Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 Grand corps malade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Grand corps malade   Sam 6 Sep - 8:30




Voilà, j'ai découvert cette personne un peu par hasard...

Au départ pas du tout emballée par ce genre "musical", je me suis donc penchée sur les paroles...

Et c'est là le secret... En effet, ce genre "musical" qui n'est pas vraiment de la musique à proprement parlé justement, s'apelle le slam. Le slam est un art d'expression populaire oral, déclamatoire, qui se pratique dans des lieux publics comme les bars ainsi que dans les lieux associatifs, sous forme de rencontres et de joutes oratoires.

Donc bref, après que plusieurs personnes m'aient conseillé cet artiste, je me suis mise à écouter ses "chansons".

Et je suis tombée sous le charme de sa plume, il manie les mots avec une grande poésie et un grand talent. De nombreuses métaphores et un grand humour ponctuent ses textes.

Il s'inspire aussi beaucoup de sa propre vie. C'est la raison pour laquelle j'ai eu envie d'en savoir plus sur l' "homme" :

Citation :
Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade est un auteur et slameur français né le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis.

En juillet 1997 il se déplace des vertèbres à la suite d'un mauvais plongeon dans une piscine alors qu'il était animateur de colonie de vacances pour la ville de Saint-Denis et apprend qu'il ne remarchera pas correctement[réf. nécessaire]. En 1999, il retrouve cependant l'usage de ses jambes après un an de rééducation. C'est en référence à ce handicap - et aussi à sa grande taille (1 m 94) - qu'il a pris le pseudonyme de Grand Corps Malade. sortie le 27 mars 2006 de son premier album Midi 20, dont le titre correspond à celui d'un morceau où il réduit la vie à l'échelle d'une journée. Il y évoque sa ville, Saint-Denis, son amour de la vie, un chagrin d'amour mais aussi la douleur liée à son accident.

Parfois a cappella, souvent accompagnés d'une mélodie minimaliste en arrière-plan, les morceaux de l'album sont déclamés avec une voix naturelle et parfaitement compréhensible. Une grande importance est en effet accordée à la narration, et à un humour mêlant les clins d'œil aux figures de style. Grand Corps Malade accepte le terme de poésie, les textes font preuve d'une ouverture d'esprit et d'une créativité qui sont sans doute une des causes du succès.

L'album Midi 20 s'est classé rapidement en tête des ventes d'albums. Ce succès public lui permet de se produire dans des salles plus grandes. Les 15 et 16 mai 2006, il a par exemple joué à guichets fermés à la Cigale à Paris.

Bien que quelques-uns comme Pilote le Hot ou Nada aient tenté de dépasser les circuits traditionnels du slam, c'est Grand Corps Malade qui, le premier, a permis au slam de toucher les grands médias et de dépasser son audience initiale.

Le 10 mars 2007, il remporte deux Victoires de la musique. La première dans la catégorie album révélation de l'année, la seconde dans révélation scène.

Il revient en 2008 avec un nouvel album intitulé Enfant de la ville, sorti le 31 mars.
(extraits de l'article "Grand Corps Malade" de Wikipédia)



Enfin, voilà, assez de palabres, vous avez compris, j'aime beaucoup certaines de ses chansons (comme souvent, certaines sont mieux, d'autres moins biens, que d'autres Wink ), et je vous invite à les écouter.

Exclamation Attention, comme ce n'est "que du texte" (sans vouloir faire de résumé trop rapide), ce sont des textes à écouter et lire en meme temps, ce n'est pas une musique que l'on ecoute en fond sonore... Wink




Dernière édition par superbigornette le Sam 6 Sep - 10:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Grand corps malade   Sam 6 Sep - 8:33

http://www.deezer.com/track/22359



Les voyages en train

Grand Corps Malade
Paroles: Grand Corps Malade. Musique: S Petit Nico 2006 "Midi 20"



J'crois qu'les histoires d'amour, c'est comme les voyages en train
Et quand j'vois tous ces voyageurs, parfois j'aimerais en être un
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare ?
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard ?

Les trains démarrent souvent au moment où l'on s'y attend le moins
Et l'histoire d'amour t'emporte, sous l'œil impuissant des témoins
Les témoins c'est tes potes, qui te disent au revoir sur le quai
Ils regardent le train s'éloigner, avec un sourire inquiet
Toi aussi tu leur fais signe et t'imagines leurs commentaires
Certains pensent que tu t'plantes, et qu't'as pas les pieds sur terre
Chacun y va d'son pronostic sur la durée du voyage
Pour la plupart le train va dérailler dès l'premier orage

Le grand amour change forcément ton comportement
Dès l'premier jour faut bien choisir ton compartiment
Siège couloir ou contre la vitre, il faut trouver la bonne place
Tu choisis quoi, une love story de première ou d'seconde classe ?

Dans les premiers kilomètres tu n'as d'yeux que pour son visage
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages
Tu te sens vivant, tu te sens léger, tu ne vois pas passer l'heure
T'es tellement bien que t'as presque envie d'embrasser le contrôleur

Mais la magie ne dure qu'un temps et ton histoire bat de l'aile
Toi tu te dis que tu n'y es pour rien, et que c'est sa faute à elle
Le ronronnement du train te saoule et chaque virage t'écœure
Faut que tu te lèves, que tu marches, tu vas te dégourdir le cœur

Et le train ralentit, c'est déjà la fin de ton histoire
En plus t'es comme un con, tes potes sont restés à l'autre gare
Tu dis au revoir à celle que t'appelleras désormais ton ex
Dans son agenda sur ton nom, elle va passer un coup de Tipp-Ex

C'est vrai que les histoires d'amour, c'est comme les voyages en train
Et quand je vois tous ces voyageurs, parfois j'aimerais en être un
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare ?
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard ?

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train
A connaître ce qu'est l'amour et se découvrir plein d'entrain
Pour beaucoup l'objectif est d'arriver à la bonne heure
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur

Il est facile de prendre un train, encore faut-il prendre le bon
Moi je suis monté dans deux, trois rames mais c'était pas le bon wagon
Car les trains sont capricieux et certains sont inaccessibles
Et je ne crois pas tout le temps "qu'avec la SNCF, c'est possible"

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grève
Et leurs histoires d'amour n'existent que dans leurs rêves
Et y a ceux qui foncent dans le premier train, sans faire attention
Mais forcément ils descendront déçus à la prochaine station
Y a celles qui flippent de s'engager, parce qu'elles sont trop émotives
Pour elles c'est trop risqué, de s'accrocher à la locomotive
Et y a les aventuriers qu'enchaînent voyage sur voyage
Dès qu'une histoire est terminée, ils attaquent une autre page

Moi après mon seul vrai voyage, j'ai souffert pendant des mois
On s'est quitté d'un commun accord, mais elle était plus d'accord que moi
Depuis je traîne sur le quai, je regarde les trains au départ
Y a des portes qui s'ouvrent, mais dans une gare je me sens à part

Il paraît que les voyages en train finissent mal en général
Si pour toi c'est le cas, accroche-toi et garde le moral
Car une chose est certaine : y aura toujours un terminus
Maintenant tu es prévenu, la prochaine fois tu prendras le bus...
Revenir en haut Aller en bas
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Grand corps malade   Sam 6 Sep - 10:38

Revenir en haut Aller en bas
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Grand corps malade   Sam 6 Sep - 10:40

http://www.deezer.com/track/22362


Rencontres

Grand Corps Malade
Paroles: Grand Corps Malade. Musique: S Petit Nico 2006 "Midi 20"



C'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des jours
Voire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujours
Une route pleine de virages, des trajectoires qui dévient
Un ch'min un peu bizarre, un peu tordu, comme la vie
Évidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie d'faire connaissance
Y avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sens
Alors j'continuais tout droit, mais un doute s'est installé
Je savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais aller
Mais en ch'min au fil du temps, j'ai fait des sacrées rencontres
Des trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconte
Ces personnages que j'ai croisé, c'est pas vraiment des êtres humains
Tu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la main

Tout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocence
Un être doux, très gentil, mais qui manque un peu d'expérience
On a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cru
J'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparu
Un moment sur mon ch'min, j'ai rencontré le sport
Un mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fort
Pour des raisons techniques on a dû s'quitter : c'était dur !
Mais finalement c'est bien comme ça, puis l'sport, ça donne des courbatures !
J'ai rencontré la poésie, elle avait un air bien prétentieux
Elle prétendait qu'avec les mots, on pouvait traverser les cieux
J'lui ai dit : "J't'ai d'jà croisée et franchement, tu vaux pas l'coup !
On m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relou"
Mais la poésie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formes
J'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normes
J'lui ai d'mandé : "Tu penses qu'on peux vivre ensemble ? J'crois qu'j'suis accroc"
Elle m'a dit : "T'inquiète, le monde appartient à ceux qui rêvent trop"
Puis j'ai rencontré la détresse et franchement elle m'a saoulé
On a discuté vite fait, mais rapidement je l'ai r'foulée
Elle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tension
Mais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d'conversation
Un moment sur ma route, j'ai rencontré l'amour
J'lui ai dit : "Tiens ! Tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours
Dans l'absolu t'es une bonne idée, mais dans les faits c'est un peu nul
Tu pars en couille une fois sur deux ! Faudrait qu'tu r'travailles ta formule"
L'amour m'a dit : "Ecoute petit, ça fait des siècles que j'fais mon taff
Alors tu m'parles sur un autre ton, si tu veux pas t'manger des baffes
Moi j'veux bien être gentil, mais faut qu'chacun y mette du sien
Les humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicien"
On s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compte
Que l'amour était sympa mais que quand même il s'la raconte
Puis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaines
Que ce soir il d'vait dîner chez sa d'mi-sœur : la haine
Avant d'partir j'ai pas bien compris, il m'a conseillé d'y croire toujours
Puis s'est éloigné sans s'retourner, c'était mes derniers mots d'amour
J'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réalisé
Et je sais qu'un d'ces quatre, on s'ra amené à s'recroiser
Un peu plus tard sur mon ch'min, j'ai rencontré la tendresse
Ce qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresse
Un peu plus tard sur mon ch'min, j'ai rencontré la nostalgie
La fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougie
Assez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitié
Et jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtés
Avec elle j'me tape des barres, et on connaît pas la routine
Maintenant c'est sûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copine
J'ai rencontré l'avenir, mais il est resté très mystérieux
Il avait la voix déformée et un masque sur les yeux
Pas moyen d'mieux l'connaître, il m'a laissé aucune piste
Je sais pas à quoi il r'ssemble, mais au moins j'sais qu'il existe
J'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joie
C'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choix
J'suis pas au bout d'mes surprises, là d'ssus y a aucun doute
Et tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma route

C'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des jours
Voire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujours
Une route pleine de virages, des trajectoires qui dévient
Un ch'min un peu bizarre, un peu tordu, un peu comme la vie.
Revenir en haut Aller en bas
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Grand corps malade   Sam 6 Sep - 10:42

http://www.deezer.com/track/21583



Midi 20

Grand Corps Malade
Paroles: Grand Corps Malade. Musique: Baptiste Charvet 2006 "Midi 20"




Je suis né tôt ce matin, juste avant que le soleil comprenne
Qu'il va falloir qu'il se lève et qu'il prenne son petit crème
Je suis né tôt ce matin, entouré de plein de gens bien
Qui me regardent un peu chelou et qui m'appellent Fabien
Quand le soleil apparaît, j'essaie de réaliser ce qu'il se passe
Je tente de comprendre le temps et j'analyse mon espace
Il est sept heures du mat' sur l'horloge de mon existence
Je regarde la petite aiguille et j'imagine son importance
Pas de temps à perdre ce matin, je commence par l'alphabet
Y a plein de choses à apprendre si tu veux pas finir tebê
C'est sûr, je serai pas un génie mais ça va ! Y a pire !

Sur les coups de sept heures et demie j'ai appris à lire et à écrire
La journée commence bien, il fait beau et je suis content
Je reçois plein d'affection et je comprends que c'est important
Il est bientôt neuf heures et demie et j'aborde l'adolescence
En pleine forme, plein d'envies et juste ce qu'il faut d'insouciance
Je commence à me la raconter, j'ai plein de potes et je me sens fort
Je garde un peu de temps pour les meufs, quand je suis pas en train de faire du sport
Emploi du temps bien rempli, et je suis à la bourre pour mes rencards
Putain ! La vie passe trop vite, il est déjà onze heures moins le quart
Celui qui veut me viser, je lui conseille de changer de cible
Me toucher est impossible, à onze heures je me sens invincible
Il fait chaud, tout me sourit, il manquait plus que je sois amoureux

C'est arrivé sans prévenir sur les coups d'onze heures moins deux
Mais tout à coup, alors que dans le ciel, y avait pas un seul nuage
A éclaté au-dessus de moi un intolérable orage
Il est onze heures huit quand ma journée prend un virage
Pour le moins inattendu, alors je tourne mais j'ai la rage
Je me suis pris un éclair, comme un coup d'électricité
Je me suis relevé mais j'ai laissé un peu de mobilité
Mes tablettes de chocolat sont devenues de la marmelade
Je me suis fait à tout ça, appelez-moi : "Grand Corps Malade"

Cette fin de matinée est tout, sauf une récréation
A onze heures vingt, je dois faire preuve d'une bonne dose d'adaptation
Je passe beaucoup moins de temps à me balader rue de la Rép'
Et j'apprends à remplir les papiers de la COTOREP
J'ai pas que des séquelles physiques, je vais pas faire le tho-my
Mais y a des cicatrices plus profondes qu'une trachéotomie
J'ai eu de la chance, je suis pas passé très loin de l'échec et mat
Mais j'avoue que j'ai encore souvent la nostalgie de dix heures du mat'

A midi moins le quart, j'ai pris mon stylo bleu foncé
J'ai compris que lui et ma béquille pouvaient me faire avancer
J'ai posé des mots sur tout ce que j'avais dans le bide
J'ai posé des mots et j'ai fait plus que combler le vide
J'ai été bien accueilli dans le cercle des poètes du bitume
Et dans l'obscurité, j'avance au clair de ma plume
J'ai assommé ma pudeur, j'ai assumé mes ardeurs
Et j'ai slamé mes joies, mes peines, mes envies et mes erreurs
Il est midi dix-neuf à l'heure où j'écris ce con d'texte
Je vous ai décrit ma matinée, pour que vous sachiez le contexte
Car si la journée finit à minuit, il me reste quand même pas mal de temps

J'ai encore tout l'après-midi pour faire des trucs importants
C'est vrai que la vie est rarement un roman en dix-huit tomes
Toutes les bonnes choses ont une fin, on ne repousse pas l'ultimatum
Alors je vais profiter de tous les moments qui me séparent de la chute
Je vais croquer dans chaque instant, je ne dois pas perdre une minute
Il me reste tellement de choses à faire que j'en ai presque le vertige
Je voudrais être encore un enfant mais j'ai déjà vingt-huit piges
Alors je vais faire ce qu'il faut pour que mes espoirs ne restent pas vains
D'ailleurs je vous laisse ! Là c'est chaud, il est déjà midi vingt.
Revenir en haut Aller en bas
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Grand corps malade   Sam 6 Sep - 10:44

http://www.deezer.com/track/930004


L'appartement

Grand Corps Malade
Paroles: Grand Corps Malade. Musique: - 2008 "Enfant de la ville"
© Anouche Productions

note: texte dit a capella



Je voudrais vous parler d'un endroit remarquable, absolument épatant
Un lieu extraordinaire qui existe depuis longtemps
On le trouve un peu partout mais il renferme bien des mystères
Ce lieu mystique s'appelle "L'appartement de célibataire"

Le célibataire masculin, c'est quand même c'lui qu' j' connais le mieux
C'est un peu toujours le même, qu'il soit jeune ou qu'il soit vieux
Je sais de quoi je parle, suivez-moi, vous êtes sous bonne escorte
L'appartement est là, il suffit d'ouvrir la porte

Ce qu'on remarque tout de suite, sans être un enquêteur
C'est qu' le sol mériterait un bon coup d'aspirateur
C'est pas vraiment qu' c'est sale mais faut avouer qu' sous nos pieds,
Quand on marche, on a l'impression d'avancer sur du gravier

Un autre truc flagrant, même si le mec habite là depuis deux ans,
C'est qu'on croit toujours qu'il vient de faire son déménagement
Y a pas de rideaux aux fenêtres et, en gros, la décoration
J' crois qu' faut admettre que c'est pas sa passion

Le célibataire est fier de ses meubles et pourtant tout ce qu'y a
C'est un pauvre canapé clic-clac et une table basse Ikéa
C'est souvent sur cette table que le courrier attend, bien sage,
A côté d'une cannette et d'un bout d' pizza quatre fromages

Bienvenue dans la cuisine, voici l'évier, il est nickel
Bon, là, on le voit pas bien, il est sous la pile de vaisselle
"Je m'en fous, je la ferai demain" la phrase est un peu classique
Plus tard, le célibataire aura un lave-vaisselle, ou une meuf, les deux sont pratiques

Hhhfff, vous reconnaissez ce bruit ? C'est quand on ouvre le frigidaire
L'intérieur on dirait une plage de Normandie un soir d'hiver
À part deux yaourts et une sauce bolognaise périmée
C'est le grand désert, vas-y, referme vite, je suis déprimé !

Pas mal la salle de bain et sympa la baignoire
Mais, dis-moi, c'est sa vraie couleur là, le gris trottoir ?
Et l' lavabo c'est pareil, lave-le, ça prend deux s'condes !
J'entends Jacob Delafon qui s' retourne au fond d' sa tombe

Attention ! On attaque la chambre, et là, ça cartonne
Regarde bien, le lit est fait... Non, je déconne !
Par contre, si tu regardes en dessous, il se passe des trucs étonnants
Y a tout un écosystème qui est en plein développement

Il peut se passer un moment grave, comme un tremblement de terre
C'est quand une femme prend ses quartiers dans l'appartement de célibataire
Elle opère de p'tits changements, délicatement, sans gros sabots,
Et y a plein d' produits de beauté qui poussent le long du lavabo

C'est toujours ton petit chez toi mais y a un nouveau parfum dans l'atmosphère
Toi, tu aimes cette invasion, tu observes, tu laisses faire
Mais même si tu ranges pas plus et que tu laves pas souvent tes draps
Elle changera pas tes habitudes, si elle t'aime, elle comprendra
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grand corps malade   Dim 7 Sep - 16:44

perso j'aime mas du totu ce style
mais je reconnais qu'il a de beaux textes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: pour Audrey   Dim 7 Sep - 19:09





Merci pour ces beaux textes AUDREY

si tu ne veux pas laisser les photos je les enleve

Mais ce serait dommage

tu vois Gilou il y a du beau monde sur ton forum Bisous..
Revenir en haut Aller en bas
superbigornette



Nombre de messages : 868
Age : 36
Localisation : Près de Marseille
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Grand corps malade   Dim 7 Sep - 20:13

Merci beaucoup, Jeannette ! Pas de souci pour la photo, merci encore ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grand corps malade   Aujourd'hui à 18:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Grand corps malade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sauvez le slam de grand corps malade!
» Demande de tuto (Grand corps Malade - J'ai pas les mots)
» Grand Corps Malade est l'auteur de l'une des chansons du prochain album
» Le nouveau Johnny, il est terrible!
» Pensée unique, musique unique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS SUR NOS ARTISTES PREFERES. :: LES ARTISTES FRANCOPHONES-
Sauter vers: