Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Sam 28 Mai - 20:59

http://www.lequipe.fr/


Citation :

Foot - Ligue des champions (H)

UN BARçA QUATRE éTOILES



Après 1992, 2006 et 2009, Barcelone remporte, avec la manière, une quatrième Ligue des champions aux dépens de Man. United (3-1), à Wembley.

Foot - C1

FC Barcelone - Manchester United : 3-1

Le FC Barcelone remporte sa quatrième Ligue des champions au terme d'un match maîtrisé de bout en bout. La domination collective catalane a été impressionnante et n'a laissé aucune chance aux Red Devils. Manchester a tenu 10 minutes avant de s'écrouler...

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Sam 28 Mai - 21:10

http://www.sport24.com/

Citation :

CE BARÇA EST INARRÊTABLE !



Lionel Messi a fait la différence encore une fois pour Barcelone (Sport24)


Supérieur dans tous les domaines, le FC Barcelone a logiquement disposé de Manchester United (3-1) et empoche la 4eme Ligue des Champions de son histoire. Une finale disputée de main de maître par le Barça.

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Sam 28 Mai - 21:26

http://www.rmcsport.fr/editorial/163721/messi-a-la-folie/

Citation :

FC Barcelone - Manchester United

Messi à la folie !

Virevoltant et insaisissable pour la défense de Manchester, Lionel Messi a marqué de son empreinte une magnifique finale de Ligue des champions (3-1). Et en redonnant l’avantage aux siens, il a une fois de plus confirmé son aptitude unique à être décisif dans les grands rendez-vous. Gigantesque.


Lionel Messi

Samedi soir, le monde du football n’a pas appris que Lionel Messi était le meilleur joueur du monde.
Ça, il le savait déjà.

Non, le microcosme du ballon rond a vu le génial Argentin marquer encore un peu plus l’histoire de son sport.

Car rien ne résiste au double Ballon d’Or.

Le Real, malgré le traitement de choc de Pepe, n’avait pas réussi à calmer ses ardeurs.

Sur la pelouse de Wembley, Manchester United et son double rideau défensif n’y sont pas davantage parvenus.

Wembley justement.
L’évocation du lieu de la finale n’est pas anodine pour « Leo ».

Lui qui n’avait jamais marqué dans sa carrière sur le sol anglais a effacé cette tare de façon majuscule.
Comment ? D’une frappe sèche, placée, aux vingt-cinq mètres (54e), devant un Patrice Evra et un Rio Ferdinand tétanisés devant lui.

La joie du bonhomme, démonstrative, heureuse, rageuse, est à la hauteur de son chef d’œuvre.

Elle rappelle aussi, à tous les détracteurs du buteur albiceleste, que la surface n’est pas seulement son royaume.

Et qu’il n’a pas eu besoin, comme il y a deux ans, d’un dribble pour faire la différence face à Manchester.

Les gri-gris, Messi les consacrera exclusivement à créer des brèches pour ses adversaires.
Là encore, avec lucidité et justesse.

Pour la troisième année consécutive, Messi va finir meilleur buteur, avec 12 réalisations, de la Ligue des champions, égalant un certain Gerd Müller (1973-1975), mais aussi le Batave Ruud Van Nistelrooy, auteur du même total de buts lors de la saison 2002-03 sous les couleurs… mancuniennes.

La chasse au record aurait pu encore perdurer samedi soir. Le meilleur buteur de l’histoire du Barça sur une saison toutes compétitions confondues - le 3e meilleur buteur tout court - inscrira bien un 53e but. Mais le 54e, qui semblait naître au bout de sa Madjer (65e) sera repoussé in extremis par Fabio. Pas grave, l’essentiel était déjà fait pour son équipe.

Et pour lui, Vainqueur du championnat d’Espagne pour la troisième année consécutive, vainqueur de sa troisième Ligue des Champions avec le Barça, Messi a, à 23 ans, écrit une nouvelle page dorée de son palmarès.
En attendant, désormais, un probable nouveau Ballon d’Or.
Le troisième ! Déjà !



_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Sam 28 Mai - 21:35

http://www.footmercato.net/autre-championnat/fc-barcelone-manchester-united-les-notes-du-match_67444

Citation :
Le Blaugrana Lionel Messi a éclaboussé cette finale de son talent ©Maxppp


FC Barcelone-Manchester United : les notes du match


28/05/2011 - 23 h 16 -

Le FC Barcelone a remporté la 4e Ligue des Champions de son histoire face à Manchester United (3-1). Une issue logique et méritée tant les Blaugrana ont dominé leur adversaire ainsi que toute l'Europe cette saison.</A>

C’est confirmé et de quelle manière : le Barça est au-dessus, tout seul sur le toit de l’Europe.
C’était le cas en 2009, premier volet du duel face à Manchester United.
C’est à nouveau vrai en 2011.
Une fois encore, le club anglais a bien été obligé de s’incliner face à la supériorité de son adversaire. Ce soir comme depuis le début de la saison, Barcelone a dominé quasiment de bout en bout une rencontre qui ne pouvait pas lui échapper.

Quasiment car Manchester United a démarré le match sur les chapeaux de roue, en installant un pressing infernal qui allait considérablement perturber le jeu de passes du Barça. Cette folle dépense d’énergie n’a pas duré bien longtemps. Dix minutes exactement.

Le temps pour la bande à Xavi d’affûter la précision des passes et de prendre peu à peu le contrôle de l’entrejeu. Après deux alertes défensives - une sortie osée de Valdes (8e) et un moment de flottement entre Pique et son gardien - c’est bien le Barça qui s’est crée les occasions. Une reprise de Pedro sur un centre de Xavi (16e), une percée de Messi (18e), deux frappes de Villa (20e, 21e) et irrémédiablement, MU reculait de peur de laisser trop d’espaces. Mais avec des rampes de lancement comme Iniesta et Xavi, la moindre saute de concentration est punie. La preuve avec le premier but de Pedro (27e), parfaitement servi par Xavi qui profitait du mauvais placement d’Evra.

Le Barça avait mis le pied sur le ballon et avait l’avantage au score. De quoi donner des sueurs froides à MU. Mais les Red Devils possèdent Wayne Rooney et sur une superbe inspiration, ce dernier parvenait à égaliser sur la seule frappe mancunienne de la première période (34e) !

A la mi-temps, et malgré une nouvelle alerte sur une action menée par Messi et Villa (43e), les deux équipes étaient dos à dos. Un score flatteur pour les hommes de Sir Alex Ferguson.
Et c’est dès les premières minutes de la deuxième mi-temps que la mainmise du Barça s’est concrétisé, grâce à son génie Messi (54e).

Lui le roi des chevauchées fantastiques décrochait une frappe soudaine à l’extérieur de la surface et trompait Van der Sar. Son 53e but de sa saison l’a également fait rejoindre Eto’o et Raul au rang des joueurs ayant marqué lors de deux finales de Ligue des Champions. Tout simplement exceptionnel. Au-delà de son but, l’Argentin a rayonné ce soir, avec des gestes techniques et des percées à couper le souffle.

Mais c’est tout le Barça qui a brillé ce soir. Abattu par le second but, Manchester United voyait défiler des vagues catalanes incessantes. Et Villa mettait à profit un nouveau numéro de Messi pour inscrire un superbe but d’une frappe enroulée en pleine lucarne (69e). Le sort en était jeté, Barcelone était trop fort. Manchester avait beau représenter le challenger parfait, il ne pouvait rien face à l’équipe de Josep Guardiola, qui a bâti en trois années une équipe qui restera éternellement dans nos mémoires.

Homme du match : Lionel Messi (9) : s’il a touché des ballons très bas en début de match, le génie argentin est monté en puissance au fil des minutes. D’abord au départ des actions catalanes, avec de nombreux déboulés mêlant dribbles endiablés et accélérations spontanées, le double Ballon d’Or 2009 et 2010 s’est ensuite attelé à tenter de les conclure. Tout près de marquer (44e, 63e, 65e), il a finalement su tromper la vigilance de Van der Sar sur une inspiration et une frappe des 20 mètres du gauche (55e). Un but qui remettait les siens sur la voie du succès. La marque des très grands.

FC Barcelone :
Valdes (6,5) : il est entré dans son match en ratant une relance au pied. Le portier catalan s’est bien repris avec de belles sorties devant Rooney (8e et 43e) et Chicharito (84e). Cueilli à froid sur l’égalisation de ce même Rooney (34e), le gardien de but n’a pas eu grand-chose d’autre à se reprocher ce soir. Toujours vigilant.
Daniel Alves (8) : après être tranquillement entré dans son match en combinant à souhait avec Messi, le latéral droit brésilien s’est offert des débordements incisifs (15e, 30e) perturbant les Mancuniens. Au bout de l’un de ses déboulés, il s’est offert un duel face à Van der Sar, remporté par le Néerlandais (52e). Défensivement, lorsqu’il a dû s’employer face à Park, Evra ou Giggs, l’ancien Sévillan s’est très bien débrouillé. Averti (60e). Remplacé par Puyol (88e).
Piqué (6) : une première mi-temps compliquée face à la vivacité de Chicharito. Souvent pris dans son dos et parfois un peu en retard sur certaines interventions, l’Espagnol a semblé très nerveux. Impliqué sur le but mancunien (même si cette réalisation est entachée d’un léger hors-jeu), il a par ailleurs été tout près d’inscrire un but contre son camp (10e). Toujours nerveux en seconde période, l’ex-Red Devil a su élever sensiblement son niveau.
Mascherano (7,5) : désormais habitué à évoluer dans l’axe de la défense, l’international albiceleste s’est illustré par des couvertures pleines d’autorité et souvent bien tenues, à l’image de son intervention sur Rooney (48e). Solide.
Abidal (7,5) : aligné d’entrée deux mois seulement après une opération pour une tumeur au foie, le latéral français a réalisé un match sérieux et appliqué, évacuant très vite tous les doutes sur son état de forme. Précis dans ses relances, le plus souvent simples et courtes, il n’a pas vraiment été inquiété par ses adversaires directs, prenant presque toujours le dessus sur un Valencia évoluant très bas.
Busquets (8) : un peu trop facile parfois sur ses feintes et ses relances osées, le champion du monde 2010 a pu paraître arrogant et suffisant. Mais sa maîtrise, tactique et technique, est telle à son poste qu’elle fait de lui l’un des meilleurs à son poste en Europe. Il l’a encore prouvé ce soir. Si seulement il n’exagérait pas tout...
Xavi (8,5) : quel régal de voir évoluer sur le pré le capitaine du Barça ! Le métronome blaugrana joue toujours juste et sait toujours quelle passe donner à ses partenaires, en témoigne son offrande magique de l’extérieur du droit pour le premier but de Pedro (27e). Aussi à l’aise dans l’art des frappes (36e et 66e), il a tenu bon la barre des siens sans baisser le pied.
Iniesta (8) : dans la mécanique bien huilée mise en place par Pep Guardiola, il est un relai idéal et indispensable. Très souvent au départ des actions aux côtés de son compère Xavi, il trouve sans cesse des intervalles et des angles de passes incroyables. C’est lui qui a décalé Messi sur le second but du Barça. Il s’est également distingué par sa qualité de frappe (39e, 67e), tirs bien captés par Van der Sar.
Pedro (7) : il a commencé son match par une grosse occasion manquée sur un centre au cordeau de Xavi (15e). Le n° 17 azulgrana s’est bien rattrapé quelques minutes plus tard en inscrivant un but plein de sang froid (27e). Le plus important pour un attaquant qui, même s’il n’a pas fait un match étincelant, s’est révélé précieux avec et sans ballon pour étirer la défense adverse. Remplacé par Afellay (90e 2). Le Néerlandais a eu l’occasion de placer un tir croisé quelques secondes après son entrée en jeu.
Messi (9) : voir ci-dessus
Villa (8) : en jambes d’entrée, El Guaje a multiplié les appels dans la profondeur pour gêner l’axe central de MU. Ses partenaires l’ont d’ailleurs souvent touché, mais la réussite l’a fui à deux reprises sur une frappe de peu à côté (20e) et un tir capté par Van der Sar (21e). Plus discret après la première demi-heure, il s’est effacé pour laisser place au show Messi. Sa patience a été récompensée par un but splendide d’un amour de frappe enroulée du droit à l’entrée de la surface terminant sa course en lucarne (70e). Remplacé par S. Keita (86e).

Manchester United :
Van der Sar (5) : il a fait ce qu’il a pu, à savoir plusieurs parades décisives face à Villa (20e), Messi (65e, 66e), Xavi (37e, 66e) ou encore Iniesta (67e). Mais il a encaissé trois buts, sur lesquels il ne peut pas grand-chose. Pedro l’a pris à contrepied, Messi l’a surpris par la soudaineté de sa frappe, et Villa a trouvé la lucarne. Le dernier match de sa carrière aura été frustrant. Sa carrière magnifique est à saluer.
Evra (3,5) : dans les duels face à ses adversaires directs, il s’en est plutôt bien sorti, aussi bien face à Pedro que face à Villa. C’est dans le placement que le Français a pêché ce soir. Sur les deux premiers buts, son comportement est suspect : deux mésententes avec Vidic qui coûtent très cher. Il a tenté deux ou trois fois de percer le milieu barcelonais, sans réel succès. Cela fait désormais trois échecs en quatre finales de Ligue des Champions pour lui.
Vidic (4,5) : forcément, sa responsabilité est engagée sur les deux premiers buts catalans, où il a laissé trop d’espaces. Mais si le coupable est à désigner entre lui et Evra, il a réalisé par ailleurs un très bon match, à l’image d’un superbe tacle dans sa surface sur Lionel Messi. Le capitaine a plusieurs fois sauvé les siens, avant de plier définitivement en seconde période.
Ferdinand (4,5) : lui aussi s’est distingué par une belle intervention pour Messi (25e). Mais pour une intervention, combien de fois l’Argentin a réussi à l’effacer ! Son jeu de tête fut par contre très efficace.
Fabio (4) : un match difficile pour le jumeau de Rafael. Le côté droit de MU a été particulièrement inefficace dans son expression offensive. Pas vraiment aidé par un Valencia des mauvais soirs, il a souffert face aux mouvements du trident offensif blaugrana. Remplacé par Nani (69e) pour que ce dernier apporte le danger. Quelques secondes plus tard, Villa marquait le troisième but... Le Portugais n’a pas pu redresser la barre.
Carrick (4) : un très gros début de match avec beaucoup de récupérations dans l’entrejeu et un énorme pressing. Mais il a faibli après un quart d’heure de jeu, reculant irrémédiablement. Du coup, le milieu blaugrana s’est installé, et Carrick a beaucoup couru dans le vide. Averti à la 62e pour un gros tacle à retardement sur Iniesta. Remplacé à la 77e par Paul Scholes, qui a peut-être vécu sa dernière finale de Ligue des Champions.
Giggs (4) : dix bonnes premières minutes avant de subir le jeu et de courir après la balle. Il n’a pas eu l’occasion ce soir de faire parler sa science de la passe, même s’il a toujours cherché à jouer vers l’avant. Mais face au Barça, il était difficile de trouver de l’espace. A signaler tout de même le joli une-deux effectué avec Rooney sur le but mancunien.
Park (5,5) : une activité incroyable et le Mancunien le plus combatif. Placé sur le côté gauche, il a délaissé volontairement Daniel Alves pour s’occuper plus particulièrement de Messi dès que ce dernier venait chercher le ballon bas. Et il a fait vivre de mauvais moments à l’Argentin, lui chipant plusieurs ballons par des tacles bien sentis. Il a couvert un nombre de kilomètres hallucinant pour revenir boucher les trous. La rare fois où il a relâché la pression sur la Pulga s’est terminée par un but. Un travail défensif impressionnant mais pas récompensé. Par contre, très peu de ballons intéressants à négocier.
Valencia (3) : la grosse déception de la soirée côté mancunien. Eblouissant ces dernières semaines, il s’est surtout distingué ce soir par une trop grande quantité de fautes. Il n’a pas vraiment bien défendu, et encore moins bien attaqué. Abidal a pris le dessus et l’Equatorien n’a jamais pu déborder et livrer un centre correct. Averti logiquement à la 80e.
Rooney (6) : à lui seul, il avait remis son équipe à flots. Dépossédé du ballon, MU pouvait vraiment remercier son buteur d’avoir conclu une belle action, avec deux une-deux initiés par ses soins et une frappe impeccable (34e). Malheureusement, ce sera la seule frappe cadrée des Red Devils... Rooney a bien tenté d’orienter le jeu de son équipe mais le Barça était trop fort ce soir et a étouffé les rares tentatives de l’attaquant anglais. Un match très frustrant pour lui.
Hernandez (3) : le renard des surfaces mexicain a plus souvent été signalé hors-jeu qu’il n’a vu le ballon ce soir. Lui qui aime évoluer à la limite a cette fois-ci loupé son coup, et dans les grandes largeurs. Aucune occasion à se mettre sous la dent et quelques mauvais choix sur les rares offensives mancuniennes.

La Rédaction FM

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
jacommos
Admin
Admin


Nombre de messages : 7142
Age : 53
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Sam 28 Mai - 21:49

http://www.francefootball.fr/#!/news/2011/05/28/224700_irresistible-barca.html
Citation :
C1 - Finale

IR-RÉ-SIS-TIBLE !



Avec un Lionel Messi des grands soirs, le FC Barcelone a remporté la quatrième Ligue des champions de son histoire, samedi soir à Wembley face à Manchester United (3-1). (Photo Presse-Sports)

Ce Barça-là est bien une équipe hors-norme. Sur le terrain comme en dehors. L'image de Carles Puyol donnant au coup de sifflet final son brassard de capitaine à Eric Abidal, opéré d'une tumeur au foie il y a à peine deux mois de cela, pour qu'il reçoive la Coupe aux grandes oreilles, en est certainement le plus beau résumé. Avant cela, le Barça, archi-dominateur sur le terrain, avait logiquement fait parler la poudre (3-1) face à une équipe de Manchester United tout simplement dépassée, et battue par plus fort qu'elle. Comme en 2009, au même stade de la compétition (0-2). Et avec un Lionel Messi encore une fois intenable.

Le petit Argentin n'avait encore jamais marqué en Angleterre. Il a choisi son jour pour réparer cet impair inexplicable. Avec cette frappe limpide sur laquelle le néo-retraité Edwin van der Sar n'a rien pu faire (2-1, 54e), il a ainsi permis aux siens de reprendre l'avantage. Comme en 2009, quand il avait inscrit le deuxième but de son équipe à Rome. S'il a parfois péché dans le dernier geste, ce samedi soir, par excès d'altruisme, sa vista, ses dribbles et sa technique ont constamment mis les Red Devils sur les rotules. Et ce n'est pas Michael Carrick, Nemanja Vidic ou Patrice Evra, baladés pendant 90 minutes, qui diront le contraire. Un crochet par-ci, un petit pont par là et un 53e but en 55 matches officiels avec le Barça cette saison. Tout simplement énorme.

Une soirée «MVP» pour le Barça

S'il a largement répondu aux attentes placées en lui, le Ballon d'Or 2010 était bien entouré également. Avec ses deux compères de l'attaque, David Villa et Pedro, il a régalé l'assistance. Le trio a marqué les trois buts, et justifié une nouvelle fois son surnom de «MVP» (Messi, Villa, Pedro). Le dernier nommé s'est ainsi offert l'ouverture du score au terme d'une action splendide orchestrée par Xavi (1-0, 27e), toujours aussi efficace et précis dans ses transmissions (91% de passes réussies !). Mais les Blaugrana ont réussi, bien malgré eux, à se faire surprendre en fin de première période sur un double une-deux magnifique conclu par l'inévitable Wayne Rooney (1-1, 34e). Le léger hors jeu du passeur Ryan Giggs ne sera finalement qu'anecdotique puisque Lionel Messi est passé par là pour rétablir les choses. Et David Villa s'est lui aussi illustré avec un nouveau chef d'oeuvre, un amour de ballon glissé dans la lucarne de Van der Sar, battu malgré sa détente de dinosaure (3-1, 69e). Le constat est sans appel. Le Barça était tout simplement au-dessus. Comme souvent.

- Tanguy LE SEVILLER

_________________
"Une voix entre velours et caresse, avec un soupçon de rauque et de vibrato." Jacques Testud.
"La voix de Nolwenn ? une élégance souveraine, de la soie, du velours." Patrice Demailly.

"Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien" Valery.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" Albert Camus.
"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prèvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com
claudia



Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Dim 29 Mai - 8:54

bravo bravo

Très belle équipe!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.    Aujourd'hui à 2:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Football Club de BARCELONE CHAMPION D'EUROPE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PlanetGong Football Club
» Kadoudal : Vice-Champion d'Europe 2012 en Junior Class
» MAILLOTS OFFICIELS DE RUGBY MAIDEN
» sala 666 Metal Club - Barcelone
» [FOOTBALL] Anderlecht : une victoire en coupe d'Europe !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: Les Sports - Les Loisirs-
Sauter vers: