Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 Edith Piaf"La Môme"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilou
Admin
Admin


Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Edith Piaf"La Môme"   Sam 22 Mar - 21:21




Edith Piaf restera à jamais comme l'une des plus grandes interprètes françaises avec des succès comme "L'Hymne à l'amour" "La Vie en rose" ou encore "La Foule", la "Môme" comme on l'aimait à la surnommer occupa le haut de l'affiche tout au long de sa carrière. Son accent inoubliable fut célébré sur chaque continent et inspira de nombreuses générations.



Edith Piaf
Mon Dieu



Mon Dieu ! Mon Dieu ! Mon Dieu !
Laissez-le-moi
Encore un peu,
Mon amoureux !
Un jour, deux jours, huit jours...
Laissez-le-moi
Encore un peu
A moi...

Le temps de s'adorer,
De se le dire,
Le temps de se fabriquer
Des souvenirs.
Mon Dieu ! Oh oui...mon Dieu !
Laissez-le-moi
Remplir un peu
Ma vie...

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Mon Dieu !
Laissez-le-moi
Encore un peu,
Mon amoureux.
Six mois, trois mois, deux mois...
Laissez-le-moi
Pour seulement
Un mois...

Le temps de commencer
Ou de finir,
Le temps d'illuminer
Ou de souffrir,
Mon Dieu ! Mon Dieu ! Mon Dieu !
Même si j'ai tort,
Laissez-le-moi
Un peu...
Même si j'ai tort,
Laissez-le-moi
Encore...

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
claudia



Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Mer 26 Mar - 11:53

http://fr.youtube.com/watch?v=rbsl5_203Ms


La foule



Je revois la ville en fête et en délire
Suffoquant sous le soleil et sous la joie
Et j'entends dans la musique les cris, les rires
Qui éclatent et rebondissent autour de moi
Et perdue parmi ces gens qui me bousculent
Étourdie, désemparée, je reste là
Quand soudain, je me retourne, il se recule,
Et la foule vient me jeter entre ses bras...

Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Écrasés l'un contre l'autre
Nous ne formons qu'un seul corps
Et le flot sans effort
Nous pousse, enchaînés l'un et l'autre
Et nous laisse tous deux
Épanouis, enivrés et heureux.

Entraînés par la foule qui s'élance
Et qui danse
Une folle farandole
Nos deux mains restent soudées
Et parfois soulevés
Nos deux corps enlacés s'envolent
Et retombent tous deux
Épanouis, enivrés et heureux...

Et la joie éclaboussée par son sourire
Me transperce et rejaillit au fond de moi
Mais soudain je pousse un cri parmi les rires
Quand la foule vient l'arracher d'entre mes bras...

Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Nous éloigne l'un de l'autre
Je lutte et je me débats
Mais le son de sa voix
S'étouffe dans les rires des autres
Et je crie de douleur, de fureur et de rage
Et je pleure...


Entraînée par la foule qui s'élance
Et qui danse
Une folle farandole
Je suis emportée au loin
Et je crispe mes poings, maudissant la foule qui me vole
L'homme qu'elle m'avait donné
Et que je n'ai jamais retrouvé..
.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gilou
Admin
Admin


Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Dim 30 Mar - 17:46

http://www.youtube.com/watch?v=UG7jEEg2PFk


http://www.youtube.com/watch?v=NjR5xFZxZK8

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Dim 30 Mar - 18:18

Fais-moi valser...
by Edith Piaf

Le jazz reprend pour nous sa valse d'amour.
Pourtant, du beau roman, c'est le dernier jour.
J'ai mal, mais devant toi, je n'ose pas pleurer,
Puisque tout est fini, avant de nous quitter :

{Refrain:}
Fais-moi valser une dernière fois.
Serre-moi tout près de toi.
Dis-moi tout bas de jolis mots d'amour,
Les mêmes qu'au premier jour.
Berce-moi doucement comme un oiseau blessé.
Dans tes bras, un instant, je veux encor rêver.
Comme un reflet de mon bonheur passé,
Mon amour, fais-moi valser.

Sur terre; tu sais bien, je n'avais que toi !
Tu veux déjà partir... Je ne comprends pourquoi...
Chéri, elle attendra... Je l'ai fait si souvent...
Va-t'en vers ton bonheur, si tu veux... mais avant :

{Refrain}

Malgré que mon tourment pour toi, compte peu...
Je n'ai qu'un seul désir... que tu sois heureux !
Je vivrai désormais avec ton souvenir...
Adieu mon bel ami... mais avant de partir :

{Refrain}
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Dim 30 Mar - 18:36

EDITH PIAF: 1915-1963

Ses paroles

"Je n'ai pas peur de la mort. Je ne crois pas avoir commis ou fait du mal autour de moi au point de craindre le châtiment. Evidemment, on a tous plus ou moins une mauvaise ou bonne conduite, mais je crois que si on compense et si on fait le tout avec sincérité, je n'ai pas l'impression que quand on se présente devant le grand juge, si on a la conscience tranquille, qu'on ait quelque chose à craindre. Je n'ai jamais été déçu par l'amour. Mes amants m'ont apporté une grande expérience. Je ne regrette rien de ce que j'ai fait, de ce que j'ai connu, et si c'était à refaire je recommencerais. Et je remercie le ciel de m'avoir donné cette vie, cette possibilité de vivre, car j'ai vécu à cent pour cent et je ne le regrette pas."






Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
Ni le bien qu'on m'a fait, ni le mal
Tout ça m'est bien égal
Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
C'est payé, balayé, oublié
Je me fous du passé

Avec mes souvenirs
J'ai allumé le feu
Mes chagrins, mes plaisirs
Je n'ai plus besoin d'eux
Balayés mes amours
Avec leurs trémolos
Balayés pour toujours
Je repars à zéro




Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
Ni le bien qu'on m'a fait, ni le mal
Tout ça m'est bien égal
Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
Car ma vie
Car mes joies
Aujourd'hui
Ça commence avec toi...

Paroles de Michel Vaucaire
Musique de Charles Dumont

enr. 10 novembre 1960





Arrow http://www.dailymotion.com/video/x1q36c_edith-piaf-non-je-ne-regrette-rien_family
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Jeu 24 Avr - 18:49

j'ai ete voir sa tombe cet apres midi au pere lachaise
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Jeu 24 Avr - 22:31

Elle a dit

Edith Piaf


Elle a dit : "Tu sais, nous deux, c'est fini !
A quoi ça sert de s'accrocher ?
Il faut savoir garder sa dignité,
Et puis... j'aime pas voir un homme pleurer...
Il vaut mieux qu'on se quitte bons amis,
Comprends, aide-moi, et souris..."
Alors il a fait comme elle demandait :
Devant elle, en partant, il chantait

Là-là-là...

Elle a dit : "Tu sais, nous deux, c'est fini !
A quoi ça sert de s'accrocher ?
Il faut savoir garder sa dignité,
Et puis... j'aime pas voir un homme pleurer..."
Quand il s'est couché seul dans son grand lit,
Alors d'un coup, il a compris
Que ça serait plus dur qu'il ne pensait,
Et tout seul dans son lit, il pleurait...

Ah-ah-ah...

Il a dit : "J'peux pas croire que c'est fini !
Je sens que je vais m'accrocher...
C'est très beau de garder sa dignité
Et ça fait tellement de bien de pleurer.
Quand je pense au jour qui va se lever,
Aux choses qu'il me faudra cacher,
Je sens que j'pourrai jamais m'habituer..."
Pour finir dignement, il s'est...

Aaaah-aaaah-aaaah...
Tout seul il pleure dans l'éternité...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Jeu 24 Avr - 22:41

je vous mets la photo de sa tombe si ca vous gene j el'enleverais

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=18&u=12314442]http://i41.servimg.com/u/f41/12/31/44/42/perela10.jpghttp://www.servimg.com/image_preview.php?i=19&u=12314442]http://i41.servimg.com/u/f41/12/31/44/42/perela11.jpg
Revenir en haut Aller en bas
claudia



Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Dim 27 Avr - 19:55

Je t'ai dans la peau




Toi...
Toujours toi...
Rien que toi...
Partout toi...
Toi... toi... toi...
Toi...

Je t'ai dans la peau,
'y a rien à faire.
Obstinément, tu es là.
J'ai beau chercher à m'en défaire,
Tu es toujours près de moi.
Je t'ai dans la peau,
'y a rien à faire.
Tu es partout sur mon corps.
J'ai froid, j'ai chaud.
Je sens la fièvre sur ma peau.

Après tout, je m'en fous de ce qu'on peut penser.
Je n'peux pas m'empêcher de crier.
Tu es tout pour moi, j' suis intoxiquée
Et je t'aime, je t'aime à en crever.

Je t'ai dans la peau,
'y a rien à faire.
Obstinément, tu es là.
J'ai beau chercher à m'en défaire,
Tu es toujours près de moi.
Je t'ai dans la peau,
'y a rien à faire.
Tu es partout sur mon corps.
J'ai froid, j'ai chaud.
Je sens tes lèvres sur ma peau.
...

'y a rien à faire, j' t'ai dans la peau...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Sam 7 Juin - 21:22

La p'tite marie

Edith Piaf

Tout comme je traversais l'avenue,
Quelqu'un s'est cogné dans ma vue
Et qui m'a dit à brûle-pourpoint :
"Vous connaissiez la p'tite Marie,
Si jeune, et surtout si jolie ?
Ben, elle est morte depuis ce matin..."
"Mais comment ça ? C'est effroyable !"
"C'est pire que ça : c'est incroyable !"
"Hier encore... et aujourd'hui..."
"Eh oui, voilà... Tous est fini..."
Alors là, j'ai pensé à nous,
Aux petites histoires de rien du tout,
Aux choses qui prennent des proportions
Rien que dans notre imagination.
C'est pas grand chose, un grand amour.
Ah non, vraiment, ça ne pèse pas lourd.
Pour peu qu'on se quitte sur une dispute
Et que la fierté entre dans la lutte,
Qu'on s'en aille chacun de son côté,
R'garde un peu ce qui peut t'arriver...

Je la revois, la p'tite Marie.
Mon Dieu, comme elle était jolie.
'y a des coups vraiment malheureux.
Elle avait tout pour être heureuse.
Bien sûr, elle est pas malheureuse...
Mais lui qui reste, ça c'est affreux.
Qu'est-ce qu'il va faire de ses journées
Et de toutes ses nuits, et de ses années ?
Hier encore... et aujourd'hui...
Leur belle histoire, elle est finie.
Alors là, moi, je pense à nous,
Aux p'tites histoires de rien du tout,
Aux choses qui prennent des proportions
Rien que dans notre imagination.
Comment t'ai-je quitté ce matin ?
On a voulu faire les malins.
On s'est quittés sur une dispute
Et on a joué à cœur qui lutte,
Alors t'es parti de ton côté.
Pourvu qu'il n'te soit rien arrivé...

Mon Dieu, ayez pitié de moi.
Demandez-moi n'importe quoi,
Mais lui, surtout, laissez-le moi...

Oh, mon chéri, tu étais là...
Je parlais seule, comme tu le vois...
Mon amour, prends-moi dans tes bras.
Non... ne dis rien... C'est ça, tais-toi.
Tu te souviens d' la p'tite Marie ?
La gosse qui aimait tant la vie...
Ben, elle est morte depuis ce matin.
Oui, comme tu dis, c'est effroyable...
C'est pire que ça, c'est incroyable...
Serre-moi plus fort tout contre toi...
Chéri... Comme je suis bien dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Edith Piaf   Ven 2 Jan - 19:07

Édith Piaf


Édith Piaf née Édith Giovanna Gassion le 19 décembre 1915 à Paris, morte le 10 octobre 1963 à Grasse est une chanteuse française de music-hall et de variétés. Surnommée à ses débuts « la Môme Piaf », on lui doit de très nombreux succès du répertoire francophone comme La Vie en rose, Non, je ne regrette rien, Hymne à l'amour, Mon légionnaire ou Milord. Personnalité hors norme, elle a inspiré de nombreux compositeurs, fut le mentor de nombreux jeunes artistes et a connu une renommée internationale, malgré une fin de carrière rendue difficile par de graves problèmes de santé. Édith Piaf fut aussi comédienne au théâtre et au cinéma.

Biographie

Enfance


Édith naît le 19 décembre 1915 à Paris, au 72 rue de Belleville, dans le 20e arrondissement, d'après la plaque apposée sur la maison sise à cette adresse ; selon son acte d'état-civil, Édith Giovanna Gassion est née 4 rue de la Chine, adresse de l'hôpital Tenon[1]. Enfant du spectacle, née dans la misère, elle est la fille de Louis Alphonse Gassion, artiste de cirque contorsionniste (né à Castillon dans le Calvados en Normandie le 10 mai 1881) et d'Annetta Maillard (1895-1945), Line Marsa de son nom d'artiste, chanteuse de rue d’origine française, italienne par son père et algérienne kabyle par sa mère. Le prénom « Édith » est choisi en référence à l'infirmière anglaise Edith Cavell[2], morte en héroïne quelques mois plus tôt.

Sa mère, trop misérable pour l'élever, la confie très petite à sa grand-mère maternelle, Aïcha Saïd Ben Mohammed (1876-1930), originaire de Kabylie en Algérie, dresseuse de puces et amie de la danseuse la Goulue. Sa grand-mère, qui ne songe qu'à boire, ne s'en occupe pas, laissant la petite fille dans la saleté, ignorant l'eau et l'hygiène. Ses biberons se font au gros vin rouge. Couverte d'eczéma, d'une maigreur alarmante, elle reste 18 mois dans cette demeure misérable avant que son père, en permission de retour du front, la confie à sa grand-mère paternelle, patronne d'une maison close à Bernay en Normandie. Édith est choyée par les prostituées de la maison, mangeant pour la première fois à sa faim, portant de jolies robes et buvant du lait de Normandie. Vers l'âge de 7 ou 8 ans, elle perd momentanément la vue en raison d'une kératite. La grand-mère, ayant appris la guérison d'une gamine atteinte de la même maladie après qu'on eut prié pour elle sur la tombe de Thérèse Martin à Lisieux, décide d'aller avec ses « filles » y demander la guérison de la petite. On prend le train, on prie sur la tombe de Thérèse, on ramène de la terre qu'on lui applique en bandeau sur les yeux tous les soirs. Après huit jours environ, Édith est guérie ! Elle conservera toute sa vie une dévotion particulière à la « petite » Thérèse, dont elle gardera la médaille autour du cou sa vie durant[3].

En 1922, son père la reprend avec lui, pour vivre la vie d'artiste de petits cirques itinérants, puis la vie d'artiste de rue indépendant et misérable. C'est, à l'image de sa mère, en chantant des airs populaires dans la rue avec son père qu'Édith révèle son talent et sa voix d'exception.

En 1930, elle quitte son père et chante en duo avec Simone Berteaut, qui deviendra son amie, son alter ego dans la rue.

En février 1933, âgée de seulement 17 ans, elle a une fille, Marcelle, de son amant d'alors, Louis Dupont. L'enfant meurt d'une méningite deux ans plus tard.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Ven 2 Jan - 19:11

Chanteuse de cabaret

A l'automne 1935, elle est découverte dans la rue par Louis Leplée, gérant du cabaret Le Gerny's situé sur les Champs-Élysées. À cette époque, Piaf fredonnait principalement des chansons du répertoire de Fréhel. Leplée lui choisit comme nom d'artiste « la Môme Piaf » qui, en argot, signifie « moineau ». Et c'est le succès. Son talent et sa voix hors normes sont remarqués entre autres par le compositeur Raymond Asso et par sa future, et fidèle, grande amie Marguerite Monnot, compositeur et pianiste virtuose qui l'accompagnera tout au long de sa carrière et composera pour elle les musiques de Mon légionnaire, Hymne à l'amour, Milord et Amants d'un jour.

En 1936, elle enregistre son premier disque, Les Mômes de la cloche, chez Polydor, et connaît un succès médiatique immédiat. Mais en avril, on retrouve Leplée assassiné à son domicile parisien. On découvre qu'il faisait partie des milieux du banditisme de Pigalle, ce qui précipite Édith dans le scandale et l'anéantissement médiatique, la renvoyant d'où elle est venue : la rue et les petits cabarets de misère. Elle passe cependant à Bobino et à l'Européen à la fin du printemps. Mais, les disques et la scène ne peuvent nourrir une artiste débutante. À la fin de l'été, elle reprend contact avec Raymond Asso auquel elle avait refusé "Mon légionnaire" (créé par Marie Dubas en 1935 et que Piaf reprend début 1937 avec le "Fanion de la légion"). Après Leplée, il devient son nouveau mentor. À l'automne Il la prend en main et la « coache » pour en faire une chanteuse professionnelle de music-hall. À l'automne 1936, elle décroche l'Alhambra. Au printemps 1937 elle est à nouveau à Bobino. Mais, Edith veut plus : l'ABC. Le plus prestigieux music-hall parisien.

Vedette de music-hall

En mars 1937, Édith débute sa carrière de music-hall à l'ABC à Paris, où elle devient immédiatement une immense vedette de la chanson française, aimée du public et diffusée à la radio.

Star de la fin des années 1930, Piaf triomphe à Bobino, ainsi qu'au théâtre en 1940, dans Le Bel Indifférent, une pièce spécialement écrite pour elle par Jean Cocteau et qu'elle interprète avec succès en compagnie de son compagnon du moment, l’acteur Paul Meurisse. Toujours avec Paul comme partenaire, elle joue dans le film Montmartre-sur-Seine de Georges Lacombe (1941). C’est lors du tournage de ce long métrage qu’elle fait la connaissance d'Henri Contet, qui deviendra, à l’instar de Marguerite Monnot, l’un de ses auteurs fétiches.

Pendant l’occupation allemande, Édith, qui a définitivement troqué « La Môme Piaf » contre « Édith Piaf », continue de donner des concerts, mais ne cède pas face à l’occupant nazi : elle interprète des chansons à double sens, évoquant la résistance sous les traits d’un amant (Tu es partout) et protège les artistes juifs menacés par la milice et les Allemands.

Au printemps 1944, elle se produit au Moulin Rouge où le tout jeune chanteur de music-hall Yves Montand passe en première partie de son spectacle. C'est le coup de foudre et Édith Piaf, déjà célèbre et adulée, entreprend de l'initier aux ficelles du métier et à la vie d'artiste. Elle va propulser sa carrière en lui présentant des gens importants à cette époque dans le monde du spectacle : Joseph Kosma, Henri Crolla, Loulou Gasté, Jean Guigo, Henri Contet, Louiguy, Marguerite Monnot, Philippe-Gérard, Bob Castella, Francis Lemarque…

C'est également cette année-là que le père d'Édith meurt. Elle perdra sa mère l'année suivante.

En 1945, Piaf écrit, sans l’aide de qui que ce soit, l’un de ses premiers titres : La Vie en rose (qu'elle n'enregistrera qu'en 1946), sa chanson la plus célèbre, désormais devenue un classique. Elle joue également à la Comédie-Française.

Yves Montand devient à son tour une vedette du music-hall. Il débute au cinéma aux côtés de Piaf dans Étoile sans lumière, puis obtient son grand premier rôle dans Les Portes de la nuit, de Marcel Carné. Ils partent en tournée jusqu'en 1946, l'année où ils se séparent.

C'est en 1946 que la chanteuse rencontre Les Compagnons de la Chanson, avec lesquels elle interprète le morceau Les Trois cloches, qui connaît un immense succès. Elle part ensuite avec ses protégés donner des concerts aux États-Unis pendant l’année 1947.

Carrière internationale

En 1948, alors qu'elle est en tournée triomphale à New York, elle vit la grande histoire d'amour de sa vie avec le boxeur français, de Casablanca, Marcel Cerdan, qui devient champion du monde de boxe des poids moyens le 21 septembre 1948. Mais un an plus tard, Cerdan meurt dans un accident d'avion le 28 octobre 1949 sur le vol Paris-New York, aux Açores, alors qu'il venait la rejoindre. N'ayant plus de place dans cet avion, un couple avait cèdé, avec gentillesse, ses places au boxeur... Anéantie par la souffrance morale (et la culpabilité) et par une polyarthrite aigüe, Édith Piaf devient accro aux fortes doses de morphine. Elle chantera son grand succès, Hymne à l'amour et également Mon Dieu, en sa mémoire.

En 1951, le jeune Auteur-compositeur-interprète Charles Aznavour devient son « homme à tout faire » : secrétaire, chauffeur et confident. Il lui écrit certaines de ses plus grandes chansons comme Plus Bleu que Tes Yeux ou encore Jezebel. Le 29 juillet 1952, elle épouse le chanteur français Jacques Pills, avec pour témoin l'actrice Marlène Dietrich (qui choisit sa robe de mariée pour elle), puis divorce en 1956.

En 1953, elle entame une cure de désintoxication, puis devient une immense vedette de music-hall dans le monde entier et en particulier aux États-Unis, où elle fait un triomphe en 1956 au Carnegie Hall de New York, dont elle devient une habituée.

Elle connaît une histoire d'amour avec Georges Moustaki, qu'elle lance dans la chanson et avec qui elle a un grave accident de voiture en 1958, ce qui fait empirer son mauvais état de santé et sa dépendance à la morphine. Elle enregistre la chanson Milord (sur une musique de Marguerite Monnot), dont il est l'auteur, l'un de ses plus grands succès.

En 1959, Édith s'effondre sur scène durant une tournée à New York. Elle subit de nombreuses opérations chirurgicales et revient à Paris en piteux état et sans Moustaki, qui l'a quittée en route. Elle est cependant récompensée pour la chanson Milord au cours d'une émission de télévision du nom de TV Award ; dans le studio d'enregistrement se trouvent Georges Moustaki et Edith Piaf en compagnie de Marguerite Monnot, les auteurs de la chanson.

En 1961, à la demande de Bruno Coquatrix, Édith Piaf donne à l'Olympia de Paris, menacé de disparition à cause de problèmes financiers, une série de concerts parmi les plus mémorables et émouvants de sa carrière. C'est dans sa salle de spectacle de prédilection qu'elle interprète Non, je ne regrette rien, une chanson qui lui colle à la peau et que Charles Dumont vient d'écrire pour elle. Édith sauve l'Olympia de la faillite, mais a du mal à se tenir debout et à bouger du fait de sa polyarthrite très invalidante, et ne réussit à chanter que grâce à une importante perfusion de morphine.

Le 9 octobre 1962, âgée de 46 ans, épuisée et malade, elle épouse Théo Sarapo, un jeune et beau chanteur âgé de 26 ans et déclare qu'elle a parfois l'impression qu'il est en fait « un fils qui veille sa vieille mère malade ». Ils chantent en duo À quoi ça sert l'amour ? écrit par Michel Emer, un de ses fidèles compositeur.

Début 1963, elle enregistre sa dernière chanson : L'Homme de Berlin écrite par Francis Lai (un des auteurs de la fin de sa carrière, la moitié du récital de Nimegue en 1962 est composé de ses chansons) et M. Vendôme.

Disparition
La tombe d'Édith Piaf au cimetière du Père-Lachaise de Paris.

Édith Piaf meurt le 10 octobre 1963 à 13 h 10 à Plascassier (un quartier excentré de Grasse dans les Alpes-Maritimes) à l'âge de 47 ans d'une hémorragie interne due à une insuffisance hépatique[4], usée par les excès, la morphine et les souffrances de toute une vie. Le transport de sa dépouille vers Paris est organisé clandestinement et dans l'illégalité ; son décès est annoncé officiellement le 11 octobre à Paris, le même jour que celui de son ami Jean Cocteau. Cocteau (avec lequel Édith entretenait une correspondance suivie), apprenant la nouvelle de sa mort, a dit : « C'est le bateau qui achève de couler. C'est ma dernière journée sur cette terre »[5]. Il a ajouté : « Je n'ai jamais connu d'être moins économe de son âme. Elle ne la dépensait pas, elle la prodiguait, elle en jetait l'or par les fenêtres »[6] avant de mourir lui-même.

Les obsèques de Piaf ont lieu au cimetière du Père-Lachaise, (division 97). Malgré sa foi, parce que divorcée, elle est interdite d'obsèques religieuses ; L'Osservatore Romano, organe du Vatican écrit qu'elle a vécu « en état de péché public » et qu'elle était une « idole du bonheur préfabriqué ». L'aumônier du théâtre et de la musique, le père Thouvenin de Villaret, peut cependant, au cimetière, lui accorder une dernière bénédiction. Une immense foule de dizaines de milliers d'admirateurs est venue lui rendre un dernier hommage tout au long du parcours du cortège à travers Paris, du boulevard Lannes jusqu'au Père-Lachaise[7].

Son dernier mari, Théo Sarapo, tué dans un accident de voiture en 1970, sera enterré à ses côtés.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Ven 2 Jan - 19:17

Discographie
Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

* 1935 : Les Mômes de la Cloche, label Polydor premier 78 tours enregistré par Piaf. Directeur Artistique : Jacques Cannetti.

Edith Piaf : Simple comme bonjour/Le vagabond- Polydor 524.780 ( 78 tours) Edith Piaf : Browning/C’est toi le plus fort-Polydor 524.356 ( 78 tours) Edith Piaf : J’ai dansé avec l’amour/C’est un jour de fête- Polydor 524.706 ( 78 tours) Edith Piaf : Correqu’ et reguyer/Entre saint-ouen et billancourt-Polydor 524.323 ( 78 tours) Les compagnons de la chanson et Edith Piaf : C’est pour ça/Les yeux de ma mère-Columbia DFX247 ( 1947) Les compagnons de la chanson et Edith Piaf : Dans les prisons de nantes/Céline-Columbia DF3053 ( 78 tours)

* 1954 : De l'accordéoniste à Milord
* 1961 : Olympia 1961

Ses grandes chansons

* 1937 : Mon légionnaire, paroles de Raymond Asso et musique de Marguerite Monnot.
* 1940 : L'Accordéoniste, paroles et musique de Michel Emer.
* 1946 : Les Trois Cloches avec Les Compagnons de la chanson, paroles et musique de Jean Villard Gilles.
* 1946 : La Vie en rose, paroles d’Édith Piaf, musique de Louiguy et Marguerite Monnot (non créditée).
* 1947 : Une chanson à trois temps, paroles et musique d'Anna Marly.
* 1950 : Hymne à l'amour, paroles d’Édith Piaf et musique de Marguerite Monnot.
* 1951 : Padam... Padam..., paroles d’Henri Contet et musique de Norbert Glanzberg.
* 1952 : Mon manège à moi, paroles de Jean Constantin et musique de Norbert Glanzberg.
* 1954 : Sous le ciel de Paris, paroles de Jean Dréjac et musique d’Hubert Giraud, du film Sous le ciel de Paris de Julien Duvivier.
* 1956 : L'Homme à la moto, adaptation par Jean Dréjac du rock américain Black Denim Trousers And Motorcycle Boots de Jerry Leiber & Mike Stoller (voir récit dédié section « Bibliographie »).
* 1956 : Les Amants d'un jour, paroles de Claude Delécluse et Michelle Senlis, musique de Marguerite Monnot.
* 1957 : La Foule, paroles de Michel Rivgauche, chanson librement inspirée de Que nadie sepa mi sufrir (porte aussi parfois le titre Amor de mis Amores), valse péruvienne d’origine argentine, paroles originales d'Enrique Dizeo et musique d'Ángel Cabral.
* 1959 : Milord, paroles de Georges Moustaki et musique de Marguerite Monnot.
* 1960 : Non, je ne regrette rien, paroles de Michel Vaucaire et musique de Charles Dumont (reprise par Johnny Hallyday pour le film Sueurs).
* 1960 : Mon Dieu, paroles de Michel Vaucaire et musique de Charles Dumont.
* 1962 : À quoi ça sert l'amour, paroles et musique de Michel Emer.

Ses chansons [modifier]

* Liste alphabétique non exhaustive des chansons interprétées par Édith Piaf :

1. À l'enseigne de la fille sans cœur ()
2. À quoi ça sert l'amour
3. Adieu mon cœur
4. Au bal de la chance
5. Avant l'heure
6. Avant nous
7. Avec ce soleil
8. Bal dans ma rue
9. Boulevard du crime
10. Bravo pour le clown
11. Browning
12. C'est à Hambourg
13. C'est d'la faute à tes yeux
14. C'est l'amour
15. C'est lui que mon cœur à choisi
16. C'est merveilleux
17. C'est peut-être ça
18. C'est pour ça
19. C'est toi le plus fort
20. C'est un gars
21. C'est un homme terrible
22. C'est un monsieur très distingué
23. C'était pas moi
24. C'était un jour de fête
25. C'était une histoire d'amour
26. Ça fait drôle
27. Carmen's story
28. Céline
29. Celui qui ne savait pas pleurer
30. 'Chand d'habits
31. Chanson bleue
32. Chanson de Catherine
33. Comme moi
34. Comme un moineau
35. Corrèque et réguyer
36. Coup de grisou
37. Cri du cœur
38. Dans leur baiser
39. Dans ma rue
40. Dans un bouge du vieux port
41. De l'autre côté de la rue
42. Demain (il fera jour)
43. Des histoires
44. Ding din dong
45. Du matin jusqu'au soir
46. Eden blues
47. Elle a dit
48. Elle fréquentait la rue Pigalle
49. Embrasse-moi
50. Emporte-moi
51. Enfin le printemps
52. Entre Saint-Ouen et Clignancourt
53. Escale
54. Et ça gueule ça madame
55. Et moi
56. Et pourtant
57. Exodus
58. Fais comme si
59. Fais-moi valser...
60. Fallait-il
61. Faut pas qu'il se figure
62. Heureuse
63. Hymne à l'amour
64. Il a chanté
65. Il fait bon t'aimer
66. Il n'est pas distingué
67. Il pleut
68. Il y avait
69. Inconnu, excepté de Dieu
70. J'm'en fous pas mal
71. J'ai dansé avec l'amour
72. J'ai qu'à l'regarder...
73. J'en ai tant vu
74. J'entends la sirène
75. J'n'attends plus rien
76. J'suis mordue
77. Je m'imagine
78. Je me souviens d'une chanson
79. Je n'en connais pas la fin
80. Je n'veux plus laver la vaisselle
81. Je sais comment
82. Je suis à toi
83. Je t'ai dans la peau
84. Jean et Martine
85. Jérusalem
86. Jézabel
87. Jimmy c'est lui
88. Johnny, tu n'es pas un ange
89. Kiosque à journaux
90. L'Accordéoniste
91. L'effet qu' tu m' fais
92. L'escale
93. L'étranger
94. L'homme à la moto
95. L'homme au piano
96. L'homme de Berlin
97. L'homme des bars
98. L'homme que j'aimerai
99. L'orgue des amoureux
100. La belle histoire d'amour
101. La demoiselle du cinquième
102. La fête continue
103. La foule
104. La goualante du pauvre Jean
105. La java de Cézigue
106. La Julie jolie
107. La p'tite marie
108. La petite boutique
109. La rue aux chansons
110. La sérénade du pavé
111. La valse de l'amour
112. La Vie en rose
113. La vie, l'amour
114. La ville inconnue
115. Le ballet des cœurs
116. Le billard électrique
117. Le bleu de tes yeux
118. Le bruit des villes
119. Le brun et le blond
120. Le chacal
121. Le chant d'amour
122. Le chant du pirate
123. Le chasseur de l'hôtel
124. Le chemin des forains
125. Le chevalier de Paris
126. Le ciel est fermé
127. Le contrebandier
128. Le diable de la Bastille
129. Le disque usé
130. Le droit d'aimer
131. Le Fanion de la Légion
132. Le gitan et la fille
133. Le grand voyage du pauvre nègre
134. Le mauvais matelot
135. Le métro de Paris
136. Le Noël de la rue
137. Le petit brouillard
138. Le petit homme
139. Le petit monsieur triste
140. Le prisonnier de la tour
141. Le rendez-vous
142. Le roi a fait battre tambour
143. Le vagabond
144. Le vieux piano
145. Légende
146. Les amants
147. Les amants d'un jour
148. Les amants de demain
149. Les amants de Paris
150. Les amants de Teruel
151. Les amants de Venise
152. Les amants merveilleux
153. Les bleuets d'azur
154. Les blouses blanches
155. Les deux copains
156. Les deux ménétriers (galop macabre)
157. Les deux rengaines
158. Les flon-flons du bal
159. Les gars qui marchaient
160. Les gens
161. Les grognards
162. Les hiboux
163. Les marins, ça fait des voyages
164. Les Mômes de la cloche
165. Les mots d'amour
166. Les neiges de Finlande
167. Les prisons du roy
168. Les trois cloches
169. Madeleine qui avait du cœur
170. Margot cœur gros
171. Mariage
172. Marie la française
173. Marie-trottoir
174. Mea culpa
175. Milord
176. Miséricorde
177. Mon amant de la coloniale
178. Mon ami m'a donné
179. Mon apéro
180. Mon Dieu
181. Mon homme
182. Mon légionnaire
183. Mon manège à moi
184. Mon vieux Lucien
185. Monsieur Ernest a réussi
186. Monsieur et madame
187. Monsieur Incognito
188. Monsieur Lenoble
189. Monsieur Saint-Pierre
190. Musique à tout va
191. N'y vas pas, Manuel
192. Non, je ne regrette rien
193. Non, la vie n'est pas triste
194. Notre-Dame de Paris
195. On cherche un Auguste
196. On danse sur ma chanson
197. Opinion publique
198. Où sont-ils, tous mes copains ?
199. Ouragan
200. Padam... Padam...
201. Paris
202. Paris-Méditerranée
203. Pleure pas
204. Plus bleu que tes yeux
205. Polichinelle
206. Pour moi tout' seule
207. Pour qu'elle soit jolie, ma chanson
208. Qu'as-tu fait, John ?
209. Qu'il était triste, cet anglais
210. Quand même
211. Quand tu dors
212. Quatorze juillet
213. Regarde-moi toujours comme ça
214. Reste
215. Retour
216. Roulez tambours
217. Rue de Siam
218. Salle d'attente
219. Ses mains
220. Si si si
221. Si tu partais
222. Simple comme bonjour
223. Soeur Anne
224. Soudain une vallée
225. Sous le ciel de Paris
226. Sur une colline
227. T'es beau, tu sais
228. T'es l'homme qu'il me faut
229. Tant qu'il y aura des jours
230. Tatave
231. Télégramme
232. Tiens v'là un marin!
233. Toi qui sais
234. Toi, tu l'entends pas
235. Toujours aimer
236. Tous les amoureux chantent
237. Tout fout l'camp
238. Traqué
239. Tu es partout
240. Un coin tout bleu
241. Un étranger
242. Un grand amour qui s'achève
243. Un homme comme les autres
244. Un jeune homme chantait
245. Un monsieur me suit dans la rue
246. Un refrain courait dans la rue
247. Une chanson à trois temps
248. Une dame
249. Une enfant
250. Une valse
251. Va danser
252. Y a pas d'printemps
253. Y avait du soleil
254. Y en a un d'trop




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Ven 2 Jan - 19:21

L'hymne à l'Amour
Edith Piaf

Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer
Et la terre peut bien s'écrouler
Peu m'importe si tu m'aimes
Je me fous du monde entier
Tant qu'l'amour inond'ra mes matins
Tant que mon corps frémira sous tes mains
Peu m'importent les problèmes
Mon amour puisque tu m'aimes

J'irais jusqu'au bout du monde
Je me ferais teindre en blonde
Si tu me le demandais
J'irais décrocher la lune
J'irais voler la fortune
Si tu me le demandais

Je renierais ma patrie
Je renierais mes amis
Si tu me le demandais
On peut bien rire de moi
Je ferais n'importe quoi
Si tu me le demandais

Si un jour la vie t'arrache à moi
Si tu meurs que tu sois loin de moi
Peu m'importe si tu m'aimes
Car moi je mourrai aussi
Nous aurons pour nous l'éternité
Dans le bleu de toute l'immensité
Dans le ciel plus de problèmes
Mon amour crois-tu qu'on s'aime
Dieu réunit ceux qui s'aiment
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Ven 2 Jan - 19:25

L'homme à la moto
Edith Piaf

{Refrain:}
Il portait des culottes, des bottes de moto
Un blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos
Sa moto qui partait comme un boulet de canon
Semait la terreur dans toute la région.

Jamais il ne se coiffait, jamais il ne se lavait
Les ongles pleins de cambouis mais sur les biceps il avait
Un tatouage avec un cœur bleu sur la peau blême
Et juste à l'intérieur, on lisait : "Maman je t'aime"
Il avait une petite amie du nom de Marie-Lou
On la prenait en pitié, une enfant de son âge
Car tout le monde savait bien qu'il aimait entre tout
Sa chienne de moto bien davantage...
{au Refrain}

Marie-Lou la pauvre fille l'implora, le supplia
Dit : "Ne pars pas ce soir, je vais pleurer si tu t'en vas..."
Mais les mots furent perdus, ses larmes pareillement
Dans le bruit de la machine et du tuyau d'échappement
Il bondit comme un diable avec des flammes dans les yeux
Au passage à niveau, ce fut comme un éclair de feu
Contre une locomotive qui filait vers le midi
Et quand on débarrassa les débris...

On trouva sa culotte, ses bottes de moto
Son blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos
Mais plus rien de la moto et plus rien de ce démon
Qui semait la terreur dans toute la région...
Revenir en haut Aller en bas
Gilou
Admin
Admin


Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Ven 2 Jan - 20:22

voila le topic de Piaf est là lol!

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Ven 20 Mar - 14:01

Y a pas d'printemps
Edith Piaf

Jamais d'repos.
Toujours courir.
Métro, bureau
Et repartir.
Quand vient le dimanche, il faut faire des affaires,
Laver, repasser, repriser sa misère
Et c'est pareil,
Jour après jour.
Jamais d'soleil
Et pas d'amour.

Y a pas d'printemps le long d'ma vie.
Je n'crois pas aux calendriers.
J'ai beau faire des économies,
L'printemps je n'peux pas m'le payer.
Le mois de mai passe et m'oublie
Et le bonheur en fait autant.
P't'être que j'suis pas assez jolie
Mais dans ma vie y a pas d'printemps.

Mais le destin m'a fait une farce
Et l'vingt et un du mois de mars,
Quand le printemps chante à pleine voix sa naissance
Avec un beau gars m'a fait faire connaissance.
Il m'a dit : "Viens".
Il m'a souri
Et dans mon coin,
Tout a fleuri.

Y a du printemps le long d'ma vie
Et j'me moque des calendriers
Car maintenant, c'est d'la folie,
J'en ai même au mois de janvier.
J'ai plus besoin d'économies.
Mon cœur et moi, on est content.
P't'être que j'suis pas jolie, jolie
Mais dans ma vie y a plein d'printemps.
Revenir en haut Aller en bas
claudia



Nombre de messages : 9072
Age : 68
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Mer 8 Avr - 16:13

la foule

http://www.youtube.com/watch?v=2UlEJXkxnSc&feature=PlayList&p=85F51E633D2EC016&index=0&playnext=1



les amants d'un jour..

http://www.youtube.com/watch?v=EBTIuFuS0LE&feature=related


NON, je ne regrette rien..

http://www.youtube.com/watch?v=Q3Kvu6Kgp88&feature=related

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Edith Piaf"La Môme"   Aujourd'hui à 2:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Edith Piaf"La Môme"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche Disquaires
» L'hymne à l'amour - Edith piaf
» Edith Piaf
» Edith Canat de Chizy (°1950)
» Les chanteurs en fin de droits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS SUR NOS ARTISTES PREFERES. :: LES ARTISTES FRANCOPHONES :: La Chanson Française à Texte, Poètique, Engagée...-
Sauter vers: