Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 Yves DUTEIL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Yves DUTEIL   Mer 16 Avr - 22:35



Yves Duteil
PRENDRE UN ENFANT


Prendre un enfant par la main
Pour l'emmener vers demain.
Pour lui donner la confiance en son pas
Prendre un enfant pour un roi.
Prendre un enfant dans ses bras
Et pour la première fois
Sécher ses larmes en étouffant de joie
Prendre un enfant dans ses bras.

Prendre un enfant par le coeur
Pour soulager ses malheurs,
Tout doucement, sans parler, sans pudeur,
Prendre un enfant sur son coeur.
Prendre un enfant dans ses bras
Mais pour la première fois
Verser des larmes en étouffant sa joie,
Prendre un enfant contre soi.






Prendre un enfant par la main
Et lui chanter des refrains
Pour qu'il s'endorme à la tombée du jour,
Prendre un enfant par l'amour.
Prendre un enfant comme il vient
Et consoler ses chagrins,
Vivre sa vie des années puis soudain,
Prendre un enfant par la main,
En regardant tout au bout du chemin

Prendre un enfant pour le sien.






Arrow http://www.dailymotion.com/video/x24hed_yves-duteil-prendre-un-enfant-par-l_music

Arrow http://www.dailymotion.com/video/x3yyoe_clip-photos-sur-la-chanson-prendre_news


Dernière édition par Nounouka le Mer 16 Avr - 23:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Mer 16 Avr - 22:54



Yves Duteil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Yves Duteil est un chanteur français, auteur-compositeur-interprète, né le 4 juillet 1949 à Neuilly-sur-Seine. Il est aussi le petit-neveu du Capitaine Dreyfus, à qui il a consacré une chanson sur l'album Touché. Marié le 28 juin 1975, il a une fille.

En 2001, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur.

À côté de ses chansons sentimentales et poétiques, il s'engage dans son œuvre et sa vie personnelle, politique et associative en tant que défenseur de la langue française, des droits des enfants, de la paix et de l'environnement.

Ses maîtres en écriture sont Georges Brassens, Félix Leclerc et Jacques Brel.

Il est depuis 1989 maire de la commune de Précy-sur-Marne en Seine-et-Marne (aujourd'hui liste UMP[réf. nécessaire]). Il est également membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Il est chanté par d'autres artistes, notamment Rose Laurens, Nana Mouskouri, Joan Baez, Rika Zaraï, Mireille Mathieu, Fabienne Thibeault, Allain Leprest, Michel Fugain et Stéphanie Hertel.

Discographie [modifier]

* 1972 : Virages (1er 45 Tours)
* 1974 : L'écritoire (1er album)
* 1976 : J'attends (2e album)
* 1977 : Tarentelle (3e album)
* 1978 : En public au théâtre des Champs-Elysées (1er album public)
* 1979 : Mélancolie (4e album)- titre de la réédition en CD : J'ai la guitare qui me démange
* 1980 : Yves Duteil chante pour les enfants (compilation)
* 1981 : Ça n'est pas ce qu'on fait qui compte (5e album)
* 1982 : L'Olympia (2e album public)
* 1982 : Les saisons Grand-Père (conte musical - livre-disque)
* 1983 : La statue d'ivoire (6e album)
* 1985 : La langue de chez nous (7e album)
* 1985 : L'univers musical d'Yves Duteil par Jean Musy (versions instrumentales)
* 1987 : Ton absence (8e album)
* 1988 : Côté scène - Olympia (3e album public)
* 1989 : L'intégrale Yves Duteil (compilation coffret 5 CD)
* 1990 : Blessures d'enfance (9e album)
* 1991 : Au Zénith (4e album public)
* 1992 : Vos préférences (compilation)
* 1992 : La fleur de l'impossible (CD single, chanson sélectionnée pour les Jeux Olympiques d'Albertville)
* 1993 : Ligne de vie (10e album)
* 1994 : Entre elles et moi (compilation + quelques inédits en duo avec Liane Foly, Véronique Sanson, Rose Laurens...)
* 1996 : Pour les enfants (compilation)
* 1997 : Touché (11e album)
* 1997 : Correspondances (compilation coffret 4 CD)
* 2000 : Virages(compilation coffret 4 CD)Les 4 premiers albums d'Yves Duteil
* 2001 : Tournée acoustique (5e album public)
* 2001 : Sans attendre (12e album)
* 2002 : Tous les droits des enfants (CD single pour faire connaître la convention internationale des droits de l'enfant)
* 2002 : Yves Duteil chante les enfants (1re compilation 30 années de chansons)
* 2003 : Yves Duteil chante pour elle (2e compilation 30 années de chansons)
* 2003 : Yves Duteil par cœur (compilation)
* 2004 : Yves Duteil chante l'air des mots (3e compilation 30 années de chansons)
* 2008 : (fr)agiles (13e album)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 17 Avr - 0:11

Yves Duteil

Quarante ans


Pour le bonheur de ceux que j'aime
Et qui sont là dans la maison
J'ai trouvé les mots d'un poème
Et composé cette chanson

Puisque ce soir ils sont ensemble
Pour me fêter à leur façon
C'est que l'amour qui nous rassemble
Est bien plus fort que la raison

Merci d'être resté fidèles
À cette image d'autrefois
Qui m'a fait déployer mes ailes
Ce soir pour la seconde fois

Merci d'exister sur la Terre
Sans vous, que serait ce caillou
Lancé pour des années-lumière
Sans âme et sans personne au bout?

Ce soir, le soleil est en cage,
Ici, le bonheur est partout
C'est vous qui rendez le voyage
Plus beau plus tranquille et plus fou

Je peux vous offrir en échange
Le sourire que je vous dois
Quelques vers aux musiques étranges
Où chacun se reconnaîtra

Et le souffle de la tendresse
Qui me fait frémir un instant
À l'idée de ce jour de liesse
Où l'on fête mes quarante ans

J'ai beau partager cette ivresse
Avec des milliers d'inconnus
Pourquoi vous cacher ma faiblesse
Sans vous, mon cœur ne battrait plus

Je voudrais vieillir de la sorte
En amour et en amitié
Sans jamais refermer la porte
De mon cœur où vous êtes entrés

En ouvrant tout grand les fenêtres
Et mon âme à la volupté
De sentir chaque jour renaître
En sachant que vous existez. {2x}
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 17 Avr - 0:15

Yves Duteil

J'ai la guitare qui me démange


J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça me soulage et ça s'arrange
Mais ça fait pas très sérieux.
Pardonnez-moi, c'est très étrange,
Ça me prend là où ça veut.
C'est la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.

J'aurais pu, c'est héréditaire,
Être officier d'Etat major,
Archevêque ou vétérinaire,
Clerc de notaire ou chercheur d'or.
Le hasard et la génétique
En ont voulu tout autrement.
J'ai mis les doigts dans la musique,
Et c'est ainsi qu'à présent...

J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça me soulage et ça s'arrange
Mais ça fait pas très sérieux.
Dans l'industrie, l'électronique,
Le commerce et les assurances,
J'avais des dons pour la pratique,
Oui, mais côté références...

J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça fait du bien dans les phalanges,
Mais ça fait pas très sérieux.
Y a rien à faire pour que ça change,
Faut se faire une raison.
J'ai la guitare qui me démange,
Alors j'écris des chansons.

J'ai appris à lire, à écrire
Et je compte sur mes dix doigts
Pour composer de doux délires
À partir de n'importe quoi.
Ne croyez pas que je m'amuse,
Que je cours après les honneurs.
Si je taquine un peu la muse,
C'est pas pour les droits d'auteur.

J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça me soulage et ça s'arrange,
Mais au bout d'une heure ou deux,
Quand je me prends pour un artiste,
Ça donne un résultat miteux,
Ça me rend profondément triste,
Et quand je suis malheureux...

J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça me soulage et ça s'arrange,
Mais c'est un cercle vicieux.
Y a rien à faire pour que ça change,
Faut se faire à cette idée.
J'ai la guitare qui me démange,
Alors j'essaie de chanter.

J'ai consulté un spécialiste
Pour me guérir, mais sans succès.
Il m'a dit "Si le mal persiste,
Essayez de prendre un cachet."
Avant même que je le comprenne,
J'étais déjà dev'nu chanteur,
Et c'est pour ça que sur la scène,
Entre les deux projecteurs...

J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça me soulage et ça s'arrange
Et si c'est pas très sérieux,
C'est la plus belle leçon d'musique
Que j'ai reçue depuis toujours;
C'est la meilleure thérapeutique
Quand j'ai des chagrins d'amour.

J'ai la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Ça me soulage et ça s'arrange
Et quand je serai très vieux,
À ma mort, je veux qu'on m'installe
Avec ma guitare à la main.
Si vous voyez ma pierre tombale
Qui gigote à la Toussaint...

C'est la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu
Dans les nuages avec les anges
Et tout là-haut dans les cieux.
Pardonnez-moi si ça dérange :
Ça me prend là où ça veut.
C'est la guitare qui me démange,
Alors je gratte un p'tit peu.
Y a rien à faire pour que ça change,
Et si, dans un jour ou deux,
Y a la guitare qui vous démange,
Alors c'était contagieux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 17 Avr - 0:20

Yves Duteil

Pour les enfants du monde entier

Paroles et Musique: Yves Duteil 1987
© Editions de L'Ecritoire


Pour les enfants du monde entier
Qui n'ont plus rien à espérer
Je voudrais faire une prière
À tous les Maîtres de la Terre

À chaque enfant qui disparaît
C'est l'Univers qui tire un trait
Sur un espoir pour l'avenir
De pouvoir nous appartenir

J'ai vu des enfants s'en aller
Sourire aux lèvres et cœur léger
Vers la mort et le paradis
Que des adultes avaient promis

Mais quand ils sautaient sur les mines
C'était Mozart qu'on assassine
Si le bonheur est à ce prix
De quel enfer s'est-il nourri?

Et combien faudra-t-il payer
De silence et d'obscurité
Pour effacer dans les mémoires
Le souvenir de leur histoire?

Quel testament, quel évangile
Quelle main aveugle ou imbécile
Peut condamner tant d'innocence
À tant de larmes et de souffrances?

La peur, la haine et la violence
Ont mis le feu à leur enfance
Leurs chemins se sont hérissés
De misère et de barbelés

Peut-on convaincre un dictateur
D'écouter battre un peu son cœur?
Peut-on souhaiter d'un président
Qu'il pleure aussi de temps en temps?

Pour les enfants du monde entier
Qui n'ont de voix que pour pleurer
Je voudrais faire une prière
À tous les Maîtres de la Terre

Dans vos sommeils de somnifères
Où vous dormez les yeux ouverts
Laissez souffler pour un instant
La magie de vos cœurs d'enfants

Puisque l'on sait de par le monde
Faire la paix pour quelques secondes
Au nom du Père et pour Noël
Que la trêve soit éternelle

Qu'elle taise à jamais les rancœurs
Et qu'elle apaise au fond des cœurs
La vengeance et la cruauté
Jusqu'au bout de l'éternité

Je n'ai pas l'ombre d'un pouvoir
Mais j'ai le cœur rempli d'espoir
Et de chansons pour aujourd'hui
Que sont des hymnes pour la vie

Et des ghettos, des bidonvilles
Du cœur du siècle de l'exil
Des voix s'élèvent un peu partout
Qui font chanter les gens debout

Vous pouvez fermer vos frontières
Bloquer vos ports et vos rivières
Mais les chansons voyagent à pied
En secret dans des cœurs fermés

Ce sont les mères qui les apprennent
à leurs enfants qui les reprennent
Elles finiront par éclater
Sous le ciel de la liberté

Pour les enfants du monde entier.
Revenir en haut Aller en bas
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 17 Avr - 17:07

Biographie

Citation :
YVES DUTEIL

Rarement un artiste a atteint un tel équilibre entre le nombre de ses fans et celui de ses détracteurs. Depuis ses débuts, Yves Duteil est à la fois très apprécié et très aimé d'une large partie du public français. Et, parallèlement, son nom ne cesse de provoquer railleries et moqueries, voire critiques quant à certains de ses engagements. Nunuche et réac pour les uns, poète et bon Français pour les autres. A vous de choisir
.



Yves Duteil naît le 24 juillet 1949 à Neuilly-sur-Seine, en proche banlieue parisienne. Fils d'un père employé de bureau et d'une mère bijoutière, il est élevé sur un mode très classique. Pendant dix ans, Yves fait du piano et tient l'orgue dans l'orchestre de son école. Mais à l'âge de 15 ans, il découvre la guitare et la chanson, ses véritables passions.

Après le baccalauréat, il intègre une fac de sciences pour rassurer sa famille, mais la musique le mène à cesser ses études. Il réussit alors à caser son service militaire au milieu de petits engagements au Club Méditerranée et de concerts dans des cabarets parisiens. Il accumule ainsi pas mal d'expériences, qu'il peaufine dans le cadre du Petit Conservatoire de la chanteuse Mireille, figure légendaire de la chanson française.

Premier virages

C'est par une chanson romantique, "Virages", que démarre sa carrière discographique en 1972. Le 45 tours connaît un certain succès, vite démenti par les deux essais suivants. Cependant en 1973, Yves fait la première partie de la chanteuse Régine à Bobino, puis de Juliette Gréco à l'Olympia. Il enchaîne même sur un concert new-yorkais.

Mais en 1974, Yves Duteil entre de plain-pied dans la cour des Grands. Concurrent du festival de Spa en Belgique, il en repart avec les Prix du public et le Prix de la meilleure chanson. En outre, les critiques de la presse sont dithyrambiques. Son premier album, "L'écritoire" sort la même année. Puis, deux ans plus tard, son deuxième album récolte le prix "Jeune Chanson" décerné par le Haut Comité de la Langue Française. Déjà, Yves Duteil devient le symbole de la défense de la Langue Française, statut qui ne le quittera pas.

Un petit pont pour un gros succès

C'est en 1977 que sort son premier gros succès commercial. L'album "la Tarentelle" obtient le prestigieux prix de l'Académie Charles-Cros et le Prix du Secrétariat à la Culture. En un seul disque, Duteil publie trois de ses titres majeurs : "la Tarentelle", "le Petit pont de bois" et surtout "Prendre un enfant par la main". L'album se vend à plus d'un million d'exemplaires et les trois 45 tours, vendus à plus de 500.000 exemplaires chacun, envahissent pendant des mois les classements et les programmes radios.

C'est au Théâtre de la Ville, puis à l'Olympia, que Duteil rencontre triomphalement le public cette année-là. Mais, en 1978, il est désormais une telle vedette qu'avant une longue tournée française, il donne un récital au Théâtre des Champs-Elysées, lieu prestigieux s'il en est. Devant la réussite de cette soirée unique, une série de dix nouveaux concerts au même endroit est organisée en 79. C'est à cette occasion que "Prendre un enfant par la main" est classé, par la station de radio RTL, en tête des dix plus belles chansons de la décennie.

Des Prix, des Prix , des Prix…

Si les années 70 se terminent en beauté, les années 80 démarrent tranquillement mais sûrement. En 1980, Yves Duteil retrouve pour deux semaines la scène du Théâtre de la Ville au centre de Paris.

En 1981, il publie un album pour enfants illustré des aquarelles de Martine Delerm. Ce disque est récompensé du Grand Prix de la plus exceptionnelle création artistique de l'année lors d'un festival d'Art à Tokyo. Les Japonais font un vrai succès au chanteur et l'accueillent en 82 pour une grande tournée.

Toujours en 82, trois semaines à l'Olympia donnent lieu à un triple album live en mars renfermant 40 chansons.

Du 2 au 22 janvier 84, c'est quatre semaines que Yves Duteil s'installe à l'Olympia à l'occasion de la sortie de son album "Statue d'Ivoire". Figure majeure de la chanson française, en dépit d'une image de "gentil chanteur" pas toujours flatteuse, Yves Duteil est nommé Chevalier des Arts et Lettres par le Président François Mitterrand. Dès 85, il confirme son statut de grand défenseur de la langue française en sortant son septième album, "la Langue de chez nous". En 1986, la chanson-titre est célébrée et récompensée par la principale Institution en matière de langue française, soit l'Académie française qui remet au chanteur sa Médaille d'argent. C'est aussi la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs) qui lui son Oscar de la meilleure chanson française.

Atteignant un score de 40 millions de ventes depuis ses débuts, Duteil reçoit en outre en 85 son 40ème disque d'or. Enfin, le Japon à nouveau, la Corée et le Québec sont ses principales destinations cette année-là.

Chanson du siècle

En 1987, sort l'album "Ton absence" qui est disque d'or trois semaines après sa sortie. Entre 87 et 88, Yves Duteil va se voir remettre encore un nombre incalculable de récompenses. La chanson "Prendre un enfant" est particulièrement célébrée : chanson préférée des auditeurs de la radio Europe 1 en 87, meilleure chanson du siècle selon le magasine pour personnes âgées "Notre Temps" en 87 encore. Puis surtout en 88, la chanson arrive en tête d'un sondage organisé par la SACEM, la station de radio RTL et la chaîne de télé cryptée Canal+, et visant à déterminer un hit-parade des plus belles chansons du siècle.

Le Québec y va aussi de ses récompenses avec la Médaille d'or de l'Ordre des Francophones d'Amérique. Sa popularité canadienne se vérifie dès l'année suivante lorsqu'il chante devant 20.000 Québécois pour le Festival d'été.

Où s'arrêtera t'il ? En 1989, c'est un disque de diamant que le chanteur reçoit pour l'album "la Tarentelle" qui, douze ans après sa sortie, a atteint le million d'exemplaires vendus. En revanche, ce n'est pas en douze ans mais en une seule et unique journée que la compilation de ses meilleurs titres "Vos préférences" se vend à 100.000 exemplaires.

Enfin, dans un autre domaine, Yves Duteil devient en 89 maire de sa commune dans la région parisienne, Précy-sur-Marne. Le hasard fait qu'il compta parmi ses administrés, une autre artiste majeure de la chanson française, Barbara, jusqu'à la mort de celle-ci fin 97. Très engagé politiquement, le chanteur ne mêle cependant pas trop politique et musique.

Jeux Olympiques

Les années 90 commencent avec un nouvel album, le premier depuis trois ans, "Blessures d'enfance". L'enfance est un thème largement présent dans l'œuvre d'Yves Duteil qui, dans ce seul album, aborde le sujet au moins à trois reprises : "Blessures d'enfance", l'adoption avec "Retour d'Asie" et "Bébé soleil". Il effectue sa rentrée parisienne sur la scène du Zénith où il joue devant plus de 3000 personnes pendant dix jours.

En février 1992, la cité d'Albertville dans les Alpes françaises reçoit les Jeux Olympiques d'hiver. A cette occasion, le comité d'organisation français, dont le président Michel Barnier est un ami d'Yves Duteil, sélectionne la chanson "la fleur de l'impossible" pour représenter la France.

En outre, Duteil entame une immense tournée internationale qui le mène dans près de 15 pays dont à nouveau la Corée et le Japon.

Nouvel album en 93, "Lignes de vie", suivi d'un passage au Casino de Paris en septembre. Quelques mois plus tard seulement, Duteil sort un album de duos partagés avec des chanteuses françaises aussi variées que Liane Foly, Enzo Enzo, Véronique Sanson et même la comédienne Jeanne Moreau pour laquelle il avait écrit la chanson-titre du film "L'adolescente" en 1979.

Politiquement correct

Après avoir reçu en 92 une Marianne, prix remis aux meilleurs maires de France, Yves Duteil est réélu maire de sa commune en 95. De plus, le ministre de la culture le charge l'année suivante d'une mission de conseil et de proposition censée dynamiser la chanson française. Parfois critiqué pour ses engagements, Duteil conserve malgré tout un énorme crédit auprès de son public.

Dans l'album "Touché" qui paraît en 97, Yves Duteil évoque de nombreux sujets brûlants de l'actualité internationale dont le Tibet ou l'assassinat de Yitzhak Rabin. Mais surtout, l'album fait parler pour une chanson précise : "Dreyfus". Dans ce titre, Duteil parle de son arrière-grand-oncle, le colonel Dreyfus, accusé à tort à la fin du XIXème siècle dans une sombre affaire d'espionnage et enfermé pendant des années sur une île de Guyane, le tout sur fond d'antisémitisme. En fait, parent ou non de Dreyfus, ce qui motive toujours et encore Yves Duteil, c'est la défense des innocents, des victimes. C'est aussi ce qu'on lui reproche, un certain sentimentalisme à toute épreuve.

Du 11 au 16 novembre 1997, Duteil présente son album aux Parisiens sur la scène du Casino de Paris.

Les années 90 ne sont pas tellement favorable à l'auteur-compositeur interprète. Au creux de la vague, sa notoriété tend à diminuer. En effet, d'après lui, une cabale médiatique ainsi qu'un imbroglio judiciaire de 10 ans avec la maison de disques EMI ont eu raison de son succès public. Mais cela ne l'empêche pas de continuer son chemin artistique et de donner des récitals, accompagné uniquement du pianiste Michel Precastelli, qui travailla auparavant avec Barbara.

Trente ans de carrière

En novembre 2001, Yves Duteil sort un treizième album intitulé "Sans attendre". Se positionnant en tant qu'artisan de la chanson, il propose une série de titres à l'orchestration plutôt dépouillée. Deux musiciens apportent leur contribution à ce nouvel opus et permettent un élargissement de sa palette musicale : Gérard Bikialo, le bassiste de Francis Cabrel et la chanteuse brésilienne Bia avec qui il reprend "Samba em preludio" de Baden Powell et Vinicius de Moraes intitulée en français, "Vivre sans vivre".

Après une tournée printanière, le chanteur est à l'Olympia le 5 juin 2002 où il célèbre ses trente ans de carrière.


En marge des modes, Yves Duteil a développé un parcours étonnant d'éternel défenseur des valeurs sûres : les enfants, l'environnement, la paix, et bien sûr, son cheval de bataille, la langue française. Toutes ces luttes le rendent populaire, mais il demeure un poète discret plus qu'un artiste engagé.


_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 17 Avr - 17:30

Il est toujours très délicat de comparer un artiste à un de ses illustres prédécesseurs, mais aujourd'hui avec "la nouvelle scène de la chanson Française", presque tous les auteurs compositeurs interprètes aimeraient se positionner comme des successeurs du Grand Georges Brassens......
Seulement voilà, BRASSENS restera le seul et l'unique !

Mais si un artiste possède un profil artistique similaire à celui du grand Georges, hé bien j'ai sans doute le tort de croire qu'Yves Duteil est celui-là !

Sa façon d'écrire les chansons, la beauté de ses textes tous en vers, sa poésie si lyrique, son utilisation d'instruments de musique uniquement acoustique...... artistiquement il possède énormément de points communs avec le Grand Poète Sétois.

YVES DUTEIL

La langue de chez nous

Citation :
Paroles et Musique: Yves Duteil 1985
© Editions de L'Ecritoire

C'est une langue belle avec des mots superbes
Qui porte son histoire à travers ses accents
Où l'on sent la musique et le parfum des herbes
Le fromage de chèvre et le pain de froment

Et du Mont-Saint-Michel jusqu'à la Contrescarpe
En écoutant parler les gens de ce pays
On dirait que le vent s'est pris dans une harpe
Et qu'il en a gardé toutes les harmonies

Dans cette langue belle aux couleurs de Provence
Où la saveur des choses est déjà dans les mots
C'est d'abord en parlant que la fête commence
Et l'on boit des paroles aussi bien que de l'eau

Les voix ressemblent aux cours des fleuves et des rivières
Elles répondent aux méandres, au vent dans les roseaux
Parfois même aux torrents qui charrient du tonnerre
En polissant les pierres sur le bord des ruisseaux

C'est une langue belle à l'autre bout du monde
Une bulle de France au nord d'un continent
Sertie dans un étau mais pourtant si féconde
Enfermée dans les glaces au sommet d'un volcan

Elle a jeté des ponts par-dessus l'Atlantique
Elle a quitté son nid pour un autre terroir
Et comme une hirondelle au printemps des musiques
Elle revient nous chanter ses peines et ses espoirs

Nous dire que là-bas dans ce pays de neige
Elle a fait face aux vents qui soufflent de partout,
Pour imposer ses mots jusque dans les collèges
Et qu'on y parle encore la langue de chez nous

C'est une langue belle à qui sait la défendre
Elle offre les trésors de richesses infinies
Les mots qui nous manquaient pour pouvoir nous comprendre
Et la force qu'il faut pour vivre en harmonie

Et l'Île d'Orléans jusqu'à la Contrescarpe
En écoutant chanter les gens de ce pays
On dirait que le vent s'est pris dans une harpe
Et qu'il a composé toute une symphonie

Et de l'Île d'Orléans jusqu'à Contrescarpe
En écoutant chanter les gens de ce pays
On dirait que le vent s'est pris dans une harpe
Et qu'il a composé toute une symphonie.

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 17 Avr - 17:40

Merci Jaco d'exprimer sur Yves DUTEIL ce que je pense aussi!Ses chansons ont bercé mes enfants dans les années 80-90!J'aime aussi ce côté poète,le choix des mots,des musiques,des thèmes dans ses chansons!Et sa voix aussi!Il est digne de reprendre des chansons du style de ses plus grands prédécesseurs comme tu dis! Et merci pour la biographie plus complète! Wink :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Mar 22 Avr - 21:33

j'aime bien aussi Yves Duteil
domamge que l'on ne l'entende pas plus osuvent
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:49

Au parc Monceau

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Les enfants sages ont des cerceaux
Au fil de l'eau
Dissimulés dans les roseaux
On entend piailler les oiseaux

Le parc Monceau
Petit morceau de mon histoire
Le vieux monsieur des balançoires
Les cygnes noirs
La ville
Etait à l'autre bout du monde
Entre le lac et la Rotonde

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Les cours d'histoire avaient bon dos
Près du métro
Elle m'attendait sans dire un mot
J'ai pris sa main comme un cadeau

Le parc Monceau
Premier baiser de mon histoire
Sur un des bancs d'une allée noire
Un peu d'espoir
La peur
La folle envie d'oublier l'heure
Ma main posée contre son cœur

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Le bonheur a fait son berceau
Pour nos seize ans
La pyramide et ses mille ans
Nous avaient cachés des passants

Un parc en France
Petit morceau de mon enfance
Où j'ai trouvé l'adolescence
Un jour de chance
Un square
Bien à l'abri dans ma mémoire
Quand j'y retourne par hasard

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Entre les gardes et les landaus
Au parc Monceau
Entre les fleurs et les moineaux
Les cours d'histoire avaient bon dos
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:51

L'autre côté

C'était un peu après la guerre
Un beau matin dans ce pays
Un mur de béton et de fer
S'était dressé pendant la nuit

Séparant des familles entières
Des parents et des fiancés
C'est là que passait la frontière
Comme un grand trait sur le papier

Que pouvaient-ils pour se défendre
Contre les armes et les blindés?
Il n'y avait plus rien à comprendre
L'impossible était arrivé

Les grands hommes autour de la table
En discutant devant un verre
Se partageaient dans leurs cartables
Tout l'Univers...

C'est ainsi que s'écrit l'histoire
Dans les livres et dans les cahiers
Jusqu'au jour où beaucoup plus tard
La parenthèse est refermée

Cette nuit la marée humaine
A franchi le Mur de Berlin
L'explosion de leur joie soudaine
A résonné jusqu'au matin

Et sous les bougies qui s'éteignent
Aux premières lueurs du jour
Ces gens qui pleurent et qui s'étreignent
À la Porte de Brandebourg

C'est tout un peuple emprisonné
Qui recouvre la liberté
Et qui découvre émerveillé
L'Autre Côté...

J'imagine que les regardent
Ceux qui sont morts d'avoir osé
Braver les crocs des chiens de garde
Pour franchir les fils barbelés

Il reste encore ailleurs au monde
Bien d'autres murs à faire tomber
On entend la rumeur qui gronde
Et plus rien ne peut l'arrêter

Mais plus haut que les citadelles
Plus solides et plus résistants,
Sous les murs qu'ont bâti la haine
Et la peur dans le cœur des gens

Et ce qu'il faudra de tendresse
Pour abattre ces murs un jour
Ce qu'il faut de délicatesse
De patience et d'années d'amour

Ça ressemble à la belle image
Du bonheur de la nuit passée
A ces gens qui sur un nuage
Ont découvert émerveillés

L'Autre Côté...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:51

Le petit pont de bois



Tu te souviens du pont
Qu'on traversait, naguère,
Pour passer la rivière,
Tout près de la maison,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits.

Si tu reviens par là,
Tu verras la rivière
Et j'ai refait en pierre
Le petit pont de bois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois.

Elle suit depuis ce temps
Son cours imaginaire
Car il ne pleut plus guère
Qu'une ou deux fois par an
Mais dans ce coin de terre,
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères,
Mais dans ce coin de terre
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères
Pour aller nulle part,
Et pourtant j'en suis fier...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:52

Retour d'Asie

Dans un avion venant d'Asie
Quatre bébés sont endormis
Un bracelet dit leurs prénoms
Sur du tulle à l'encre marron

Leur adresse est à l'arrivée
Dans la salle des pas retrouvés
Terminus de l'aéroport
Où des cœurs battent un peu plus fort

C'est toute la force de la vie
Qui fait les hommes et les fourmis
Il en reste toujours assez
Pour survivre et recommencer

On ne peut réduire au silence
Les voix qui chantent une espérance
On ne peut vaincre un idéal
Avec des chars ou bien des balles

Des maisons basses aux toits de palme
Au bord d'un canal aux eaux calmes
Le temps glissait comme un bateau
Sur les hommes et sur les roseaux

Des enfants nus dans l'eau du fleuve
S'éclaboussaient avant qu'il pleuve
Au pied d'un temple au toit doré
Sous les yeux du Bouddha couché

Que reste-t-il de cette Asie
Qui s'écoulait en harmonie
Entre les barques du marché
Les épices et les orchidées?

Où sont les bronzes et leurs ombrelles
Fleurs de safran sur la ruelle
Avançant à pas mesurés
Vers le seuil de l'éternité?

Les odeurs de poudre et de sang
Ont chassé les parfums d'encens
Assombri la boue des rizières
Et brisé les hommes et la terre

Du haut du temple abandonné
Le sourire du bouddha figé
Ne contemple les yeux baissés
Que des ruines et du temps gâché

Où s'en vont les pensées fleuries
Qui s'envolaient vers les esprits
Des colliers de fleurs des autels
En offrande aux âmes immortelles

Les éclats de rire se sont tus
Avec les enfants disparus
Les bonheurs enfouis dans la terre
Sous les cendriers et sous la poussière

Et pourtant gravé dans l'ivoire
Du silence et de la mémoire
Se transmet à mots défendus
Tout l'espoir qui semblait perdu

Le courage et la volonté
De se battre et de résister
À la peur et à la souffrance
À la mort et l'indifférence

C'est toute la force de la vie
Qui fait les hommes et les fourmis
Il en reste toujours assez
Pour survivre et recommencer

On ne peut réduire au silence
Les voix qui chantent une espérance
On ne peut vaincre un idéal
Avec des chars ou bien des balles

Dans un avion venant d'Asie
Quatre bébés sont endormis
Un bracelet dit leurs prénoms
Sur du tulle

À l'encre marron...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:53

Les mots qu'on a pas dits

Dans le fond des tiroirs y a des chansons qui dorment
Et des mots que jamais on n'a dits à personne
Qui auraient pu changer le cours d'une existence
Mais qui ont préféré rester dans le silence

Des phrases emprisonnées dans des yeux qui s'appellent
Et que pas un baiser ne referme ou ne scelle
Jamais tous ces mots-là ne sombrent dans l'oubli
Ils se changent en regrets, en souvenirs transis

Mais les cendres du feu des mots qu'on n'a pas dits
Jamais ne sont vraiment éteintes ou refroidies
Elles se consument encore au cœur de nos mémoires
En réchauffant nos nuits d'une lueur d'espoir

Comme du temps qui dort
Au fond du sablier
Mais que l'on garde encore
Pour ne pas l'oublier

La nuit dans les miroirs y a des mots qui s'allument
Et qui refont parfois la gloire ou la fortune
Avec tous les regards qu'on n'a pas su saisir
Et les amours fanés qui semblent refleurir

Alors dans les miroirs y a des mots qui résonnent
Comme un destin tout neuf qui ne sert à personne
Et l'on caresse encore les espoirs de bonheurs
Qui ressemblent aux prénoms que l'on connaît par cœur

Aux lettres enrubannées que l'on n'a pas reçues
Mais qu'on relit cent fois pourtant la nuit venue
A tous ces mots d'amour restés dans l'encrier
Mais qu'on n'a plus personne à qui pouvoir crier

Dans le fond des tiroirs y a des larmes qui sèchent
Un portrait du passé qui s'écorne ou s'ébrèche
Et la vie doucement referme de ses plis
Ces chemins qui s'ouvraient mais qu'on n'a pas suivis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:55

Grand-père Yitzhak

Il a chanté ses chansons,
Veillé sur elle au salon.
Il écoutait ses poèmes,
Expliquait bien les problèmes.

Ensemble autour de la rade,
Ils s'en allaient en balade.
Si ses parents la grondaient quelquefois,
Elle se cachait dans ses bras.

Il avait fait la guerre, autrefois,
Mais n'en parlait presque pas.
Elle pense à lui chaque jour
Mais n'attend plus son retour.

Quand il partait en voyage,
Il écrivait quelques pages.
Parfois si tendre et secret,
C'était ainsi qu'elle l'aimait.

Elle était grande et pourtant,
On autait dit une enfant,
Une petite fille qui pleurait son grand-père
Devant les grands de la terre.

Entre les larmes, elle disait
Que jamais nos regrets
Ne lui ramèneraient,
Malgré les Princes et les Rois,
Tout son bonheur d'autrefois.

Elle dessinait sa maison
Avec au loin l'horizon.
Il ajoutait dans le ciel
Une colombe, un soleil.

C'était pour elle qu'il voulait
Tendre la main vers la paix
Et regarder les enfants désunis
Sortir enfin de la nuit.

Il était grave et sérieux parfois
Et elle ne comprenait pas.
Elle pense à lui chaque jour
Mais n'attend plus son retour.

Entre les larmes, elle savait
Qu'aucun hymne à la paix
Ne lui ramènerait,
Malgré l'espoir et la foi,
Tout ce bonheur d'autrefois.

Mmm...

Elle était grande et pourtant,
On aurait dit une enfant,
Une petite fille qui pleurait son grand-père
Parmi les grands de la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:56

Au temps du pain et de l'eau


Au temps où nous n'avions que du pain et de l'eau
Où tu trouvais moyen de nous faire des gâteaux
Ton amour dépassait les murs de la maison
En guise de cadeau, je t'offrais des chansons

On pourrait supposer que les choses ont changé
Mais ta main dans la mienne est toujours si serrée
Que même en plein sommeil, nos rêves entremêlés
Nous préparent des jours qu'il me reste à chanter

Le soleil un matin se lèvera sans nous
Mais nous serons ensemble ailleurs, un peu partout
Dans tout ce qu'on bâtit, guidés par ton sourire
Les cœurs que ton regard m'a permis d'entrouvrir

Sur les lieux, les objets qui les ont abrités
Les instants de bonheur restent à jamais gravés
Maillons de cette chaîne où le temps n'a plus cours
Je suis sûr qu'on demeure à travers son amour

Toi, tes éclats de rire ont parsemé la vie
De ces millions d'étoiles que l'on peut voir d'ici
On peut trouver le ciel en cherchant leur lumière
Aux sources de tes yeux, je bois tout l'univers

Tu sèmes autour de toi ces graines de tendresse
Qui germent, qui fleurissent et s'ouvrent en richesse
La voile de ton amour entraînée par le vent
Nous emporte plus haut comme un grand cerf-volant

Mais je crois que j'irai beaucoup plus loin encore
Pour couvrir de soleil les chemins de ton corps
Et pour que notre histoire ne soit jamais finie
J'épouserai ton âme au seuil du Paradis

Comme au temps des goûters où au pain et à l'eau
Tu trouvais le moyen de nous faire des gâteaux
Ton amour a franchi les murs de l'horizon
Et quand pour te fêter je t'écris des chansons

Il est vrai qu'à présent les choses ont bien changé
Mais ta main dans la mienne est toujours si serrée
Que même en plein sommeil nos rêves entremêlés
Me rendent à la lumière, et me portent à chanter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Dim 27 Avr - 1:57

A ma mère


Elle a fermé sa vie comme un livre d'images
Sur les mots les plus doux qui se soient jamais dits
Elle qui croyait l'amour perdu dans les nuages
Elle l'a redécouvert au creux du dernier lit

Et riche d'un sourire au terme du voyage
Elle a quitté son corps comme on quitte un bateau
En emportant la paix, gravée sur son visage
En nous laissant au cœur un infini fardeau

Elle souriait de loin, du cœur de la lumière
Son âme était si claire aux franges de la nuit
On voyait du bonheur jusque dans sa misère
Tout l'amour de la Terre qui s'en allait sans bruit

Comme autour d'un chagrin les voix se font plus tendres
Un écrin de silence entourait nos regards
Les yeux n'ont plus besoin de mots pour se comprendre
Les mains se parlent mieux pour se dire au revoir

Moi qui ne savais rien de la vie éternelle
J'espérais qu'au-delà de ce monde de fous
Ceux qui nous ont aimés nous restent encore fidèles
Et que parfois leur souffle arrive jusqu'à nous

Elle souriait de loin, du cœur de la lumière
Et depuis ce jour-là je sais que dans sa nuit
Il existe un ailleurs où l'âme est plus légère
Et que j'aurai moins peur d'y voyager aussi

Elle a fermé sa vie comme un livre d'images
Sur les mots les plus doux qui se soient jamais dits
Elle qui croyait l'amour perdu dans les nuages
Elle l'a redécouvert au creux du dernier lit

Et riche d'un sourire au terme du voyage
Elle a quitté son corps comme on quitte un ami
En emportant la paix, gravée sur son visage
En nous laissant à l'âme une peine infinie.
Revenir en haut Aller en bas
Gilou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Lun 5 Mai - 21:46

Yves Duteil
Les mots qu'on a pas dits



Dans le fond des tiroirs y a des chansons qui dorment
Et des mots que jamais on n'a dits à personne
Qui auraient pu changer le cours d'une existence
Mais qui ont préféré rester dans le silence

Des phrases emprisonnées dans des yeux qui s'appellent
Et que pas un baiser ne referme ou ne scelle
Jamais tous ces mots-là ne sombrent dans l'oubli
Ils se changent en regrets, en souvenirs transis

Mais les cendres du feu des mots qu'on n'a pas dits
Jamais ne sont vraiment éteintes ou refroidies
Elles se consument encore au cœur de nos mémoires
En réchauffant nos nuits d'une lueur d'espoir

Comme du temps qui dort
Au fond du sablier
Mais que l'on garde encore
Pour ne pas l'oublier

La nuit dans les miroirs y a des mots qui s'allument
Et qui refont parfois la gloire ou la fortune
Avec tous les regards qu'on n'a pas su saisir
Et les amours fanés qui semblent refleurir

Alors dans les miroirs y a des mots qui résonnent
Comme un destin tout neuf qui ne sert à personne
Et l'on caresse encore les espoirs de bonheurs
Qui ressemblent aux prénoms que l'on connaît par cœur

Aux lettres enrubannées que l'on n'a pas reçues
Mais qu'on relit cent fois pourtant la nuit venue
A tous ces mots d'amour restés dans l'encrier
Mais qu'on n'a plus personne à qui pouvoir crier

Dans le fond des tiroirs y a des larmes qui sèchent
Un portrait du passé qui s'écorne ou s'ébrèche
Et la vie doucement referme de ses plis
Ces chemins qui s'ouvraient mais qu'on n'a pas suivis.

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
Gilou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Jeu 8 Mai - 15:26

Yves Duteil

Les fées



Tu ne pouvais jamais dormir
Sans que j'invente pour ton plaisir
Des histoires de magiciens qui font tout avec rien,
Et j'inventais, pour que tu dormes,
Dans la chambre, les soirs de pluie,
Des crocodiles en haut-de-forme
Et des grenouilles en queue-de-pie,
Et des fées à n'en plus finir. {2x}

Y avait la fée aux yeux mauves
Que l'on regarde et qui se sauve,
Et la fée des vents de la nuit
Que l'on appelle mais qui s'enfuit,
Et puis la fée dans la lagune
Qui s'amuse à couper la lune
En milliers de petits morceaux,
Et qui les fait danser sur l'eau.
Et quant à la fée Carabosse,
Elle t'emportait dans son carrosse,
Et tu fouettais les cent chevaux
Jusqu'à la mer au grand galop.
C'est alors que tu t'endormais.
Moi, doucement je m'en allais
Bercer mon cœur de ton sourire
Plein de rêves et de souvenirs,
Et des fées à n'en plus finir. {2x}

Puis, un jour tu as dû grandir,
Toutes les fées ont dû partir,
Avec elles les magiciens
Qui font tout avec rien.
Mais depuis, pour que je m'endorme
Dans la chambre, les soirs de pluie,
Quand les nuits sont trop monotones,
Je repense à nos jours enfuis,
Et les fées à n'en plus finir
Se rappellent à mon souvenir.

Y avait la fée aux yeux mauves
Que l'on regarde et qui se sauve,
Et la fée des vents de la nuit
Que l'on appelle, mais qui s'enfuit,
Et puis la fée dans la lagune
Qui s'amuse à couper la lune
En milliers de petits morceaux,
Et qui les fait danser sur l'eau.
Et quant à fée Carabosse,
Elle est partie dans son carrosse;
Elle a fouetté les cent chevaux
Jusqu'à la mer au grand galop.
Les enfants, c'est fait pour grandir,
Pour s'en aller vers l'avenir
En laissant derrière eux des rires
Pleins de rêves et de souvenirs
Et des fées à n'en plus finir. {2x}

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Sam 10 Mai - 19:15

Pour tous ceux qui apprécie Yves Duteil, je vous mets le lien de son Blog :


http://blog.yvesduteil.com/blog/

Il évoque son nouvel album "(fr)agiles" !

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7142
Age : 54
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Sam 10 Mai - 19:51

Citation :
“La Note Bleue…” (à Claude Nougaro)

Le 7 avril 2008 par Yves Duteil

Douzième (et dernier) extrait de l’album “(fr)agiles”…






Citation :
Brouillon extrait des “Manuscrits de Claude Nougaro” Ed. Textuel (2005)Claude Nougaro…

J’ai plongé dans ses “Manuscrits” (Ed. Textuel), parcouru la richesse et la générosité de son inspiration, le foisonnement d’idées… J’ai été habité par ses écrits, ses brouillons, ses ratures, les portraits tracés d’un trait, soulignés d’un mot, et j’ai voyagé sur ses traces comme auprès d’un frère de plume. Au delà de la beauté des images, les mots résonnent en profondeur de chant, épousent le jazz, le blues, le Brésil, l’Afrique…

“Toulouse”, quelle oeuvre magistrale. Difficile d’écrire après ça… Pour lui rendre hommage, j’ai refait dix fois ma chanson. Art Mengo est complice, encore, pour la musique…

“Étrange,
Cette impression d’avoir un ange,
Un frère de plume universel
Et de rechercher la même étincelle
De langue d’Oc en langue belle…
La note bleue, le mot juste, en accord parfait. “

(Paroles Yves Duteil, Musique Art Mengo/ Yves Duteil)

Pour écouter l’extrait, cliquez sur la flèche ci-dessous :
icon for podpress Yves Duteil - (fr)agiles - 12 - La note bleue (Extrait)

Pour écouter un extrait de la chanson, c'est dessous les écrits d'Yves Duteil, voici le lien :

http://blog.yvesduteil.com/blog/index.php/2008/04/07/la-note-bleue-a-claude-nougaro/

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.


Dernière édition par jacommos le Sam 10 Mai - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
Gilou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Sam 10 Mai - 19:59

Ha!!!!!!!!la Languedoc est la plus belle Langue Arrow La plus Sincére aussi.....

Le coeur parle. ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ Et les Tripes
❤

Merci Jacou d'avoir pensé à nous mettre cette merveille

Étrange,
Cette impression d’avoir un ange,
Un frère de plume universel
Et de rechercher la même étincelle
De langue d’Oc en langue belle…
La note bleue, le mot juste, en accord parfait. “

(Paroles Yves Duteil, Musique Art Mengo/ Yves Duteil)

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Ven 8 Aoû - 10:30

Yves Duteil, artisan-chanteur
(fr)agiles, treizième album studio

Paris

15/05/2008 -
On ne l’attendait plus… Après sept ans d’absence, l’auteur multiplatiné du Petit pont de bois et de La Tarentelle revient avec un nouvel album de chansons intimes et ouvragées, intitulé (fr)agiles. Entre hommages à ses pairs et défense des causes qui lui sont chères – l’enfance, la condition de la femme –, Yves Duteil s’y montre tel qu’en lui-même : en artisan tranquille de la chanson française, humble et incorrigiblement optimiste.




Malgré plus de trente ans de carrière, et presque autant de récompenses et de Disques d’or, Yves Duteil n’a pas conçu ce nouveau disque avec facilité. "Il aurait dû sortir plus tôt, mais je n’arrivais pas à m’y remettre, reconnaît-il. Je venais de traverser de gros problèmes personnels, des épreuves professionnelles aussi, puisque ma maison de disques a été placée en redressement judiciaire. A cela, vient s’ajouter la conjoncture défavorable du marché du disque…"

Le déclic vient de sa femme Noëlle, et d’une gestion plus personnelle de la promotion : "L’une de nos premières idées fut de remplacer notre site web officiel par un blog, et de profiter de ce qu’Internet nous offre de meilleur : entretenir un lien avec le public de façon artisanale, directe." Côté écriture, le constat est similaire : plus de deux ans ont été nécessaires. "La machine s’est mise en route lentement. Marqué par les épreuves, il m’a fallu rouvrir les portes. Jamais d’ailleurs, je n’ai autant retouché les chansons."

L'écriture en toute sérénité

A l’écoute de (fr)agiles, rien ne transparaît pourtant de cette gestation laborieuse. Les chansons sont fluides, légères : nul besoin d’y chercher quelconque écorchure. "J’ai beaucoup écrit en Corse, au milieu de la nature, explique le chanteur, résidant de l’Ile de Beauté. C’est là que je puise mon inspiration, dans des moments de calme, de recueillement. Je ne fais pas partie de ces gens pour qui les chants les plus beaux sont les plus désespérés."

C’est un fait : Yves Duteil, le convivial, goûte peu les tourments du chanteur solitaire. La plupart des chansons sont donc le fruit de collaborations avec notamment, le Toulousain Art Mengo sur deux titres du disque. "Nous aimons depuis longtemps son univers musical. Il est venu avec les thèmes et les harmonies, j’y ai apporté mes paroles, le reste a consisté à habiller ensemble les chansons de manière presque expérimentale, en rajoutant du vibraphone et d’autres instruments atypiques."

La note bleue, ballade aux ambiances jazz particulièrement réussie, est l’un de ces morceaux écrits à quatre mains, en hommage au regretté Claude Nougaro : "Je ne l’ai pas beaucoup connu, explique-t-il. Mais un manuscrit offert récemment m’a fait plonger dans son processus d’écriture, passionnant, et sa grande diversité d’inspiration." Dans un style musicalement assez éloigné de l'univers d'Yves Duteil, l’alliance avec l’amie de longue date Véronique Sanson donne lieu à une belle passe d’arme entre la pianiste virtuose et le chanteur (Sur le clavier du grand piano).

Une candeur assumée

Chaque chanson dépeint ainsi une personnalité proche, familière : sa femme, Noëlle (Si j’entrais dans ton cœur), son petit-fils (Si j’étais ton chemin) ou son ancienne institutrice (la nostalgique Madame Sévilla). Le fil conducteur se fait plus précis avec Les enfants du Tamil Nadu, véritable condensé du style Yves Duteil et de ses thèmes fétiches : "C’est le récit de mes neveux, des enfants indiens victimes du tsunami et adoptés par un membre de notre famille, très impliquée dans l’action humanitaire après la catastrophe." Le message et la symbolique évidente (l’enfance comme fragilité et espérance) n’excluent pas les bons sentiments et une certaine candeur, si souvent décriées au cours de sa carrière.

Cette touche idéaliste, l’artiste l’assume pleinement, loin des railleries : "Je porte un message de douceur, en contrepoint à la violence et au cynisme ambiant. Ce n’est absolument pas frelaté. C’est ce à quoi j’aspire pour les miens et pour les autres." Il se défend en revanche d’être un naïf béat : "Je n’exclue pas la souffrance dans mes chansons. Pauline est une chanson sur les femmes battues, Amours fanées traite des ruptures... J’ai eu moi-même mon lot de batailles pour trouver des financements et sortir ce disque."

Et Yves Duteil l’éternel artisan de nous rappeler cette simple vérité : "Pour donner cette impression de sagesse et d’amour, il faut beaucoup d’efforts et de difficultés. Comme un patineur qui souffre tous les jours pour donner sur la glace cette impression de grâce, de fluidité."



Revenir en haut Aller en bas
Gilou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Lun 27 Fév - 8:36





Avoir et être de Yves Duteil

Album: Sans Attendre


Loin des vieux livres de grammaire
Écoutez comment un beau soir
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir...

Parmi mes meilleurs auxiliaires
Il est deux verbes originaux
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau

Bien qu'opposés de caractères
On pouvait les croire jumeaux
Tant leur histoire est singulière
Mais ces deux frères étaient rivaux

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir
À ne vouloir ni dieu ni maître
Le verbe Être s'est fait avoir

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Alors qu'Être toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder

Avoir était ostentatoire
Dès qu'il se montrait généreux
Être en revanche, et c'est notoire
Est bien souvent présomptueux

Avoir voyage en classe Affaires
Il met tous ses titres à l'abri
Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Sa richesse est tout intérieure
Ce sont les choses de l'esprit
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix...

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord
Entre verbes ça peut se faire
Ils conjuguèrent leurs efforts

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être c'est exister
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.


_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
claudia

avatar

Nombre de messages : 9072
Age : 69
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   Lun 27 Fév - 10:06

Joli et une que j'aime plus particulièrement


La langue de chez nous








_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yves DUTEIL   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yves DUTEIL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Tendre Image du Bonheur - Yves Duteil
» yves carbonne
» yves Klein
» 2009-12-27 - Audition Notre Dame de Paris, H DUTEIL - 27 déc - 16h
» Jean-Yves Bras: "Carlo Maria Giulini"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS SUR NOS ARTISTES PREFERES. :: LES ARTISTES FRANCOPHONES :: La Chanson Française à Texte, Poètique, Engagée...-
Sauter vers: