Les Discutailleurs fans de musique...

Les Discutailleurs fans de musique...

Nous sommes des Fans de Musique, de Poésie, de peinture... ouverts à la diversité immense que nous proposent tous les arts majeurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Olivia Ruiz est de retour ! Ce nouveau disque, son quatrième, est son disque. Celui qu’elle a pensé, celui qu’elle a rêvé, celui sur lequel elle a travaillé, seule dans l’écriture et la composition, tout au long de ces derniers mois alternant les hauts et les bas, le jour et la nuit, le noir, le blanc et les couleurs, l’alternatif comme le continu. Entre le calme et les tempêtes. « Le calme et la tempête », une évidence donc. Entre profondeur des mots et profondeur des sons, jamais elle n’avait donné cette impression de puiser si loin en elle pour trouver la source de ses chansons. C’est entre Paris et Los Angeles qu’elle s’est posée pour co-réaliser le tout aux côtés de Tony Berg (ex-directeur artistique Geffen Records). Un son nouveau naît de cette rencontre entre deux continents, deux générations, deux cultures. A découvrir dans "Le calme et la tempête".

Partagez | 
 

 Henri Gougaud La souris et le vent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 15295
Localisation : Sud
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Henri Gougaud La souris et le vent   Mar 28 Fév - 11:29

Henri Gougaud
La souris et le vent



C’était un désert silencieux, paisible, un désert sans faute, un désert sans rien, sans le moindre brin de buisson mortel, un désert désert. Il n’était que sable, il n’était que ciel. Et dans ce désert, avec la lumière, le sable, le ciel, il y avait le vent, et une souris. Il y avait l’amour. L’amour est partout, surtout au désert où rien ne l’entrave, ni piège ni mur. L’amour avait fait son nid infini dans le cœur du vent et de la souris.

Au bord de son trou sans cesse elle disait :

- Vent, je veux te voir !

- M’aimes-tu, souris ?

- Tu m’emplis le cœur, la tête, le corps, mais tu vas, tu passes, tu n’es jamais là.

- Viens, que je te caresse ton ventre, ton dos, ton menu museau !

- Oh oui, je te sens, oh, tes mains, ton souffle ! Oh tes yeux, dis-moi, comment sont tes yeux, de quelle couleur ? Ta bouche, ton front ? Te voir, vent, te voir !

Comment t’aimer bien sans jamais te voir ?

Un heureux matin (lumière tranquille, dunes alanguies), le vent répondit :

- Par amour pour toi je vais t’apparaître avec mes vraies mains, avec ma vraie bouche, ma poitrine nue, mes cheveux défaits, et tu me verras tel que Dieu m’a fait. Attends, je reviens.

Plus un souffle d’air. Silence, soleil, paix, sieste du sable. La souris, béate, attendit le vent. Soudain, du lointain vint un sifflement, une nuée grise envahit la dune, un tourbillon fou vint au bord du trou, un géant poudreux se mit à hurler :

- Souris, me vois-tu ? Ma mère m’a dit que j’étais superbe. Regarde-moi donc ! Dis, suis-je beau ? Souris, mon aimée, réponds, où es-tu ? C’est moi maintenant qui ne te vois plus ! Tu sais, je peux être encore plus fort, encore plus grand, plus vivant encore ! Souris, je t’en prie, dis-moi quelque chose, je te sens déçue.

Dis-moi que tu m’aimes encore et toujours !

Elle n’entendait pas. Elle entendait trop. Elle s’était enfouie dans son trou profond. Elle tremblait de froid, gémissait d’effroi. Tempête, ouragan, vertige, bourrasque, l’amour est ainsi quand il vient tout nu. Elle ne savait pas.

_________________
"Dieu est autorisé à me dire « tu dois »."



Revenir en haut Aller en bas
http://lesdiscutailleursfan.forumperso.com/
 
Henri Gougaud La souris et le vent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Dutilleux (1916-2013)
» Henri Duparc
» Machine à vent
» Henri Challan (1910 - 1977) pour ou contre??????
» Henri-Joseph Rigel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Discutailleurs fans de musique... :: DISCUSSIONS LIBRES - BIENVENUE... :: Méditations et Rêves-
Sauter vers: