaines
Imperturbablement laissant tomber leurs plombes
De bronze sur les saisons et sur les tombes

Et puis, puis surtout, bien souvent, très souvent
Y a des coups, des beaux coups, beaucoup d'vent
Tour à tour vent émouvant, enivrant, déchirant
Allégresse et détresse qui s'mélangent
Vent de diable et vent d'ange

Et puis tout redeviens paisible
Tu peux sortir ton cerf-volant
Et si ton chant passe à coté d'la cible
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 14 Déc - 13:36

Je vous mets Nougayork, ce n'est pas Nougaro qui l'interprète malheureusement, je n'ai pas trouvé sur "you tube" de vidéos du Toulousain, mais le rythme de la mélodie est vraiment sublime !

C'est tout de même un concert en Hommage au plus grand French Jazzman ! Régalez-vous !

Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 14 Déc - 13:40

Grâce à Nounouka :

Nougayork de Claude Nougaro


Dès l'aérogare
J'ai senti le choc
Un souffle barbare
Un remous herd-rock
Dès l'aérogare
J'ai changé d'époque
Come on! Ça démarre
Sur les starting-blocks

Gare gare gare
Là c'est du mastoc
C'est pas du Ronsard
C'est de l'amerloc
Sera-ce la bagarre
Ok j'suis ad hoc
J'aurai l'gros cigare
En or, les pare-chocs

Dès l'aérogare
J'ai senti le choc
Faur rentrer dare-dare
Dans la ligne de coke
Un nouveau départ
Solide comme un roc
Une pluie d'dollars
Ici Nougayork

Ici superstar
J'suis gonflé à bloc
C'est l'enfance de l'art
C'est l'œuf à la coque

A moins qu'un lascar
Au détour d'un block
Et sans crier gare
Me découpe le lard

Façon jambon d'York


J'ai trouvé cela sur dailymotion Arrow



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 19 Déc - 19:37

Commentaires en ligne sur Amazone.fr :

Au théatre des Champs-Elysées - Version intégrale du Concert de Claude Nougaro - Audio 2001

le grand claude


Citation :
8 mars 2004
Par Pressnitzer (toulouse France)

Il est vain et vaniteux de vouloir noter un disque de Nougaro maintenant qu'il vient de nous quitter et que dans la forêt de la chanson le plus grand chêne s'est abattu. Lui n'aimait pas les chanteurs formatés et jetables et surtout sans souci ni des mots ni des rythmes.

Claude des mots, comme un volcan, il en avait plein la gueule et, de sa voix de baryton, il faisait s'émouvoir les rythmes même du ventre de la terre. Reprenant énergie dans sa ville natale pour mieux s’envoler, il était autant nègre, brésilien, que toulousain.

Pourquoi simplement recommander ce disque plutôt qu’un autre tout autant magique ?
Parce que la joie charnelle de Claude pour faire vibrer les mots, sa façon de balancer les Musiques comme houle de mer se magnifier surtout en concert. La scène était son ring, son arène, et malgré son trac fou c’est là que la belle lumière nous éclaboussait
.

Ce récital aux champs élysées est aussi la dernière occasion d’entendre une grande partie de ses dernières créations d’ « Embarquement immédiat » fruit de la rencontre avec Yvan Cassar, extraordinaire orchestrateur et qui fera toutes les tournées ultimes avec Claude au détriment de ses projets personnels.
La reprise de quelques morceaux de légende ajoute à ce disque le label de meilleure anthologie actuelle de Claude. Non pas une stèle mais un moment de joie à partager avec celui qui ;avait dit « dansez sur moi le jour de mes funérailles »
Merci Claude
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 19 Déc - 23:29

http://www.nougaro.com/

Le dernier Album de Claude Nougaro Fut :

La Note Bleue !

Cet album enregistré par Yvan Cassar fut commencé quelques mois avant le décés de Claude Nougaro, la suite malheureusement fut tragique pour l'artiste Toulousain, mais ses amis Musiciens sous la direction d'Yvan Cassar décidèrent malgré tout de finir l'album.

Ainsi l'Album "la Note Bleue" fut fini quelques mois aprés le départ de Claude Nougaro et devint ainsi son Album postume.

L'une des chansons phares de cet Opus se prénomme "La Fleur Bleue", ce fut l'une des dernières chansons écrites par le poète Toulousain :

Fleur Bleue - Auteur Claude Nougaro Album : La Note Bleue - Année : 2004 - Label : EMI

La fleur bleue rougit de honte
Que se passe-t-il dans son pistil ?
Frêle fleur bleue, elle est prompte
A se parfumer d'exil
Sur la terre, trop de trombes
Encore se battre, encore souffrir
Encore un pétale qui tombe
La fleur bleue veut plus fleurir

Baladons-nous encore un peu
Il se pourrait que dans ce champ
Parmi tant de chardons méchants
Elle se cache comme elle peut

La fleur bleue à peine éclose
Voyait du rose dans la vie
Son roman à l'eau de rose est décidément flétri
L'innocence n'est plus de mise
Les illusions de pureté
Ont bouclé toutes leurs valises
La fleur bleue s'y est jetée
C'est une loi de la nature
A l'envers de l'ange, le démon
Ils ne battent plus les coeurs purs
De Jean-Roger Caussimon

Baladons-nous encore un peu
A travers les chardons ardents
Encore un pas, serrons les dents
Elle attend peut-être nos yeux

Comme un musicien attend
Face au fin fond, fin fond des cieux
Face au désert de son chant
La Blue note, la Note bleue ...


Dernière édition par jacommos le Sam 21 Fév - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 19 Déc - 23:32

Merci Jaco!Très belle chanson de Nougaro,toujours pleine de poésie! sunny
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 26 Déc - 19:12

Sur le net j'ai trouvé un filon, je vais donc vous inonder de vers et de rimes de ce noyer de la chanson française que fut Claude Nougaro !

Ecologiste avant l'heure, le poète toulousain possèdait cette qualité de chanter de très divers sujets, parfois tendre, parfois rieur ou moqueur, cet humaniste jongleur de mots et surtout fine plume savait aussi se montrer sérieux... et alors sa poèsie devenait prophétie !


Assez ! Claude Nougaro

Il serait temps que l'homme s'aime
depuis qu'il sème son malheur
Il serait temps que l'homme s'aime
Il serait temps, il serait l'heure
Il serait temps que l'homme meure
avec un matin dans le cœur
Il serait temps que l'homme pleure
le diamant des jours meilleurs

Assez! Assez!
crient les gorilles, les cétacés
Arrêtez votre humanerie
Assez! Assez!
crient le désert et les glaciers,
crient les épines hérissées,
déclouez votre Jésus-Christ
Assez!
Suffit.

Il serait temps que l'homme règne
sur le grand vitrail de son front
depuis les siècles noirs qu'il saigne
dans les barbelés de ses fronts
Il serait temps que l'homme arrive
sans l'ombre avec lui de la peur
et dans sa bouche la salive
de son appétit de terreur

Assez! Assez!
crie le ruisseau dans la prairie,
crie le granit, crie le cabri
Assez! Assez!
crie la petite fille en flamme
dans son dimanche de napalm
Eteignez-moi je vous en prie
Assez!
Suffit.

Que l'homme s'aime c'est peu dire
mais c'est là mon pauvre labeur
je le dis à vos poêles à frire
moi le petit soldat de beurre
que l'homme s'aime c'est ne dire
qu'une parole rebattue
et sur ma dérisoire lyre
voyez, déjà, elle s'est tue...

Mais voici que dans le silence
s'élève encore l'immense cri
Délivrez-vous de vos démences
crie l'éléphant, crie le cricri,
crient le sel, le cristal, le riz,
crient les forêts, le colibri,
les clématites et les pensées,
le chien jeté dans le fossé,
la colombe cadenassée...
Entendez-le ce cri immense,
Ce cri, ce rejet, cette transe
Expatriez votre souffrance
crient les sépulcres et les nids
Assez! Assez!
Fini.

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 26 Déc - 19:27

Tout le monde connait la chanson "Toulouse", certains connaissent "Nougayork", mais Nougaro ne serait pas Nougaro s'il n'avait pas écrit de chansons sur Paris, et pourtant celles-ci sont quasiment inconnues, voici donc :

Montparis Claude Nougaro

A Lutèce voguant aux aurores de nacre
Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cité des rois, des croix, des gueux, des sacres
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière éteinte en simulacres
Fous-nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons sonnez tous à cette capitale
Que la guerre épargna et que la paix massacre

Ton Pastis, je le bois dans tes pluies
Montparis
Ton azur, je m'y noie autour de mes nuits
Montparis
Jusque dans tes rats, tu sais que tu m'auras
Montparis
J'te promets, chiche que dans tes îles
J'vais te faire un Brésil
Parie!
L'aile de tes ponts inonde mon front
D'une encre d'esprit
Montparis
Même quand le Pont-Neuf, pauvre Ravaillac
Descend Henri IV
J'aime ta chanson sur tes cents mille scènes
Montparis
Je t'aimerai avant que j'exhale
Ma dernière halle
Parie

De mon sud suant son soleil noir,
Tu m'aspirais, Paname
Auberge étoilée où s'attablaient
Les affamés de flammes
Port étincelant, où débarquaient
Tous les marins de l'âme,
J'accourus vers toi, Paris!

Mes souliers sont en cuir de chaussette
Mes chaussette sont en laine de pieds nus
Mais c'était pour mieux déguster
Et tâter et têter
Ta peau Esie
Car, bien sûr, je cherchais les poètes
C'est-à-dire ceux qui baisent avec les nues
Et c'était ici que le grand vent de l'invention
Faisait valser les têtes
Paris

Jérusalem de l'intelligence
Doux murmure des jubilations
Je t'en prie
Oh je t'en prie, oui je t'en prie
Toi qui fus un grain de beauté du monde
Sois grain de bonté du monde
Parie
Au nom de tous ceux qui vivent
Dans le sandwich de tes rives
Ceux qui t'aiment et te salivent
Sans les mots pour qu'on l'écrive,
Les Quasimodos qui claquent
Dans tes flics et dans tes flaques
Sonneront des cloches de Tour Eiffel...

A Lutèce voguant aux aurores de nacre
Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cité des rois, des croix, des gueux, des sacres
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière éteinte en simulacres
Fous-nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons sonnez tous à cette capitale
Que la guerre épargna et que la paix massacre

Vieille dame
elle gravit
l'escalier
en hissant
son mouron
vers son île
canari...

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 26 Déc - 19:47

Et voilà la 2eme :

Claude Nougaro

PARIS MAI



Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris

Le casque des pavés ne bouge plus d'un cil
La Seine de nouveau ruisselle d'eau bénite
Le vent a dispersé les cendres de Bendit
Et chacun est rentré chez son automobile
J'ai retrouvé mon pas sur le glabre bitume
Mon pas d'oiseau forçat enchaîné à sa plume
Et piochant l'évasion d'un rossignol titan
Capable d'assurer le sacre du printemps

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris

Ces temps-ci je l'avoue j'ai la gorge un peu acre
Le sacre du printemps sonne comme un massacre
Mais chaque jour qui vient embellira mon cri
Il se peut que je couve un Igor Stravinski

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris

Et je te prends Paris dans mes bras pleins de zèle
Sur ma poitrine je presse tes pierreries
Je dépose l'aurore sur tes tuileries
Comme roses sur le lit d'une demoiselle
Je survole à midi tes six millions de types
Ta vie à ras-le-bol me file au ras des tripes
J'avale tes quartiers aux couleurs de pigeon
Intelligence blanche et grise religion

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris

Je repère en passant Hugo dans la Sorbonne
Et l'odeur d'eau-de-vie de la vieille bonbonne
Aux lisières du soir, mi-manne, mi-mendiant
Je plonge vers un pont où penche un étudiant

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, Paris

Le jeune homme harassé déchirait ses cheveux
Le jeune homme hérissé arrachait sa chemise
Camarade ma peau est-elle encore de mise
Et dedans, mon coeur seul, ne fait-il pas vieux jeu
Avec ma belle amie quand nous dansons ensemble
Est-ce nous qui dansons ou la terre qui tremble?
Je ne veux plus cracher dans la gueule à papa
Je voudrais savoir si l'homme a raison ou pas
Si je dois endosser cette guérite étroite
Avec sa manche gauche, avec sa manche droite
Ses pâles oraisons, ses hymnes cramoisis
La passion du futur, sa chronique amnésie

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, Paris

C'est ainsi que parlait sans un mot ce jeune homme
Entre le fleuve ancien et le fleuve nouveau
Où les hommes noyés nagent dans leurs autos
C'est ainsi, sans un mot, que parlait ce jeune homme
Et moi l'oiseau forçat casseur d'amère croûte
Vers mon ciel du dedans j'ai replongé ma route
Le long tunnel grondant sur le dos de ses murs
Aspiré tout au bout par un goulot d'azur
Là-bas brillent la paix, la rencontre des pôles
Et l'épée du printemps qui sacre notre épaule
Gazouillez les pinsons à soulever le jour
Et nous autres grinçons, pont-levis de l'amour

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 26 Déc - 20:15

La plus connue,
L’hymne Toulousain,
Le Païs vénéré des sudistes du sud-ouest,
L’émotion à son comble,
En concert les fans sifflaient
Comme s'ils étaient autour d'un ring de boxe,
Ils attendaient le moment crucial,
L’instant ou le boxeur,
Non ! L’artiste,
Non ! Le Toulousain
Allait enfin chanter,
Non ! Interpréter
Non ! Glorifier
Le Païs ! ! !


O TOULOUSE





O Toulouse

Qu'il est loin mon pays, qu'il est loin
Parfois au fond de moi se raniment
L'eau verte du canal du Midi
Et la brique rouge des Minimes

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse

Je reprends l'avenue vers l'école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, si tu cognes, tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne

O mon païs, ô Toulouse

Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillone jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu'on se traite
Il y a de l'orage dans l'air et pourtant

L'église St-Sernin illumine le soir
D'une fleur de corail que le soleil arrose
Une fleur de corail que le soleil arrose
C'est peut-être pour ça malgré ton rouge et noir
C'est peut-être pour ça qu'on te dit Ville Rose

Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne
Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
Est-ce l'Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?

Voici le Capitole, j'y arrête mes pas
Les tenors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses
J'entends encore l'écho de la voix de papa
C'était en ce temps-là mon seul chanteur de blues

Aujourd'hui, tes buildings grimpent haut
A Blagnac, tes avions sont plus beaux
Si l'un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse


C. Nougaro

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Ven 26 Déc - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 26 Déc - 22:02

Je ne connais pas d'abjectifs, je ne connais pas de mots plus forts, plus puissants, plus élogieux pour décrire la beauté de ce texte, que celui de SUBLIME, mais si ce mot là existait, hé bien c'est lui que je choisirai pour complimenter l'auteur de ces Mots, l'auteur de cette poèsie aux différents visages, aux divers sens, ce texte Mon Cher Claude est SUBLIMISSIME !!!

MERCI !!!

Le chant du désert - des mots...



Dans le désert de papier blanc

mes vieux chameaux de mots naviguent

croisant parfois les ossements d’un poème mort de fatigue

bédouin brûlé par l’aveuglant néant

sèche douche

je marche marche m’ensablant

un baîllon d’encre sur la bouche


...J\'ai soif, j\'ai soif


Il est des bouches oasis

toute enchantées de phrases fraîches

La mienne suce le supplice d’une langue qui se dessèche


…..J\'ai soif, j\'ai soif


Alors j’eusse bu les couplets d’une chanson fondamentale

Une chanson à l’infini d’un souffle neuf brisant ces noces

Qui nous font naître dans un ciel halluciné de becs féroces

Une chanson puisée ailleurs qu’à la litanie de nos plaintes

Mêlées aux hymnes fossoyeurs dans le poumon des guerres saintes

Une chanson calmant la soif,

de nos soifs enfin inondée

oui, qu’une pluie enfin nous coiffe d’une chevelure d’idées…

Idées dictées pour en sortir de nos mariages

et de leur divorce

de nos bourreaux et leurs martyrs,

de nos contrats et leurs entorses

de nos salams salamalecs au sommet sec de nos puissances

quand nos enfants claquent du bec

dans la patrie de l’innocence


…..J\'ai soif, j\'ai soif


Et me voici là devant vous frères humains

but de ma course

les doigts tendus comme des trous

vers la lumière d’une source,


J’ai soif, j\'ai soif...



CLAUDE NOUGARO

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Ven 26 Déc - 22:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Sam 27 Déc - 13:17

Claude Nougaro

LE CINÉMA


Sur l'écran noir de mes nuits blanches,
Moi je me fais du cinéma
Sans pognon et sans caméra,
Bardot peut partir en vacances:
Ma vedette, c'est toujours toi.

Pour te dire que je t'aime, rien à faire, je flanche:
J'ai du coeur mais pas d'estomac
C'est pourquoi je prends ma revanche
Sur l'écran noir de mes nuits blanches
Où je me fais du cinéma.

D'abord un gros plan sur tes hanches
Puis un travelling-panorama
Sur ta poitrine en grand format,
Voilà comment mon film commence,
Souriant je m'avance vers toi.

Un mètre quatre-vingts, des biceps plein les manches,
Je crève l'écran de mes nuits blanches
Où je me fais du cinéma,
Te voilà déjà dans mes bras,
Le lit arrive en avalanche...

Sur l'écran noir de mes nuits blanches,
Où je me fais du cinéma,
Une fois, deux fois, dix fois, vingt fois
Je recommence la séquence
Où tu me tombes dans les bras...

Je tourne tous les soirs, y compris le dimanche,
Parfois on sonne; j'ouvre: c'est toi!
Vais-je te prendre par les hanches
Comme sur l'écran de mes nuits blanches?
Non: je te dis "comment ça va?"
Et je t'emmène au cinéma...

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Une chronologie simplifiée de la carrière de Claude Nougaro !   Dim 22 Fév - 11:07

Je me suis permis d’essayer de faire une chronologie simplifiée de la carrière de Claude Nougaro, tout cela pour permettre, aux jeunes générations et à toutes les autres, d’apprécier cet Immense Artiste !

Je ne sais si le contenu ci-dessous est suffisamment succincts, la carrière du Toulousain est tellement riche de rencontres et d’œuvres, qu’il est vraiment extrêmement difficile d’en zapper.

Par contre je souhaite que la lecture de ces quelques lignes vous apporte une vision positive de celui qui en plus d’être un artiste ouvert à la diversité musicale fut aussi un très grand humaniste !

Merci Claude !



Claude NOUGARO

LE DEBUT : Les Années 1929 1952

- Claude Nougaro naît à Toulouse le 9 septembre 1929, fils de Pierre, premier Baryton à l’opéra de Paris et de Liette, professeur de piano. Ses parents régulièrement en tournée, Claude est confié à ses grands parents qui vivent dans un faubourg de Toulouse « les minimes ». Sa grand-mère Cécile sage-femme, et son grand père Alexandre, Planton au Capitole chantent dans une chorale.

- Souvenir : « la Musique, c’est mon père chantant, et ma mère au piano, répétant l’opéra classique, Massenet, Rossini, Bizet…J’aimais beaucoup les airs, surtout Carmen. A travers mon père, la Musique m’est vite apparue indissociable d’une action dramatique et d’un texte ».

- Vers sa douzième année, il a la révélation de sa propre voie en entendant sur la TSF, Armstrong, Bessie, Smith, Glenn Miller.

En 1945, après avoir fréquenté de nombreuses pensions, son père l’a inscrit au collège de Cusset prés de Vichy. Il écrit ses premiers poèmes sur des Musiquess de Ravel et du saxophoniste Don Byas. Il échoue au Bac, devance l’appel, par au service militaire à Rabat;

Sur dix-huit mois d’armée, dix se passe « au trou ». De retour en France il exerce sa plume dans les journaux de Vichy, puis d’Alger et de Constantine.

En 1952, il se décide de « monter » à Paris. C’est aux « deux magots » qu’il rencontre pour la première fois Jacques Audiberti, écrivain et poète né à Antibes, qui deviendra son père spirituel.

A cette même époque il croise aussi Brassens et Mouloudji

Il écrit aussi des textes pour Marcel amont (« Le Balayeur du Roi ») et Philippe Clay (« Joseph »).

« Je reprends l’avenue vers l’école mon cartable est bourré de coups de poing Ici, si tu cognes tu gagnes Ici même les mémés aiment la castagne Ô mon paîs Ô Toulouse… »

En 1953, il effectue sa première prestation publique au « lapin agile » à Montmartre en « disant » ses textes

En 1954, il décroche l’examen d’entrée à la SACEM sur le sujet imposé « dans mon cœur c’est le mois de mai »

En 1958 son premier disque sur le label président : Henri Salvador a composé un titre « les anges » et rédigé le texte de la pochette.

Sa carrière de chanteur commence, Nougaro part en tournée avec Dalida et Marcel Amont.

En 1961, il fait une autre rencontre déterminante qui va accélérer les événements, celle du jeune pianiste et compositeur Michel Legrand, avec qui il enregistre un nouveau disque pour la firme Philipps.

Très influencés tous les deux par le jazz, la couleur est donnée, « une petite fille » devient donc en 1962 le 1ere succès discographique de Claude Nougaro, les critiques sont dithyrambiques.

Il rencontre aussi Edith Piaf à qui il rendra plus tard un bel hommage avec cette chanson : « Comme une Piaf ».

« J’ai toujours été influencé par le cinéma, alors j’écris une chanson comme un metteur en scène fait un découpage, plan par plan. »

Cette même année là, il épouse « Sylvie » qui fut justement la principale source d’inspiration de cette fameuse chanson « une petite fille », elle lui donne une fille, « Cécile » chanson qui deviendra en 1963 un énorme succès, extrait de son 3eme album paru en avril.

« Moi j’ai trente ans, toi six mois, on est nez à nez, les yeux dans les yeux, quel est le plus étonné des deux. »

Claude Nougaro est un artiste qui naviguera dans sa vie artistique au gré de ses voyages et bien sur au gré de ses rencontres musicales, Le Brésil, mais surtout la Musique Brésilienne sera pour lui source d’inspiration, mais il aura aussi ses périodes Jazz, Rock, Swing et Blues.

Ainsi en 1964, il rencontre le guitariste Brésilien Baden Powell et sur le morceau « Berimbau », il va écrire « Bidonville » !

Le Brésil devenue patrie de cœur, lui inspirera plus tard, « Brésilien » en 1975 et le Célèbre « Tu Verras » (en 1978), reprise d’une chanson de Chico Buarque.

En 1965, toujours fidèle à sa Musique de prédilection le Jazz, Nougaro écrit « A bout de souffle » inspiré de « blue rondo à la turk » de Dave Brubeck.

C’est à cette période que se constitue sa famille musicale avec l’organiste Eddy Louiss et le pianiste Maurice Vander, que l’on retrouve tout au long de sa carrière de chanteur.

En juillet son ami le poète Audiberti meurt, il écrira et enregistrera aussitôt en hommage « Chanson pour le maçon ».

Puis viennent « Armstrong », arrangé par Maurice Vander et « Sing sing song » d’après le morceau de Nat Adderley.

En 1966 et 1967 il écrit et compose respectivement « l’amour sorcier » et cette fameuse chanson qui deviendra l’hymne de toute une région « Toulouse » !

En 1968, c’est « Paris Mai », titre inspiré des événements sociaux politiques, ainsi il obtient la consécration en passant 2 semaines à l’Olympia justement en Mai, d’où provient son 1er live « Une soirée avec Claude Nougaro ».

Entre 1971 et 1973, il écrits plusieurs chansons : « Sœurs âme », « locomotive d’or », « Victor » et « Montparis ».

En 1978 le Prix Spécial de la Chanson Française de l'académie Charles Cros lui est décerné pour « Tu Verras », en 1979 il sort un nouvel album « Assez », puis en 1981 son nouvel opus se nomme « Chansons nettes ».

Durant toutes ces années il multipliera les spectacles et les tournées…

En 1984 il épouse sa troisième femme Hélène, « la femme de sa mort ».

En 1985 et 1986, 2 albums voient le jour, « Bleu Blanc Blues » et « Nougaro sur Scène », la suite c’est plus de 300 concerts !

Malgré tout, le chiffre de ses ventes est jugé insuffisant par sa maison de disque Barclay qui décide de se séparer de lui !

Cette rupture constitue un véritable électrochoc pour Claude Nougaro qui décide de vendre son appartement Parisien et qui quitte Paris pour New-York !

Il rencontre un jeune surdoué des claviers, Philippe Saisse, ensemble ils vont sortir « Nougayork »(1987), album mâtiné de funk et de rock, disque d’or avant même sa sortie, puisque les disquaires vont précommandés 100 000 exemplaires.

La Chanson « Nougayork » qui donne son nom à l’album est un énorme succès qui lui permet de toucher un public beaucoup plus jeune.

Le succès est tel qu’il décroche en 1988 Les Victoires De La Musique du Meilleur Artiste et du Meilleur Album !

Ainsi, il repart aux Etats-Unis à Los Angeles pour enregistrer un nouvel album américain « Pacifique », moins abouti que le précédent, il renferme tout de même le tube «Vive l’Alexandrin ».

Ainsi il revient en France en 1989, et après un Olympia en février, il se produit dans la grande salle du zénith (6000 places) en avril, d’où provient l’enregistrement du fameux live « Zénith MADE IN NOUGARO » et ensuite part en tournée avec une formation de musiciens américains.

En 1991, il revisite ses grands classiques en duo avec le pianiste Maurice Vander, il en ressort un album live

« Une Voix, Dix doigts » (Polygram) incluant 2 nouveautés « Tendres » composé par l’harmoniste Toots Thielmans et les « Mots » Musique de Daniel Goyone.

Il s’en suit l’année suivante un Olympia qui dure 3 semaines puis une tournée de 220 dates…

En 1993, Claude sort un nouvel Album « Chansongs » au style électrique (Jazz, blues, tango, rap, Musiques irlandaises…) pour lequel il s’est assuré les services de musiciens hors pairs : Maurice Vander bien sur, le violoniste Didier Lockwood, Richard Gaillano et le Zaïroi Ray Lema, la suite c’est une nouvelle tournée…

En 1997 il enregistre « l’Enfant Phare » un nouvel album de groupe, chaque musicien avec lesquels il travaille devant lui composer chacun des mélodies, ainsi c’est le retour à ses côtés du géant Eddy Louiss qui lui compose le titre « l’Enfant Phare ».

Opus répété dans les corbières et qui donnera un 1 an plus tard un album live et un DVD Fabuleux (Hombre et Lumière) !

L’Album live et le DVD seront enregistrés (été 1998) avec le concours de la fanfare « le piston Circus » au cours de ce mémorable concert sur les berges de la Garonne à Toulouse, Claude Nougaro est entouré d’un groupe de musiciens très talentueux : à la batterie Loïc Pontieux – Basses Laurent Vernerey – Percussions Denis Benarrosh – Guitares Jean-marie Ecay – Claviers et Orgue Arnaud Dunoyer de Segonzac et Piano Maurice Vander.

Le concert fut empreint de beaucoup d’émotion et pour cause, prés de 30 000 personnes y assistaient, la communion avec le public Toulousain fut mémorable, il interpréta ce soir là, au cours de ce tour de chant, 26 chansons !

En 2000, Claude Nougaro va encore faire une rencontre très importante, bien sur, celle d’Ivan Cassar !

Il en ressortira le dernier véritable album studio de l’artiste « Embarquement Immédiat », opus aux sonorités très Jazzy, africaines, celtes…Avec des chansons légères qui en côtoient d’autres bien plus engagées (« Jet Set », « Bozambo », « les bas », « la vie en noir ».

Il s’en suit une tournée qui durera 1 an à travers toute la France avec pour point d’orgue en juin à Paris (2001) de nombreux concerts au théâtre des Champs-Elysées qui donneront naissance à son dernier album live !

Album là aussi fabuleux, accompagné d’un DVD du tour de chant, lui aussi majestueux et que je conseille à tous les admirateurs de l’artiste, en effet il regroupe presque tous ses plus grands succès !

Avant de s’attaquer à sa fameuse « Note Bleue » qui sera en fait son dernier album studio, le poète Toulousain décide en 2002 de revenir à ses premiers amours la poésie, il en résultera un spectacle « Parlé » autour de ses textes qu’il nomme « les fables de ma fontaine ».

En 2003 débute donc l’enregistrement de la « Note Bleue » album très Jazz…

Au cours de la fin de l’été 2004 Claude Nougaro décède d’une grave maladie, ses musiciens avec à leur tête Ivan Cassar décideront de finaliser son dernier Opus la Note bleue…

L’Œuvre de Claude Nougaro est considérable, plus de 250 chansons dont certaines n’ont jamais été enregistré, le poète Toulousain, artiste complet « jongleur de mots et cracheur de swing », fut aussi à ses heures perdues, un peintre de talent !
flower

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Gilou
Admin
Admin


Nombre de messages: 15295
Localisation: Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 22 Fév - 16:12

Chapeau Jacomos pour cette chronologie du jongleur de mots bravo

Un régal à découvrir

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Dim 22 Fév - 16:19

Merci Jaco!Très belle présentation de Claude Nougaro,ce merveilleux chanteur et poète!A lire et à découvrir! sunny génial chapeau xd
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet:    Dim 22 Fév - 16:35

Ces quelques mots Claude Nougaro les a souvent répeté :

"Je chante donc je suis"

La chanson "Montparis" bien moins connue que "Toulouse" fut elle aussi une jonglerie superbe du Toulousain, en voilà quelques extraits :

"A Lutèce voguant aux aurores de nacre,
Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cité des rois, des croix, des gueux, des sacres,
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière éteinte en simulacres,
Fous nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons, sonnez tous à cette capitale
Que la guerre épargna et que la paix massacre"

Oui! Toulouse, Newyork, Paris, Nougarro a aussi jonglé et chanté les ruisseaux des Corbières et bien d'autres choses ! king

250 chansons, qui sont en réalité 250 poèmes..."le jongleur de mots" voilà un surnom qui lui allait si bien ! flower






_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Lun 23 Fév - 0:39



Plume d'ange
Claude Nougaro

Vous voyez cette plume ?
Eh bien, c'est une plume... d'ange
Mais rassurez-vous, je ne vous demande pas de me croire, je ne vous le demande plus.
Pourtant, écoutez encore une fois, une dernière fois, mon histoire.
Une nuit, je faisais un rêve désopilant quand je fus réveillé par un frisson de l'air.
J'ouvre les yeux, que vois-je ?
Dans l'obscurité de la chambre, des myriades d'étincelles... Elles s'en allaient rejoindre, par tourbillonnements magnétiques,
un point situé devant mon lit.
Rapidement, de l'accumulation de ces flocons aimantés, phosphorescents, un corps se constituait.
Quand les derniers flocons eurent terminé leur course, un ange était là, devant moi, un ange réglementaire avec les grands aile
s de lait.
Comme une flèche d'un carquois, de son épaule il tire une plume, il me la tend et il me dit :
"C'est une plume d'ange. Je te la donne. Montre-la autour de toi.
Qu'un seul humain te croie et ce monde malheureux s'ouvrira au monde de la joie.
Qu'un seul humain te croie avec ta plume d'ange.
Adieu et souviens-toi : la foi est plus belle que Dieu. "

Et l'ange disparut laissant la plume entre mes doigts.
Dans le noir, je restai longtemps, illuminé, grelottant d'extase, lissant la plume, la respirant.
En ce temps-là, je vivais pour les seins somptueux d'une passion néfaste.
J'allume, je la réveille :

"Mon amour, mon amour, regarde cette plume... C'est une plume d'ange ! Oui ! un ange était là... Il vient de me la donner... Oh
ma chérie, tu me sais incapable de mensonge, de plaisanterie scabreuse... Mon amour, mon amour, il faut que tu me croies, et t
u vas voir... le monde ! "
La belle, le visage obscurci de cheveux, d'araignées de sommeil, me répondit :
"Fous-moi la paix... Je voudrais dormir... Et cesse de fumer ton satané Népal ! "
Elle me tourne le dos et merde !

Au petit matin, parmi les nègres des poubelles et les premiers pigeons, je filai chez mon ami le plus sûr.
Je montrai ma plume à l'Afrique, aux poubelles, et bien sûr, aux pigeons qui me firent des roues, des roucoulements de considér
ation admirative.
Je sonne.
Voici mon ami André.
Posément, avec précision, je vidais mon sac biblique, mon oreiller céleste :
"Tu m'entends bien, André, qu'on me prenne au sérieux et l'humanité tout entière s'arrache de son orbite de malédiction guerroy
ante et funeste. A dégager ! Finies la souffrance, la sottise. La joie, la lumière débarquent ! "
André se massait pensivement la tempe, il me fit un sourire ému, m'entraîna dans la cuisine et devant un café, m'expliqua que m
oi, sensible, moi, enclin au mysticisme sauvage, moi devais reconsidérer cette apparition.
Le repos... L'air de la campagne... Avec les oiseaux précisément, les vrais !

Je me retrouve dans la rue grondante, tenaillant la plume dans ma poche.
Que dire ? Que faire ?
" Monsieur l'agent, regardez, c'est une plume d'ange. "
Il me croit !
Aussitôt les tonitruants troupeaux de bagnoles déjà hargneuses s'aplatissent. Des hommes radieux en sortent, auréolés de leurs
volants et s'embrassent en sanglotant.
Soyons sérieux !
Je marchais, je marchais, dévorant les visages. Celui-ci ? La petite dame ?
Et soudain l'idée m'envahit, évidente, éclatante... Abandonnons les hommes !
Adressons-nous aux enfants ! Eux seuls savent que la foi est plus belle que Dieu.
Les enfants... Oui, mais lequel ?
Je marchais toujours, je marchais encore. Je ne regardais plus la gueule des passants hagards, mais, en moi, des guirlandes de
visages d'enfants, mes chéris, mes féeriques, mes crédules me souriaient.
Je marchais, je volais... Le vent de mes pas feuilletait Paris... Pages de pierres, de bitume, de pavés maintenant.
Ceux de la rue Saint-Vincent... Les escaliers de Montmartre. Je monte, je descends et me fige devant une école, rue du Mont-Ce
nis.
Quelques femmes attendaient la sortie des gosses.
Faussement paternel, j'attends, moi aussi.
Les voilà.
Ils débouchent de la maternelle par fraîches bouffées, par bouillonnements bariolés. Mon regard papillonne de frimousses en min
ois, quêtant une révélation.
Sur le seuil de l'école, une petite fille s'est arrêtée. Dans la vive lumière d'avril, elle cligne ses petits yeux de jais, un
peu bridés, un peu chinois et se les frotte vigoureusement.
Puis elle prend son cartable orange, tout rebondi de mathématiques modernes.
Alors j'ai suivi la boule brune et bouclée, gravissant derrière elle les escaliers de la Butte.
A quelque cent mètres elle pénétra dans un immeuble.
Longtemps, je suis resté là, me caressant les dents avec le bec de ma plume.

Le lendemain je revins à la sortie de l'école et le surlendemain et les jours qui suivirent.
Elle s'appelait Fanny. Mais je ne me décidais pas à l'aborder. Et si je lui faisais peur avec ma bouche sèche, ma sueur sacrée,
ma pâleur mortelle, vitale ?
Alors, qu'est-ce que je fais ? Je me tue ? Je l'avale, ma plume ? Je la plante dans le cul somptueux de ma passion néfaste ?
Et puis un jeudi, je me suis dit : je lui dis.
Les poumons du printemps exhalaient leur première haleine de peste paradisiaque.
J'ai précipité mon pas, j'ai tendu ma main vers la tête frisée... Au moment où j'allais l'atteindre, sur ma propre épaule, une
pesante main s'est abattue.
Je me retourne, ils étaient deux, ils empestaient le barreau : "Suivez-nous."

Le commissariat.
Vous connaissez les commissariats ?
Les flics qui tapent le carton dans de la gauloise, du sandwich...
Une couche de tabac, une couche de passage à tabac.
Le commissaire était bon enfant, il ne roulait pas les mécaniques, il roulait les r :
" Asseyez-vous. Il me semble déjà vous avoir vu quelque part, vous. Alors comme ça, on suit les petites filles ?
- Quitte à passer pour un détraqué, je vais vous expliquer, monsieur, la véritable raison qui m'a fait m'approcher de cette enf
ant.
Je sors ma plume et j'y vais de mon couplet nocturne et miraculeux.
- Fanny, j'en suis certain, m'aurait cru. Les assassins, les polices, notre séculaire tennis de coups durs, tout ça, c'était fi
ni, envolé !
- Voyons l'objet, me dit le commissaire.
D'entre mes doigts tremblants il saisit la plume sainte et la fait techniquement rouler devant un sourcil bonhomme.
- C'est de l'oie, ça..., me dit-il, je m'y connais, je suis du Périgord.
- Monsieur, ce n'est pas de l'oie, c'est de l'ange, vous dis-je !
- Calmez-vous ! Calmez-vous ! Mais vous avouerez tout de même qu'une telle affirmation exige d'être appuyée par un minimum d'en
quête, à défaut de preuve.
Vous allez patienter un instant. On va s'occuper de vous. Gentiment hein ? gentiment. "

On s'est occupé de moi, gentiment.
Entre deux électrochocs, je me balade dans le parc de la clinique psychiatrique où l'on m'héberge depuis un mois.
Parmi les divers siphonnés qui s'ébattent ou s'abattent sur les aimables gazons, il est un être qui me fascine. C'est un vieil
homme, très beau, il se tient toujours immobile dans une allée du parc devant un cèdre du Liban. Parfois, il étend lentement le
s bras et semble psalmodier un texte secret, sacré.
J'ai fini par m'approcher de lui, par lui adresser la parole.
Aujourd'hui, nous sommes amis. C'est un type surprenant, un savant, un poète.
Vous dire qu'il sait tout, a tout appris, senti, perçu, percé, c'est peu dire.
De sa barbe massive, un peu verte, aux poils épais et tordus le verbe sort, calme et fruité, abreuvant un récit où toutes les m
ystiques, les métaphysiques, les philosophies s'unissent, se rassemblent pour se ressembler dans le puits étoilé de sa mémoire.

Dans ce puits de jouvence intellectuelle, sot, je descends, seau débordant de l'eau fraîche et limpide de l'intelligence alliée
à l'amour, je remonte.
Parfois il me contemple en souriant. Des plis de sa robe de bure, ils sort des noix, de grosses noix qu'il brise d'un seul coup
dans sa paume, crac ! pour me les offrir.

Un jour où il me parle d'ornithologie comparée entre Olivier Messiaen et Charlie Parker, je ne l'écoute plus.
Un grand silence se fait en moi.
Mais cet homme dont l'ange t'a parlé, cet homme introuvable qui peut croire à ta plume, eh bien, oui, c'est lui, il est là, dev
ant toi !
Sans hésiter, je sors la plume.
Les yeux mordorés lancent une étincelle.
Il examine la plume avec une acuité qui me fait frémir de la tête aux pieds.
" Quel magnifique spécimen de plume d'ange, vous avez là, mon ami.
- Alors vous me croyez ? vous le savez !
- Bien sûr, je vous crois. Le tuyau légèrement cannelé, la nacrure des barbes, on ne peut s'y méprendre.
Je puis même ajouter qu'il s'agit d'une penne d'Angelus Maliciosus.
- Mais alors ! Puisqu'il est dit qu'un homme me croyant, le monde est sauvé...
- Je vous arrête, ami. Je ne suis pas un homme.
- Vous n'êtes pas un homme ?
- Nullement, je suis un noyer.
- Vous êtes noyé ?
- Non. Je suis un noyer. L'arbre. Je suis un arbre. "

Il y eut un frisson de l'air.
Se détachant de la cime du grand cèdre, un oiseau est venu se poser sur l'épaule du vieillard et je crus reconnaître, miniaturi
sé, l'ange malicieux qui m'avait visité.
Tous les trois, l'oiseau, le vieil homme et moi, nous avons ri, nous avons ri longtemps, longtemps...
Le fou rire, quoi !
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Lun 23 Fév - 17:50

Merci Nounouka ! flower

C'est vraiment magnifique ce mélange de poèsie, associé à cette prose qui ressemble comme deux gouttes d'eau à un dialogue de film, c'est vivant , c'est presque haletant et cette poèsie présente à chaque instant toujours pour magnifier les mots !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Lun 23 Fév - 18:28

Bonsoir Jaco,ça m'a donné des frissons de l'écouter,comme le chant du désert! flower :heart:
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Lun 23 Fév - 18:35

Un peu comme Brel, Nougaro sur scène était un commédien, un acteur, il vivait ses chansons, il vivait sa poèsie, d'ailleurs quel que soit le style musical, l'interprète et son message dominaient tout le reste !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Lun 23 Fév - 18:39

Tu as raison Jaco ,avec la comparaison avec Brel,c'est l'interprétation et le message qui domine,les transcendent! sunny
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Sam 14 Mar - 17:26

Le plaisir, la joie et la passion sont des sentiments inexplicables !

Soit ils nous transpercent, soit nous les ignorons !

Dire, écrire que l'on n'est fan d'un artiste c'est surtout apprécier l'émotion, la joie et le plaisir qu'il nous transmet lorsque nous l'écoutons chanter, et avec Claude Nougaro, ces émotions me transpercent sans que je puisse les maîtriser, c'est ainsi je l'adore cet artiste !

Certes il nous a quitté physiquement un 4 mars 2004 avant même d'avoir pu achever sa "note bleue", mais il nous a laissé en héritage de si belle chansons, de si bels album et surtout 2 fabuleux DVD lives !

Le 1er se nomme "Hombre et Lumière", il est devenu, sans aucun doute, dans les mémoires des Toulousains un Concert Mythique, ce tour de chants réalisé et enregistré sur les bords de la Garonne au port de la Viguerie un 21 juillet 1998 dans la soirée nous révèle tout l'immense Talent du poète Toulousain et surtout une grande partie de la magie d'un interprète magistral au charisme fabuleux sur scène !

Nougaro sur scène c'était certes de l'émotion à l'état pur, mais comme les grands crus, dans ses concerts il arrivait à nous offrir une qualité très complexe faite d'interprétations, de mimes, de comédies, de chants, et même quelques fois de dictions de poèmes, Nougaro sur scène c'est un poisson dans l'eau, c'est un être euphorique capable de nous faire pleurer et quelques secondes plus tard de nous faire rire aux éclats !

Les chansons de Nougaro, c'est un mélange de mélodies jazzies légères et même parfois drôles, mais aussi des chansons plus engagées dans lesquelles il évoque ses voyages, ses rencontres et même certaines fois sa propre vie...Nougaro c'est tout cela !

Si "Hombre et Lumière" est un mélange de ses succès auxquels il a joint les plus belles chansons de ses derniers albums, "Nougayork", "Toulouse" et tant d'autres, il demeure Le Concert en Communion avec le "Peuple Toulousain", sans doute celui dans lequel l'émotion est à son paroxysme, et ce soir là près de 30 000 spectateurs peuvent en témoigner !




Mais Claude Nougaro avant de s'enfuir vers d'autres cieux, nous a aussi transmis avec Yvan Cassar un Album extraordinaire : "Embarquement Immédiat", l'album studio est magnifique, mais le live, lui est vraiment un pur Chef d'Œuvre !

Cet Opus live j'ai du l'écouter peut-être au moins une centaine de fois, et à chacune je me suis senti happé par le plaisir de l'écoute, aussi dans la discographie du Toulousain, il me manquait seulement son Dernier DVD Live "Embarquement Immédiat" enregistré comme l'album au fameux "théâtre des Champs Elysées" le 27 juin 2001.

Je me suis donc procuré le fameux DVD et je viens pour la 1ere fois de le visionner, musicalement, bien sur, c'est la copie conforme de l'album live avec tout de même quelques bonus supplémentaires dont une interview de l'artiste.

Certes on peut être un peu déçu par la façon dont fut filmé le DVD, passant par moment de plans trop proches à d'autres bien trop éloignés, mais c'est bien la seule critique que l'on peut faire à cet enregistrement, car pour le reste il est tout simplement fabuleux !

Avec pour Chef d'Œuvre Absolu, la plus belle interprétation en live de la fabuleuse chanson "Toulouse"!(j'en n'ai encore les larmes aux yeux...)

Il y a sans doute un peu moins d'émotion pure dans ce DVD que dans celui "d'Ombre et Lumière" mais la qualité musicale y est, de mon point de vue, très légèrement supérieure !


Tout cela, simplement pour vous indiquer que sa qualité artistique est vraiment, de mon point de vue, d'un très, trés haut niveau !

C'est un sublime concert de 26 chansons avec en final 1 poème magnifiquement raconté et interprété, un vrai délice !

Voilà, je tenais à vous faire partager mes sentiments à la vision de ces 2 superbes concerts (et surtout de leurs supports médiatiques...), que je vous conseille de vous procurer absolument si vous appréciez cet Immense artiste que fut Claude Nougaro !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Sam 28 Mar - 17:25

Beaucoup de vent paroles de Claude Nougaro


Ici, tu vois tout est tranquille
Ici, ça va, ça vole, ça coule
Et s'il n'y a pas les lumières de la ville
La lune, c'est pas mal comme ampoule

C'est pas mal, les étoiles, à l'aise
C'est pas rien, la terre le matin
Voir le soleil qui s'couche au creux d'une falaise
Et se lève là-bas sur un bouquet de thym

Et puis, puis surtout, bien souvent, très souvent
Y a des coups, des beaux coups, beaucoup d'vent
Dorénavant, toi qui vends, soi-disant, vends du vent
Tu feras moins le malin, l'important
Devant autant de vent

Ici, tu vois tout est sauvage
Ici, la garrigue, le rocher
Avec la vigne pour faire bon ménage
La vigne a l'esprit de clocher

Les clochers, ils ont la dégaine
De clochers d'églises mexicaines
Imperturbablement laissant tomber leurs plombes
De bronze sur les saisons et sur les tombes

Et puis, puis surtout, bien souvent, très souvent
Y a des coups, des beaux coups, beaucoup d'vent
Tour à tour vent émouvant, enivrant, déchirant
Allégresse et détresse qui s'mélangent
Vent de diable et vent d'ange

Et puis tout redeviens paisible
Tu peux sortir ton cerf-volant
Et si ton chant passe à coté d'la cible
Autant, autant en emporte le vent

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Sam 28 Mar - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Sam 28 Mar - 17:50

Une rivière des Corbieres écrite et interprété par Claude Nougaro :


On l'appelle le Verdouble
La rivière qui déroule
Ses méandres sur les pierres
La rivière des hautes Corbières
Toi le pêcheur en eau trouble
Elle n'est pas faite pour toi
Le moindre poisson te double
Et te glisse entre les doigts
Mais si tu aimes la chanson
De son hameçon
Elle te servira comme un échanson
Les flots fous, les flots flous
De ses fraîches flammes
Il scintille le Verdouble
Mais le cours de son argent
Ni les dollars, ni les roubles
Ne te le paieront comptant
Pas la peine que tu te mouilles
A percer ses coffres-forts
C'est dans l'?il de ses grenouilles
Que sont ses pépites d'or

Mais tu seras riche à millions de ronds dans l'eau
Il suffit d'un plongeon d'une gente dame
Et si tu bois le bouillon, pars à vau-l'eau
Noyé dans un baiser, ce n'est pas un drame
Ô, ô mon eau, ma belle eau, ma bonne eau
Fais-moi flotter en haut de ta divine ronde
Ô ô ô, ô mon eau, radieuse radio
Passe-moi en canot stéréo sur tes ondes
Dans les gorges du Verdouble
Sur un lit de cailloux blancs
J'ai composé ces vers doubles
Que j'espère ressemblants
Si aux eaux de mon Verdouble
Tu préfères l'océan
C'est facile, tu les ouble
Tu les oublies simplement.

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Mer 31 Oct - 22:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Sam 28 Mar - 18:00

Vive l'alexandrin
Paroles et Musique: Claude Nougaro 1988 "Pacifique"

Moi, ma langue, c'est ma vraie Patrie
Et ma langue, c'est la Française,
Quand on dit qu'elle manque de batterie
C'est des mensonges, des foutaises.
Ceux qui veulent lui casser les reins
Je leur braque mes alexandrins

Vive l'alexandrin !
La bête aux douze pieds qui marche sur la tête
Vive l'alexandrin !
Le ring du poids des mots, la boxe des poètes
L'alexandrin, l'alexandrin !

Moi, ma langue, je l'ai retournée
Plus de sept fois dans ma bouche
J'admets qu'elle est très dure à cracher
Flèche de miel ou cartouche.
L'intello lui zigouille les ailes,
Moi, je suis un intellectruelle.

Vive l'alexandrin !
Les cordes de Nerval, les orgues de Racine
Vive l'alexandrin !
Le grisou du génie dans un crayon à mine
Vive l'alexandrin !
Le grand marteau-piqueur adapté tout-terrain
L'alexandrin, l'alexandrin !

Lamartine, Baudelaire, Hugo
Audiberti, allez hue ! Go !

Vive l'alexandrin !
L'Homme est un Dieu tombé qui se souvient des cieux,
Vive l'alexandrin !
Et son histoire redouble en grinçant des essieux,
L'alexandrin, l'alexandrin !

Vive l'alexandrin !
Sois sage, ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille.
Vive l'alexandrin !
Fais couler de mes yeux quelques larmes fertiles.
L'alexandrin, l'alexandrin,

Vive l'alexandrin !
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?
Vive l'alexandrin !
La bête aux douze pieds qui marche sur la tête.

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages: 7142
Age: 51
Localisation: le Sud
Date d'inscription: 22/03/2008

MessageSujet: Re: Claude Nougaro   Ven 12 Juin - 17:59

Maurane rend hommage à Claude Nougaro


La chanteuse publiera son nouvel album studio le 24 août prochain. Avec "Nougaro ou l'espérance en l'homme", Maurane rend hommage à l'un des grands noms de la Chanson français mais aussi à un ami qui a été l'un de ses modèles.

Deux ans après l'opus "Si d'aujourd'hui", Maurane signe son retour en forme d'hommage au regretté Claude Nougaro. Le public pourra découvrir le 24 août prochain les seize chansons de "Nougaro ou l'espérance en l'homme". "L'espérance en l'homme" est le titre d'une chanson que les deux artistes devaient enregistrer pour l'album "Blue Note". Claude Nougaro a malheureusement tiré sa révérence avant.

Claude Nougaro aurait eu 80 ans cette année et Maurane a souhaité lui rendre hommage. Les deux artistes se connaissaient, se respectaient et se portaient une amitié empreinte d'estime et d'amour de la Musique. Avec le soutien d'Hélène, la femme de l'emblématique chanteur toulousain, Maurane a enregistré à sa façon des chansons très connues telles que "Le jazz et la java", "Armstrong", "Dansez sur moi" mais aussi des titres plus confidentiels comme "La danse" et "Allée des brouillards".

La voix de Maurane donne une nouvelle vie à ces chansons qui continuent de marquer la Chanson francophone. Alain Cluzeau réalise ce disque auquel participent également David Lewis (Paris Combo), Louis Winsberg (Sixun, Jaléo), Fred Pallem (Le Sacre du Tympan) et Dominique Cravic (Les Primitifs du Futur). Le travail des musiciens forme ainsi un véritable écrin pour la voix si intense de Maurane.

Nikolas LENOIR, le mercredi 10 juin 2009

http://www.chartsinfrance.net/Maurane/news-68034.html

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
 

Claude Nougaro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... ::  ::  :: -