Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 RAPHAEL haroche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:46

Raphael Haroche voit le jour à Boulogne, en banlieue parisienne, d’un père russe et d’une mère argentine, le 7 novembre 1975. La profondeur des chants slaves et l’énergie des rythmes sud-américains bercent l’enfance de ce fils d’avocats qui, dès son plus jeune âge, se passionne pour la musique et fait ses gammes sur le piano familial. A l’âge de sept ans, il découvre David Bowie et se fascine pour l’univers baroque du créateur de "Ziggy Stardust". Plus tard, ses références iront d’Iggy Pop à Bob Dylan, de Noir Désir à Jacques Brel ou Léo Ferré.


Touche-à-tout, Raphael s’intéresse un temps au saxophone dans son adolescence, mais il comprend vite que son besoin de liberté nécessite une compagne aventurière qui a fait ses preuves, la guitare. Accessoirement, les samplers et les ordinateurs permettent à l’artiste en herbe de composer ses premières chansons, tout en poursuivant ses études qui le conduisent vers Hypokhâgne - il n’y reste que trois jours -, puis en faculté de droit.


Locataire de l’Hôtel de l’Univers


Finalement, son désir d’aller jusqu’au bout de sa passion amène Raphael à cesser son parcours universitaire pour se consacrer la musique. Un repli sur la création de trois ans lui est nécessaire, tout juste interrompu par quelques figurations au cinéma.


Sa rencontre avec Caroline Manset (la fille du chanteur Gérard Manset) est déterminante. Elle devient son manager et l’encourage à présenter une première maquette auprès des maisons de disques. A 24 ans, le jeune homme a déjà du talent et de la chance, puisque son premier rendez-vous chez EMI est concluant, la maison d’édition signe son premier album pour lequel il jouit d’une totale liberté pour sa réalisation.


Cet "Hôtel de l'Univers", pour Raphael, c’est «une métaphore de la vie, nous sommes locataires du monde, on fait notre vie et on s’en va». Sa protectrice signe quatre titres dont la chanson qui donne son nom à ce premier opus. L’auteur pose un regard critique sur la société de consommation ("Cela nous aurait suffi", "Qu’on est bien dans ce monde") et décrit avec tendresse ou humour féroce les relations amoureuses ("Laisse faire, Libre-service"). Sous l’influence des figures de la pop et de la chanson traditionnelle qui l’ont fait grandir, Raphael imprime sa griffe sur le renouveau du rock français du troisième millénaire.

Un Kerouac des temps modernes



Pour Raphael, l’écriture est un exutoire et il a une facilité déconcertante lorsque la muse le visite, pour écrire ses textes en quelques minutes. Ce grand amateur de littérature a pour compagnons de chevet Jack Kerouac ou William S. Burrough, des auteurs américains, révoltés ou marginaux qui ont baigné ses jeunes années.


Plutôt attiré par les sons travaillés en studio, les arrangements fignolés jusqu’à plus soif, Raphael doit faire ses preuves face au public, et il apprend vite… Après la sortie de son premier album, Raphael découvre la scène en première partie de Vanessa Paradis, à Paris et en tournée. On le retrouve également en lever de rideau de Frank Black, l’ancien chanteur des Pixies, ou de Jean-Louis Aubert.


Une nomination aux Victoires de la Musique, en tant que Révélation de l’année, vient couronner ces débuts prometteurs en 2002. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il se produit en première partie de son idole de toujours David Bowie, à l’Olympia.


2003 : "La réalité"


Au printemps 2003, sort le second album de Raphael "La réalité", à la tonalité beaucoup plus posée que le précédent, où le piano remplace les riffs des guitares saturées. A 27 ans, il écrit et compose toujours ses chansons, avec toutefois deux interventions notables de Gérard Manset ("La mémoire des jours"et "Etre Rimbaud"). Deschroniques de la petite enfance, des chansons de révolte ou d’amitié, constituent les douze titres d’un album réalisé par Jean Lamoot, qui a collaboré avec Alain Bashung, Noir Désir ou encore Indochine.


Un duo à succès symbolise le sens de la fraternité chère à Raphael. Jean-Louis Aubert le rejoint "Sur la route", pour une chanson qui lui a été inspirée par deux vendeurs de roses venus des pays de l’Est, qu’il croisa dans un train de nuit à Bruxelles, un 31 décembre. Ce premier extrait séduit et touche une large audience.


Après un passage remarqué à l’Olympia le 14 octobre, le quatrième trimestre 2003 permet à Raphaël et ses musiciens de partir en tournée, à la rencontre d'un public déjà acquis ou à conquérir… Celui que l’on comparait à Damien Saez au début de sa carrière prend désormais une route qui n’appartient qu’à lui.

2005 : "Caravane"


Alors qu'il a réalisé un bon score en vendant 160.000 exemplaires de "La réalité", il s'attaque rapidement à l'écriture de l'album suivant. "Caravane", sort en mars 2005.

Il a fait appel à Carlos Alomar, guitariste de Bowie, qu'il admire depuis longtemps, mais aussi à Jean Lamoot et au producteur Dominique Blanc-Francard. Les textes sont sensibles, parfois graves ("Et dans 150 ans"), parfois euphoriques ("C'est bon aujourd'hui"), toujours servis par une voix caractéristique qui en emmène certains dans quelques rêveries ("Caravane").

Le succès est au rendez-vous et ce dernier titre sorti en simple passe sur toutes les radios.

En février 2006, fort de son million d'albums vendus, le jeune homme rafle plusieurs trophées lors de la cérémonie des Victoires de la musique : Artiste interprète masculin de l'année, Album de chansons variétés, Chanson originale de l'année pour "Caravane" (vote du public).

Alors en tournée dans toute la France, Raphael se produit aussi à l'Olympia à Paris du 21 au 23 mars.

Finalement, il vend plus d'un 1.8 million d'exemplaires de "Caravane". A la suite de la tournée, sort un enregistrement public "Résistance à la nuit". L'année suivante, on trouve dans les bacs des disquaires un nouveau live, un concert acoustique enregistré au Théâtre du Châtelet en octobre 2006, intitulé "Une nuit au Chatelet".

2008 : "Je sais que la terre est plate"



Rapidement, Raphael se met à l'écriture de nouvelles chansons. Pendant plusieurs semaines, il travaille seul chez lui. Suivent des séances en studio avec les réalisateurs Tony Visconti et Renaud Letang. L'album "Je sais que la terre est plate" sort en mars 2008. La touche pop folk si reconnaissable chez Raphael s'accommode cette fois-ci, d'influences diverses comme sur le premier simple intitulé "le Vent de l'hiver", où l'on perçoit des sonorités tsiganes. Le titre "la Jonque" (les paroles sont de Boris Bergman) nous rapproche des contrées asiatiques. "Adieu Haïti" est un morceau reggae chanté en duo avec Frederick "Toots" Hibbert (de Toots & the Maytals), qui évoque les sans-papiers. A noter sur ce disque, les paroles de "Concordia" écrites Gérard Manset et Stephan Eicher. Raphael, même s'il aborde des thèmes en phase avec la réalité du monde, développe un univers très personnel, habité par lui seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:49









Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:50

caravane

Est-ce que j'en ai les larmes aux yeux
Que nos mains ne tiennent plus ensemble
Moi aussi je tremble un peu
Est-ce que je ne vais plus attendre

Est-ce qu'on va reprendre la route,
Est-ce que nous sommes proches de la nuit
Est-ce que ce monde a le vertige
Est-ce qu'on sera un jour puni

Est-ce que je rampe comme un enfant
Est-ce que je n'ai plus de chemise
C'est le Bon Dieu camarade (à la place de "camarade", il chante parfois "qui nous fait")
C'est le Bon Dieu qui nous brise

Est-ce que rien ne peut arriver
Puisqu'il faut qu'il y ait une justice
Je suis né dans cette caravane
Et nous partons allez viens
Allez viens

Tu lu tu, tu lu tu...

Et parce que ma peau est la seule que j'ai
Que bientôt mes os seront dans le vent
Je suis né dans cette caravane
Et nous partons allez viens
Allez viens

Tu lu tu, tu lu tu...
Allez viens
Tu lu tu, tu lu tu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:51

Ne partons pas faches

Bien sûr qu'on a perdu la guerre
Bien sûr que je le reconnais
Bien sûr la vie nous met le compte
Bien sûr la vie c'est une enclume
Bien sûr que j'aimerais bien te montrer
Ailleurs où on ferait pas que fuir
Mais bien sûr j'ai pas les moyens
Quand les poches sont vides alors allons rire
Ne partons pas fâchés
Ca n'en vaut pas la peine

Bien sûr que les montagnes sont belles
Bien sûr qu'il y a des vallées
Et les enfants sautent sur les mines
Bien sûr dans une autre vallée
Bien sûr que les poissons ont froid
A se traîner là dans la mer
Bien sûr que j'ai encore en moi
Comme un goût avalé de travers
Mais ne partons pas fâchés
Ca n'en vaut pas la peine

Bien sûr j'ai la ville dans le ventre
Bien sûr j'ai vendu ma moto
Bien sûr je te trouve très jolie
J'ai vraiment envie de te sauter
Bien sûr la vie nous fait offense
Bien sûr la vie nous fait misère
On ira aussi vite que le vent
Même si on a bien souvent rampé
Mais ne partons pas fâchés
Ca n'en vaut pas la peine

Bien sûr que je te trouve très belle
Bien sûr je t'emmènerai à la mer
Y'a rien d'autre à faire qu'à se saouler
Attendre le jugement dernier
Transplantés là haut dans le ciel
Il paraît que c'est pas pareil
Il paraît que la vie n'est jamais aussi belle
Que dans tes rêves que dans tes rêves
Mais ça ne fait rien
Ne partons pas fâchés
Ca n'en vaut pas la peine

Paraît que les petits moineaux
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:52

C'est bon aujourd'hui d'être en vie


Sur la même terre que toi
Et j'ai vidé mon compte
Et les nuages passent

C'est bon aujourd'hui d'être en vie
De voir les petits enfants
Et de sentir ta peau
Près de moi
Cherchant la caresse

C'est bon aujourd'hui d'être en vie
Plutôt que d'être raide mort
J'ai mis du vent dans mes poumons
J'en prendrais bien encore pour cent ans

Viens près que je t'embrasse
Et le ciel est noir

C'est bon aujourd'hui d'être en vie
Et ce que disent les médecins
Ca ne tient que si on y croit
Et moi tu sais
Que je ne crois en rien

C'est bon aujourd'hui d'être en vie
J'aime bien cette cigarette
Les rires sont bien là dans ma tête
Il n'y a rien que je regrette
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:53

Et dans 150 ans
On s'en souviendra pas
De ta première ride
De nos mauvais choix
De la vie qui nous baise
De tous ces marchands d'armes
Des types qui votent les lois
Là-bas au gouvernement
De ce monde qui pousse
De ce monde qui crie
Du temps qui avance
De la mélancolie
La chaleur des baisers
Et cette pluie qui coule
Et de l'amour blessé
Et de tout ce qu'on nous roule
Alors souris

Et dans 150 ans
On s'en souviendra pas
De la vieillesse qui prend
De leurs signes de croix
De l'enfant qui se meurt
Des vallées du tiers monde
Du salaud de chasseur
Qui descend la colombe
De ce que t'étais belle
Et des rives arrachées
Des années sans sommeil
Cent millions d'affamés
Des portes qui se referment
De t'avoir vu pleurer
De la cour solennelle
Qui condamne sans siller
Alors souris

Et dans 150 ans
On y pensera même plus
A ceux qu'on a aimé
A ceux qu'on a perdu
Allez vidons nos bières
Pour les voleurs des rues
Finir tous dans la terre
Mon Dieu quelle déconvenue
Et regarde ces squelettes
Nous regardent de travers
Mais ne fais pas la tête
Ne leur fais pas la guerre
Il ne restera rien
De nous pas plus que d'eux
J'en mettrais bien ma main
A couper au feu
Alors souris

Et dans 150 ans
Mon amour toi et moi
On s'ra doucement dansant
Deux oiseaux sur la croix
Dans ce bal déclassé
Et encore je vois large
P't-être qu'on s'ra repassés
Dans un très prochain naufrage
Mais y'a rien d'autre à dire
Et veux rien te faire croire
Mon amour mon amour
J'aurai le mal de toi
Mais y'a rien d'autre à dire
Je veux rien te faire croire
Mon amour mon amour
J'aurai le mal de toi
Mais que veux tu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:54

Les petits bateaux

Pourquoi le temps qui passe
Nous dévisage et puis nous casse
Pourquoi tu restes pas avec moi
Pourquoi tu t'en vas
Pourquoi la vie et les bateaux
Qui vont sur l'eau ont-ils des ailes
Pourquoi les avions s'envolent
Bien plus haut que les oiseaux
Pourquoi que les étoiles
Sont-elles là-haut suspendues
Pourquoi le ciel est si haut
Pourquoi alors

Et un autre jour s'en va
Tourne et tourne et ne s'arrête pas
Et un autre jour s'en va
Dans cette petite vie
Je voudrais pas crever d'ennui

Regarde le vent qui emporte tout,
Même ce qu'il y a de plus beau
Et les sourires et les enfants
Avec les petites bateaux
Pourquoi même
Les nuages veulent pas rester ici
Si j'étais eux je marcherais vite
Je ferais pas d'économies

Et un autre jour s'en va
Tourne et tourne et ne s'arrête pas
Et un autre jour s'en va
Dans cette petite vie
Je voudrais pas crever d'ennui
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:55

Schengen

Je suis parti d'un bout du monde
J'étais trop grand pour me courber
Parmi les nuages de poussière
Juste au bord de la terre
Et j'ai marché le long des routes
Le ventre à l'air dans le ruisseau
Et même que le vent nous écoute
Et la pluie va tomber bientôt

Ce que j'fais là moi
Je sais pas
Je voulais juste marcher tout droit
Ce que j'fais là moi
Je sais pas
Je pense à toi depuis mille ans

Tellement de nuits sous la paupière
Tellement de forêts abattues
Même sous la mitraille et le fer
Moi je leur ai rien vendu
Et que même dans l'espace Schengen
Ils ont pas voulu de ma peau

Ce que j'fais là moi
Je sais pas
Je voulais juste marcher tout droit
Ce que j'fais là moi
Je sais pas
Je pense à toi depuis mille ans

C'est pas la croix pas la manière
Et puis la terre on y revient
Moi j'ai un orgue de barbarie
Et je vais pourrir leur pays
C'est pas avec la bombe atomique
C'est pas avec le tour de France
Qu'ils me mettront de leur côté
Quand j'aurai fini ma croissance

Ce que j'fais là moi
Je sais pas
Je voulais juste marcher tout droit
Ce que j'fais là moi
Je sais pas
Je pense à toi depuis mille ans
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:57

Comme un homme à la mer :

Longtemps sur les chemins
La nuit est encore loin
Marcher jusqu'à user
Voyager sans billet
Un œil à la lucarne
La grande ville
Et défiler les rêves
Le soleil dans les reins
Les voilures gonflées
La rumeur des quartiers
Aux étoiles de papiers
Dans le grand désert
A la file indienne

Comme un homme à la mer
Allez ! Dis la nous ta prière
Et allons plus loin mon frère

Dis, c'est quand qu'on revient ?

Marcher dans les blés lourds
Sur la ligne de front
Au dessus du volcan
Au devant des maisons
Mon amie, mon amour
C'est le grand bond en avant
Dont nul ne revient
Nul ne connaît la fin

Et un homme à la mer
Allez ! Dis la nous ta prière
Et allons plus loin mon frère

Dis, c'est quand qu'on revient ?

Tous les équipages
Ont fini le voyage
Morts d'insomnie
Dans la nuit des gares
Si jamais je m'égare
Mon amour, mon amie

Et un homme à la mer
Comme un homme à la mer
Comme un homme à la mer
Allez ! Dis la nous ta prière
On est bien amers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:58

compagnons :

Ici-bas sur la terre noire,
A celui qui pisse le plus loin
C'est à se crever les yeux ô compagnons
On n'en voit pas la fin

Mais avant de monter au ciel
Je te montre mes dents
Tu vas avaler les tiennes
Ô compadre
Encerclés dans l'horizon
Ô compagnon
Tu es bien un bon con
Ô compagnon
Ta mère c'est rien qu'une pute

Et silence à l'arrière
Et à tous les coins du globe
Et j'irai en riant parler aux cochons
On mangera comme des lords

Et advienne que pourra
Avant la résurrection
On f'ra des embardées ô compadre
Encerclés d'horizon
Ô compagnons
On rira pour de bon
Ô compagnons
Avec Ti Jean et les autres
Ô compagnons
Bien au-dessus du pont
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:58

Il ira loin :

Il ira loin
il ira loin celui là,
Peut-être bien jusqu'au bout
Au bout de ses rêves
Mais sur le bout des lèvres
Reste le mauvais goût
Monter en grade monter en graine
Et le mal qu'on se donne
Quand ca monte de partout
Qu'on s'en va faire son trou

A passer en pionniers
Et à jouer des coudes
On voit bien le paysage
Mais au dernier palier
Quand la tour s'écroule
On oublie
Ce qu'on fait ici

Le rodéo ne s'arrête jamais
Mais les cow-boys s'allongent
Devenus veaux
Et bien appliqués
A tirer sur la longe
Venez chercher, venez chercher
Le visa pour le rêve
Car les derniers s'ront bon derniers
Quinze mille pieds sous les bombes

Les presidents-robots ont donné le signal
C'est l'heure du passage
Dans les peuples endormis du bout de la semaine
On oublie
De quoi il s'agit

Il ira loin
il ira loin celui là
Mais qu'il y aille sans moi
Il ira loin celui-là il ira loin
Mais qu'il y aille sans moi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 22:59

mémoire des jours (écrite par Raphael et Gérard Manset) :

Mais il est un peu tard
Ôte toi du chemin
Vagabond contre moi
Je vais la retrouver
Quelque part je la vois
Qui me touche la main
Y'a-t-il quelqu'un ?

Réponds
Réponds

Bien sûr je l'aime encore
Dans ce taudis vivant
Mais il est un peu tard
Où ces maudits vivants
Dans nos jambes nous gênent
Approche que je te voie
C'était toi, c'était toi
Encore je m'en souviens
Qu'avons-nous eu depuis des jours
Des jours et la mémoire des jours
Des jours et la mémoire des jours

Dormons dormons dormons

Mais la chaleur est là
Mais la chaleur est là
Allons plus loin là-bas
Sous l'ombre de nos pas
Qui continuent sans nous
C'était elle c'était moi
C'était elle à mon cou
Et nous ne savions pas

Qu'avons-nous eu depuis des jours
Des jours et la mémoire des jours
Des jours et la mémoire

Dormons dormons dormons
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:00

Il y a toujours :

Il y a toujours des gens qui s'aiment
Et qui se retrouvent sur le quai
Où l'on s'embrasse
Mais comme tu m'as manqué
D'autres qui ne savent où aller

Il y a toujours un air d'orage
Et jours de pluie et jours mauvais
Juste une seconde pour t'enlacer
Et je te regarde passer

Là-bas Là-bas

Il y a toujours des rues en rouge
Et des campagnes de rage
Et de l'amours toujours blessé
Et des enfants pour caresser

Il y a toujours une fanfare
Il y a toujours quelqu'un qui part
Dans les maisons dans les gares
Des avions qui n'arrivent jamais

Là-bas Là-bas

Au siècle des fumées
Qu'il est loin le pays du lait et du miel
Jamais j'y arriverais sans toi

Là-bas Là-bas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:00

Au temps des colonies :

Ici il pleut toute la journée
J'ai perdu ma dent de lait tu sais
Celle qui saignait tout le temps
Et j'étais seul, j'en ai pleuré
Cinquante minutes tellement tu m'as manqué
Jamais téléphoné

Au petit monde au temps des colonies
Au petit monde on oublie

Avant que je t'ai connue
J'avais le coeur vide le sais-tu
Je t'ai suivie dans les chemins
Et j'ai attendu qu'on se touche

Au petit monde au temps des colonies
Au petit monde on oublie

Je t'avais déjà rencontrée
A l'endroit de mes rêves
Là où fini la grève
Pas oser te parler juste rêver à tes lèvres
Toute une vie

Au petit monde au temps des colonies
Au petit monde on oublie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:00

Etre Rimbaud (chanson écrite par Gérard Manset) :

Etre Rimbaud
Ni laid ni beau
Comme pied-bot
Et roder dans la ville
avec le rire cruel
Et le regard haineux

Etre de ceux
Jamais content
Jamais heureux
Au long des quais mouillés
Allant comme noyé
De la maladie bleue

Car l'homme n'est pas aimé
Qui cherche la vraie vie
Bientôt le pont-levis
De l'amour est tombé
La herse de l'envie
Du désir malmené
Sur le torse appauvri
du poète est tombé

Etre Rimbaud
Ni laid ni beau
Comme cabot
Et cracher le venin
Comme d'autres respirent
Ou se tiennent la main

Car l'homme n'est pas aimé
Non l'homme n'est pas aimé
car l'homme n'est pas aimé

Etre Verlaine
Juste un matin
Une semaine
Pour connaître la faim
Pour connaître la peine
Et ça jusqu'à la fin
Car l'homme n'est pas aimé.
Car l'homme n'est pas...

Et la faim faut connaître
Ca la faim faut connaître
A la fin faut connaître
Pour connaître la foule
Pour connaître la haine
Pour connaître la foule
Pour connaître la haine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:01

1900

C'est la nuit, accoudés au bar,
C'est la nuit qui descend du bout des comptoirs
Si je t'aime comme je t'aime dans nos bras scellés
C'est l'amour par la grâce des baisers
Si je t'aime si tu m'aimes contre un bracelet
C'est décidé

C'est la nuit qui descend autour
C'est la nuit des sapins des hautes tours
Et on tourne et on tourne sur les boulevards
Sur l'amour qui revient tôt ou tard
C'est la vie qui tourne quand les feux sont noirs
Et qu'on se marre

Chaque jour chaque matin
On avance on se tient et la main dans la main
Et on tourne et on tourne on s'attache à nos cous
Et on tourne tout autour de nos joues
C'est la vie qui tourne elle va et elle vient
On le sait bien

Ce n'est que la fin d'un jour
Où est-ce qu'on rentre mon amour
Est-ce qu'on sera ensemble toujours

La tempête nous fait frisonner
C'est le vent c'est le vent qui nous fait marcher
Mais la nuit mais la nuit n'en finit donc jamais
Comme elle tourne continue à se moquer
De la vie de la vie de ses passagers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:02

La réalité (chanson écrite par Raphael et Thibaud Lang Willar) :

Je suis jamais vraiment été allé à l'école
J'ai fait mon tour et puis c'était marre
Et ma vision du monde je la cherchais dans leurs yeux
Mais j'ai rien vu j'ai rien vu du tout
J'ai sonné la retraite et j'ai sonné l'hallali
Et des anges avec leurs trompettes
M'ont cloué au lit
Des mouches et des famines là dans ma chambre froide
Je crois j'étais malade

A rester là assis comme on en voit du pays
Des villes et des mondes des hommes ou des bêtes
C'est comme ça qu'ils m'ont trouvé qu'ils m'ont réveillé

Me réveillant ce matin du mal à me lever
De la terre et du ciel mais je suis pas causant
Me réveillant ce matin personne pour m'énerver
De la terre et du ciel pas vraiment pratiquant
Et je me souviens petit, en bas des jambes, endormi
Et des pierres dans les bras

A rester là assis si j'en ai vu du pays,
Des hommes ou des bêtes des villes et des mondes
C'est comme ça qu'ils m'ont trouvé qu'ils m'ont emmené

Les voilà bien excités tout prêts à me déchirer
Ils ne me trouveront jamais...

Car je m'en vais moa rêver des prairies
Des villes et des mondes des hommes et des bêtes
Tout était rêvé c'est comme ça
Qu'ils m'ont trouvé qu'ils m'ont réveillé
Car je m'en vais moi rêver des prairies,
Rêver des prairies
Et c'est là que j'ai trouvé ma réalité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:02

Des mots :

Des mots des grands mots des tous beaux
Qui vous vont frissonner
Qui font craquer la peau
Des mots pour calmer l'âme des pauvres
Ou pour piquer aux yeux les petits amoureux

Des mots encore et puis toujours
Heureux ou saignants
Ca dépend du discours
Et qui crachent à leur foi jusqu'en pleine figure
Pour ne dire rien d'autre qu'un mensonge de plus
Ah si j'avais su
Si j'avais su

Des mots dans les bouches les couloirs du métro
Des mots tout chauds de ceux qu'on vient d'nous inventer
Ce qu'il va nous en cuire qui va nous arriver
Qui raconteront comment on s'est qu'on se fera bouffer

Des mots des vieux mots usés des familles
Des mots sur le courage la vie et puis tout ça
Des mots sur le bonheur qu'est pour une autre fois
Et puisqu'y a rien à dire fais le nous ton discours

Des mots pour flatter les petits animaux
Eux qui sont déjà bien bêtes à bouffer du foin
Des mots qu'on dit pour un bon locataire
Et une bonne année pour vous et pour la terre entière
Ah si j'avais su
Si j'avais su

Des mots pour la p'tite fiancée
Celle qu'on aurait pas dû laisser tomber
Avec son petit coeur qui rêve sur le pavé
Et son petit regard qui sait plus où se poser

Des mots pour la vente générale
Des mots encore en bouillie ou bien en drame
Des mots tout prêts pour les grands abattoirs
Et puiqu'il est bien mort fais le nous ton discours

Des mots par pleines charrettes
Des mots par pleins paquets pour nous rassurer

Je ne me batterai plus
Je ne me batterai plus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:05

Poste restante (bonus sur la réédition) :

Je vous envoie mes compliments poste restante et puis tout ça
Juré mes bons salauds, que je ne reviendrai pas
Je n'ai plus rien a voir, je n'ai plus rien a croire

Là ou je suis y'a des montagnes des prairies des vallées
Et je pêche à la ligne avec un ami anglais
Je comprends pas tout ce qu'y dit, mais on s'entend très bien

Qu'il est grand ce pays et que la terre est loin

Je n'ai plus de nouvelles de vos journaux à la con
Sorti de vos poubelles, le temps semble moins long
J'ai coupé mes dépenses et cette fois pour de bon

J'ai rencontré une petite sœur qui vaut vraiment le coup,
Elle s'est mis une balle en plein cœur,
Sûr qu'elle était à bout
Et elle et moi on fait des choses
Et elle me sourit beaucoup

Qu'il est grand ce pays et que la terre est loin

Ici il n'y a rien a faire que le vent dans tes cheveux
Et la vie toute entière repasse sous nos yeux
Comme c'était un mystère
On n'y a vu qu'du feu

Je n'ai plus de nouvelles de ceux qui sont au pays
Mes amis me manquent du temps que j'étais en vie
Je les revois encore mais je n'suis plus en vie

Qu'il est grand ce pays et que la terre est loin
S'il y a de l'espérance alors toi seule le sait
Qu'il est grand ce pays tu vois je te rejoins

Ici y'a des montagnes des vallées des prairies
Et je pêche à la ligne avec mon très bon ami
Même si on comprend rien à ce qu'on fait
ici ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:05

Une journée particulière (bonus sur la rééedition) :

Toi
Tu dis que la vie est un rêve
Et qu'il n'y a rien autour
Et que rien ne compte

Moi
Personne ne me connaît
Je ne sais pas même où je vis
Et j'ai bu tout le jour

Mais c'est juste une journée particulière
Et on peut se tailler
Comme ça envolés
Mais c'est juste une journée particulière
Je crois que j'ai rêvé que rien n'était vrai

Toi
Tu dis que la vie ne dure pas
Plus que le temps d'un songe
Juste fermer les yeux

Je crois
Qu'on pourrait vivre ailleurs là-bas
Où y'aurait un ruisseau
Et tout serait mieux

Mais c'est juste une journée particulière
Et on peut se tailler
Auf wiedersehen
Mais c'est juste de l'autre côté du mur
Il n'y a que toi en somme il n'y a que toi
Qui me connaisse

Mais c'est juste une journée particulière
Et on peut se tailler
Auf wiedersehen
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:06

Sur la route

Sur la mappemonde à vol d'oiseau
On se dit qu'on peut gagner gros
Qu'on a le ciel dans une goutte d'eau
On cherche tous un bon destin
La vie s'écoule entre nos mains
La joie la peine notre chemin
Traverser la vie sans billet de train
Traverser la vie sans billet de train

Sur la route. dala dala lalalala

La solitude la mauvaiseté
Ça fait rêver la liberté
Jurer qu'on ne s'ennuiera pas
Quand on aura du bien, tu vois
Et ce bonheur qui nous traverse
Pour un simple morceau de pain
Si tu as faim prends le mien

Si c'est pas l'Amérique
Ça y ressemble bien

Des fois j'aimerais être un oiseau
Pour pouvoir cracher de plus haut
Voir les maisons et les campagnes
Et mieux leur tourner le dos
On ira vendre nos sacs de roses
On prendra le train du matin
Sur tous les murs y'aura écrit
De la justice pas la vengeance
De la justice pas la vengeance

Sur la route...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Lun 19 Mai - 23:26

Peut-être a-t-il rêvé

by Raphael


Album: Caravane

Il vit très bien sans elle
la ville n'a pas changé
le matin il descend
comme on donne à manger
à un petit enfant
son ventre se rappelle

Puis il ouvre un journal
sans le vouloir vraiment
tout ça lui est égal
un morceau de métal
dans sa gorge est planté
mais il semble vivant
peut-être a-t-il rêvé

Comme dans un songe on croit trouver de l'or
au matin au réveil
c'est un peu de soleil
fondu au matin

Il vit très bien ainsi
comme dans un flocon
qu'importe le flacon
pourvu qu'il ait l'ivresse
alors il se redresse
peut-être a-t-il rêvé

Comme dans un songe on croit trouver de l'or
au matin la tendresse
c'est un corps dans les draps
qui dort au matin

Il sait qu'elle reviendra
la chambre n'est pas faite
comme quand elle était là
brûlure de cigarette
sur le meuble de bois
peut-être a-t-il rêvé

Comme quand on croit que tout peut arriver
au matin au réveil
c'est un peu de soleil fondu
au matin au réveil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RAPHAEL haroche   Aujourd'hui à 0:23

Revenir en haut Aller en bas
 
RAPHAEL haroche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Raphael
» Raphaël
» RAPHAEL HAMBURGER
» Dans la presse.
» Victoires de la musique classique 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS SUR NOS ARTISTES PREFERES. :: LES ARTISTES FRANCOPHONES-
Sauter vers: